mardi 25 juin 2019
Les conditions météorologiques actuelles sont favorables à la pollinisation des graminées, espèce fortement allergisante, explique Atmo.
Questions à...
A l’issue d’une saison régulière historique en Jeep Elite avec la 3ème place au classement pour la JDA Dijon Basket et à l’approche du premier tour des playoffs, l’entraîneur Laurent Legname fait le point avec Infos-Dijon sur la réussite de son équipe ainsi que ses forces pour poursuivre l’aventure. Entretien.
> Bourgogne - Franche-Comté > Bourgogne - Franche-Comté

Bourgogne – Franche-Comté : Coup de chaud et coup de sang sur les indemnités des élus

29/03/2019 18:32Imprimer l’article
«Augmentions scandaleuses», «démagogie», «tartuferie»… Julien Odoul pour le FN a voulu jouer la vertu sur la question des indemnités des élus. Marie-Guite Dufay, Gilles Platret, Pascal Grappin se sont enflammés. François Sauvadet a pondéré.
Voilà une question dont il fallait s’attendre à ce qu’elle soit exploitée jusqu’à l’os, quand on se souvient combien la décision du Conseil Régional de Bourgogne – Franche-Comté d’augmenter de 20% les indemnités des élus, en début de mandat, avait enflammé le débat… Pour mémoire, la majorité de gauche avait voté pour sa proposition, c’était bien le moins ; L’opposition de droite et du centre avait voté contre ; Et l’opposition du Rassemblement Nationale s’était courageusement abstenue, ce qui équivalait à approuve, mais sans le dire ouvertement…
Ce vendredi, la question était à nouveau sur la table. Avec une proposition de Marie-Guite Dufay : Ne pas augmenter les indemnités comme la loi le permettait.
Pa suffisant pour Julien Odoul le chef du groupe du Rassemblement National qui y alla fort sur le sujet, s’attirant les foudres à la fois de la majorité et de l’opposition de droite.
«Il n’aurait pas fallu augmenter les indemnités au début du mandat», lança tout d’abord le patron du groupe Rassemblement National.
«Quel mensonge, vous avez voté l’augmentation des indemnités», répliqua Marie-Guite Dufay qui trouva un soutien dans les propos de Gilles Platret le Maire de Chalon à l’adresse du Rassemblement National : «Quelle bande de tartufes vous êtes. L’augmentation, vous l’aviez votée, contrairement à nous».
Et Marie-Guite Dufay d’ajouter : «Entendre quelqu’un parler de l’augmentation des indemnités, c’est de la démagogie.
Monsieur Odoul c’est du mensonge. Aujourd’hui le législateur augmente le plafond, je propose que l’on baisse le taux des indemnités pour que les indemnités ne bougent».
C’est alors Pascal Grappin qui y alla d’une saillie : «Je suis embêté.. Démagogie, tartuferie, j’avais envie de les employer à l’adresse de Monsieur Odoul et de l’extrême droite. Nous avions été les seuls à voter contre. L’extrême droite s’était abstenue et n’avait pas voté contre.
Je veux bien que l’on reçoive des leçons, mais Monsieur Odoul, quand on monte au mât de cocagne de la vertu, il faut avoir le cul propre».
Julien Odoul tenta alors une explication : «On s’était abstenu, non pas parce qu’il y avait augmentation, mais aussi sanctions contre les élus qui ne viennent pas».
Marie-Guite Dufay lui lança alors : «Vos leçons de vertu ne sont pas de mise. Le procès contre l’augmentation frôle la démagogie. Il était tout à fait normal d’augmenter les indemnités. Maintenant nous ne voulons pas aller plus loin».
A l’heure du vote, la majorité approuva, avec la voix, le rassemblement national vota contre et l’opposition de droite et du centre ne prit pas par au vote. Ce que François Sauvadet justifia en lançant : «On ne participe pas au vote, car finalement c’est le maintien des indemnités. On ne vote pas parce qu’on n’était pas d’accord avec l’augmentation que vous aviez votée…»
Alain BOLLERY