jeudi 21 mars 2019
Avec notre vidéo de la manifestation.
Youth for climate Dijon a réussi à mobiliser environ 2000 lycéens et étudiants dijonnais à l'occasion de la grève et marche pour le climat ce 15 mars, suite à l'appel de Greta Thunberg.
Questions à...
Après l’affaire Christophe Dettinger, sur laquelle il revient largement pour Infos-Dijon, l’avocat dijonnais Jean-Philippe Morel représentera aussi l’association «Gendarmes et Citoyens» dans l’affaire de la caserne de Dijon et plaidera pour des policiers victimes en décembre dans le cadre du mouvement des gilets jaunes. Interview.
> Bourgogne - Franche-Comté > Bourgogne - Franche-Comté

BOURGOGNE-FRANCHE-COMTE : Des élus de Franche-Comté signent une déclaration commune pour cogner sur Dijon

16/02/2018 19:37Imprimer l’article
Les Présidents d’Agglomération du Pôle métropolitain Centre Franche-Comté, prônant une «organisation multipolaire», accusent Dijon d'appauvrir les autres territoires.
Les Présidents d’Agglomération du Pôle métropolitain Centre Franche-Comté ont signé ce vendredi une «déclaration commune», à Besançon, intitulée «pour un développement régional équilibré en Bourgogne-Franche-Comté».
Ils y affirment, en prévision de «choix déterminants» qui vont être faits pour le développement de la région Bourgogne-Franche-Comté en 2018, leur volonté de voir se construire une «organisation territoriale multipolaire» au plan régional.

«Affaiblissement de l’ensemble de notre région»


S'appuyant sur l'exemple des métropoles de Toulouse et Montpellier en région Occitanie pour réclamer «un jeu collectif bénéfique pour tous», Jean-Louis FOUSSERET, Président du Grand Besançon, Patrick ELVEZI, Président de Lons Agglomération, Alain CHRETIEN, Président de Vesoul Agglomération, Jean-Pascal FICHERE, Député du Jura, Jean-Marie SERMIER, Député du Jura, Jean-Marie BINETRUY, Président du Val de Morteau, Patrick GENRE, Président du Grand Pontarlier et Annie GENEVARD, Députée du Doubs, cognent sur la métropole dijonnaise qu'ils accusent d'«appauvrir les autres territoires avec, comme conséquence immédiate, l’affaiblissement de l’ensemble de notre région».

Une déclaration dans quel but ?


Un texte qui, s'il n'en a pas le but, ce dont douteront certains, ne manquera néanmoins pas d'attiser la rivalité entre Dijon et Besançon, et même entre la Bourgogne et la Franche-Comté. Trouver des signataires Bourguignons ou Belfortains n'aurait-il pas été une meilleure initiative pour prôner l'unité régionale ? Et la «mise en capacité de tous les territoires», entendez au-delà de Dijon, doit elle se faire au seul profit de la Franche-Comté ? Qu'adviendra-t-il de Nevers, Auxerre ou Chalon-sur-Saône, pour ne citer qu'elles, qui seraient en droit de reprocher à Besançon ce que Besançon reproche à Dijon ?
Nicolas Richoffer

Le texte de la déclaration commune : «Pour un développement régional équilibré»


Par la présente déclaration, les agglomérations du Pôle métropolitain Centre Franche-Comté affirment leur détermination à porter un modèle d’aménagement du territoire capable de concilier développement et cohésion régionale. Elles veulent promouvoir au plan régional l’organisation territoriale multipolaire qu’elles ont expérimentée avec succès depuis 2012 à travers leur réseau. En 2018, des choix déterminants vont être faits pour le développement de la région Bourgogne-Franche-Comté. Ce sera une étape décisive : ou les agglomérations s’engageront dans un jeu collectif bénéfique pour tous, ou elles subiront une concentration territoriale, la métropole dijonnaise appauvrissant les autres territoires avec, comme conséquence immédiate, l’affaiblissement de l’ensemble de notre région. Pour nous, le développement régional sera équilibré ou ne sera pas.

Nous constatons, depuis la fusion des régions Bourgogne et Franche-Comté, une difficulté à enclencher une dynamique qui permette de valoriser ensemble les ressources des différents territoires. La réussite exige selon nous que se tisse un maillage urbain et métropolitain solide pour créer un effet d’entraînement sur l’ensemble de la nouvelle région, avec les autres agglomérations et les autres pôles métropolitains.

Nous constatons que les régions issues d’une fusion, pour la plupart, parviennent à relever ce défi.
Un exemple emblématique en est donné en région Occitanie : les métropoles de Toulouse et de Montpellier ont signé dès janvier 2016 un accord-cadre décrit par la métropole de Montpellier, qui n’est pourtant pas capitale régionale, comme « le résultat d’une intelligence collective ».

Une organisation multipolaire, c’est-à-dire un maillage de polarités urbaines liées entre elles, est d’autant plus nécessaire que notre région Bourgogne-Franche-Comté ne dispose pas d’une métropole capable d’entraîner seule le développement régional. La pertinence du modèle multipolaire a été mise en avant, dès 2012, avec la prospective Territoires 2040 conduite par la DATAR ; ses fondamentaux sont les suivants : mise en capacité de tous les territoires, coordination entre eux, valorisation de leurs complémentarités.

Nous appelons par conséquent à fonder le développement de la Bourgogne-Franche-Comté sur les ressources métropolitaines réparties dans une pluralité de pôles. Combinées avec intelligence, elles peuvent devenir de puissants moteurs de l’attractivité. Cette conception équilibrée de l’aménagement du territoire est d’ailleurs celle poursuivie par la Région Bourgogne Franche-Comté et partagée par sa Présidente.

C’est aussi le ressort qui est le nôtre depuis la création, en 2012, du Pôle métropolitain Centre Franche-Comté. Notre pôle métropolitain est ainsi devenu partenaire de la Région pour mettre en œuvre le volet urbain des fonds européens, accompagnant nos territoires pour reconvertir des sites urbains dégradés et pour agir dans les quartiers de la politique de la ville. Notre pôle métropolitain monte également des projets inter-territoriaux, par exemple un réseau d’espaces de travail partagés porteur de nouvelles formes d’emplois ou encore un réseau d’information touristique numérique.

Notre Pôle métropolitain, coordonnant nos agglomérations, a apporté une contribution à l’élaboration du Schéma régional d’aménagement, de développement durable et d’égalité des territoires (SRADDET). Ce document, présenté à la Région, met en avant notre engagement pour un aménagement du territoire qui valorise collectivement nos atouts au profit de toute la région, y compris les liens forts que nous avons avec nos voisins d’Alsace, de la région lyonnaise, de Suisse, d’Allemagne.

Le choix de l’équilibre territorial, du réseau territorial intelligent et bénéfique pour tous est une constante de notre démarche. Nous l’incarnons par des actions. Nous le choisissons dans nos prises de position. Nous avons la conviction qu’il constitue la seule option qui puisse assurer l’avenir de la région Bourgogne-Franche-Comté.

Jean-Louis FOUSSERET, Président du Grand Besançon
Patrick ELVEZI, Président de Lons Agglomération
Alain CHRETIEN, Président de Vesoul Agglomération
Jean-Pascal FICHERE, Député du Jura
Jean-Marie SERMIER, Député du Jura
Jean-Marie BINETRUY, Président du Val de Morteau
Patrick GENRE, Président du Grand Pontarlier
Annie GENEVARD, Députée du Doubs


 
?>