jeudi 14 décembre 2017
Questions à...
Un an après son élection, le premier secrétaire de la section PS de Dijon revient sur l'année écoulée et parle de l'avenir dans une longue interview accordée à Infos-Dijon : l'échec du PS aux élections présidentielles et législatives, le processus de refondation du parti, la concurrence de La France Insoumise, la politique de La République en Marche, ou encore la mairie de Dijon… Tous les sujets sont abordés, sans langue de bois.
> Bourgogne - Franche-Comté > Bourgogne - Franche-Comté

BOURGOGNE-FRANCHE-COMTE : Comment la Région veut devenir «architecte de la mobilité»

04/12/2017 18:29Imprimer l’article
Dans le cadre des Assises nationales de la mobilité, qui touchent à leur fin après trois mois de consultation, la Région Bourgogne-Franche-Comté et la Préfecture de région ont mené divers échanges dédiés aux transports et à la mobilité. L'occasion de réunir nombre d'acteurs autour de la présidente du conseil régional, Marie-Guite Dufay, et des représentants de l'Etat, notamment pour un colloque sur l'efficacité énergétique dans les transports» et divers ateliers sur la mobilité.
Depuis la loi loi NOTRe (Nouvelle organisation territoriale de la République) tout particulièrement, «la Région se veut l'architecte de la mobilité» pose comme préalable Marie-Guite Dufay, président de la région. Entendez par là qu'on ne parle pas simplement de transport, mais d'un concept plus large : «le vrai sujet, c'est d'emmener les gens de chez eux à leur destination, d'assurer leur liberté de se mouvoir». Ces assises nationales de la mobilité ont donc été l'occasion pour elle de «donner la parole à tous les acteurs» car «on tient là un sujet capital pour une région soucieuse d'améliorer la vie quotidienne, l'emploi et l'attractivité».

Pour la présidente de la région, il s'agira de «construire des choses complexes et obligatoires à partir de 2018, car il n'y a pas de liberté sans mobilité», et inversement. «Il faut également y intégrer la dimension développement durable, pour laquelle nous avons engagé des perspectives d'investissement massives, comme les trains propres, dont le surcoût à l'achat est compensé en trois ans, mais aussi les bus propres. Nous avons également dans les tuyaux l'idée de trains à hydrogène».

Un colloque «tendre vers l’efficacité énergétique dans les transports»


Pour lancer le nouvel Observatoire régional des transports (ORT), l’État et la Région organisaient un colloque sur la thématique «tendre vers l’efficacité énergétique dans les transports», événement fondateur du nouvel Observatoire régional des transports (ORT). Cette réunion avait pour but de présenter les enjeux liés aux nouvelles motorisations, avec des retours d’expériences de professionnels et des témoignages d’experts sur les impacts environnementaux de cette filière. Trois ateliers de travail permettaient de détailler les innovations en cours dans l’usage par le transport routier des énergies électrique, GNV (gaz naturel pour véhicule) et hydrogène.

Pour le premier vice-président, Michel Neugnot, il s'agit de «tout repenser globalement». «Les nouvelles technologies nous amènent automatiquement à une rupture, et donc nous imposent de réfléchir aux tendances d'avenir» lance-t-il, appuyant sur le rôle d'«architecte» de la région, qui «doit voir l'existant avec le bloc communal et imaginer le besoin et apporter des réponses qui partent du local». «Nous devons proposer le bon moyen de transport, au bon endroit et au bon moment».
A titre d'exemple, Marie-Guite Dufay argumente avec un chiffre : «un quart des jeunes sont freinés dans leur recherche de formation par des questions de mobilité».

Les Assises de la mobilité en Bourgogne-Franche-Comté


Dans le cadre des assises nationales de la mobilité, l’État et la Région organisaient un atelier pour les acteurs institutionnels, professionnels et associatifs concernés par les enjeux de la mobilité. Il permettait de recueillir leurs expressions autour de six thématiques : des mobilités plus soutenables, plus propres, plus solidaires, plus connectées, plus intermodales et plus sûres. Ces contributions alimenteront la réflexion nationale en prévision de la future loi d’orientation des mobilités 2018.
Eric Pierrat, Secrétaire Général de la préfecture pour les Affaires Régionales, insiste sur la nécessiter de faire participer tout le monde : «il s'agissait de faire la synthèse d'une réflexion globale sur l'ensemble des modes de transport, voyageurs et marchandises».
Cette consultation portait sur 6 thèmes : mobilités plus soutenables, plus propres, plus solidaires, plus connectées, plus intermodales et plus sûres.
Les Assises nationales de la mobilité contribueront ainsi à préparer la loi d’orientation des mobilités qui sera présentée au parlement au premier semestre 2018. Les conclusions des Assises seront rendues mi-décembre.
N.R.