samedi 23 mars 2019
Avec notre vidéo de la manifestation.
Youth for climate Dijon a réussi à mobiliser environ 2000 lycéens et étudiants dijonnais à l'occasion de la grève et marche pour le climat ce 15 mars, suite à l'appel de Greta Thunberg.
Questions à...
Après l’affaire Christophe Dettinger, sur laquelle il revient largement pour Infos-Dijon, l’avocat dijonnais Jean-Philippe Morel représentera aussi l’association «Gendarmes et Citoyens» dans l’affaire de la caserne de Dijon et plaidera pour des policiers victimes en décembre dans le cadre du mouvement des gilets jaunes. Interview.
> Bourgogne - Franche-Comté > Bourgogne - Franche-Comté

BOURGOGNE-FRANCHE-COMTE : La consommation touristique en hausse

28/02/2018 13:14Imprimer l’article
L’Insee Bourgogne-Franche-Comté vient de publier une étude sur la consommation et les dépenses touristiques. Retrouvez l’’intégralité de l’étude.

Dépenses touristiques : 6,3 % du PIB régional


Dans la région, la consommation des touristes a rapporté 4,6 milliards d’euros en 2014, soit 6,3 % de la richesse produite dans la région. Ce poids situe la Bourgogne-Franche-Comté au huitième rang des régions françaises, devant les autres régions du quart nord-est (Hauts-de-France, Grand Est, Île-de-France, Centre-Val de Loire) et la Normandie plus à l’ouest.

Les dépenses des touristes en Bourgogne-Franche-Comté ont progressé de 5,9 % entre 2011 et 2014. L’augmentation des prix y a contribué pour 4,3 % et l’augmentation des quantités consommées pour 1,6 %. Les tendances nationales expliquent l’augmentation des quantités consommées pour 0,9 %. Les 0,7 % restants sont le fruit de spécificités régionales.

La nature des biens consommés sur le sol régional diffère sensiblement des autres régions de province. En Bourgogne-Franche-Comté, région d’étape, les touristes consacrent plus de 20 % de leur budget à l’achat de carburants et aux péages d’autoroutes. Les achats de produits alimentaires et de boissons constituent également un poste de dépenses important, notamment pour ceux qui séjournent dans les gîtes, les campings ou les nombreuses résidences secondaires de la région. En contre-partie, les dépenses dans les restaurants et les cafés sont moins développées qu’ailleurs. Cette structure de consommation, très spécifique, tend à se renforcer. Elle explique en grande partie la différence de croissance avec les autres régions de province.

Communiqué de l’Insee
Bourgogne-Franche-Comté