samedi 26 mai 2018
Nathalie Koenders dévoilera la plaque Place de la Fontaine d’Ouche dite «Place André Gervais», en hommage à l'emblématique adjoint décédé en juillet dernier.
Questions à...
Médecin régulateur au Samu 21 et conseiller départemental, Christophe Avena décrit les difficultés des médecins régulateurs, confrontés à une augmentation continue des appels. Sans se prononcer sur le contenu de la conversation entre le Samu de Strasbourg et Naomi Musenga, il note une anomalie dans cette affaire, symptomatique d'un manque de médecins régulateurs.
> Bourgogne - Franche-Comté > Bourgogne - Franche-Comté

BOURGOGNE-FRANCHE-COMTE : Le Front National dresse une liste de lieux salafistes dans la région et demande leur fermeture

02/03/2018 18:43Imprimer l’article
Le groupe Front National du Conseil Régional, par la voix de son président, Julien Odoul, a révélé ce vendredi une liste de mosquées dans quasiment tous les départements de Bourgogne-Franche-Comté qu'il accuse de se référer au salafisme, «carburant du djihadisme», sur la base d'un «document» émanant probablement du renseignement intérieur. Il demande la fermeture pure et simple de ces lieux en Saône-et-Loire, en Côte-d'Or, dans le Jura, le Doubs, l'Yonne, et en Haute-Saône.
Julien Odoul, le président du groupe Front National au conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté, s'est entouré de quatre de ses élus régionaux, Julien Guibert, Colette Clerc, Patrice Lombard et Sylvie Beaulieu, pour dénoncer un certain nombre de lieux de cultes musulmans, dans la plupart des départements de la région, sur la base d'un «document» dont il n'a pas révélé la source, mais qui émanerait du renseignement intérieur selon nos informations.

Dans une longue prise de parole, Julien Odoul a commencé par rappeler la volonté d'Emmanuel Macron de réformer l’islam de France pour en déduire que «le Président de la République a reconnu qu’il existe un problème avec l’islam et que ses relations avec la République sont pour le moins difficiles». S'appuyant aussi sur Le Figaro, qui faisait état d’un rapport commandé par le ministère de l’intérieur, le responsable régional du Front National affirme que «la majorité des troubles à la laïcité sont le fait d’un islam rigoriste et radical».

«L’islamisme cherche à s’infiltrer partout»


Un décret publié le 27 février dernier au Journal Officiel «vient de permettre aux autorités militaires de résilier le contrat d’un soldat ou d’un officier en voie de radicalisation» poursuit Julien Odoul, «et en juin 2016, un rapport parlementaire évoquait une cinquantaine de dossiers de radicalisation dans les armées. Preuve en est que l’islamisme cherche à s’infiltrer partout. Depuis plusieurs années, notre pays est confronté à l’avancée d’un islam radical, conquérant et sanglant […] contraire à nos lois, à nos valeurs et qui s’oppose frontalement à notre civilisation».

«Par tous les moyens et sur tous les terrains, des lieux de culte aux clubs de sport en passant par nos écoles, les islamistes investissent progressivement et méthodiquement l’espace public. Comme j’avais pu l’écrire à la ministre de la culture dans un récent courrier, les islamistes ont des auxiliaires emblématiques qui avancent avec le masque de la respectabilité. Dans la chanson, le spectacle, la télévision, la communication ou l’humour, sur scène et sur les réseaux sociaux, un certain nombre «d’artistes» expriment en toute impunité des idées dangereuses contraires à nos valeurs républicaines».

«La Bourgogne Franche-Comté n’a pas échappé à cette idéologie totalitaire»


Pour Julien Odoul, «l’immigration massive, la complaisance, ou la lâcheté des pouvoirs publics ont hélas permis la propagation de ce fléau. […] Les polémiques et les faits divers nous révèlent que la Bourgogne Franche-Comté n’a pas échappé à cette idéologie totalitaire».

Le groupe Front National veut se faire le relais du «cri d’alarme de plusieurs élus locaux de Bourgogne Franche-Comté» : «Des dizaines de maires sont confrontés chaque jour aux intimidations et aux pressions de groupes organisés qui, pierre après pierre, font régner leur mode de vie et imposent leur vision de la société» affirme Julien Odoul, citant notamment une lettre du maire de Saint-Valérien (89), qui a écrit au représentant de l’Etat au sujet de la construction d'une mosquée dans sa commune.

«Un document frappant qui identifie des pratiques politico-religieuses dangereuses»


«Après avoir pris connaissance de ce courrier, j’ai voulu en tant qu’élu régional mieux connaître et comprendre le phénomène islamiste en Bourgogne Franche-Comté» explique Julien Odoul. «Après plusieurs recherches débouchant sur des rendez-vous avec des spécialistes du sujet, j’ai obtenu un document frappant qui identifie des pratiques politico-religieuses dangereuses, encore jamais révélées. Ces pratiques se réfèrent au salafisme, courant de l’islam prônant un retour aux pratiques en vigueur à l’époque du prophète et la rééducation morale de la communauté musulmane. Aujourd’hui, loin des théories, le salafisme apparaît clairement comme le carburant du djihadisme».

Les lieux incriminés en Bourgogne-Franche-Comté :


Sur la base de ce document, une note qui émane probablement du renseignement intérieur, Julien Odoul a listé un certain nombre de lieux de la région, principalement des mosquées, relevant du salafisme, en s'appuyant sur des événements plus ou moins récents. Citations du président du groupe Front National au Conseil Régional :

En Côte-d’Or :


«La mosquée de Quetigny est une mosquée UOIF qui est l’émanation française des Frères musulmans, organisation classée terroriste dans de nombreux pays».

En Saône-et-Loire :


«La salle de prière du Tawhid de Chalon-sur-Saone. […] On y prêche un islam radical avec des individus à l’origine de la mouvance salafiste locale et fiché S comme «individus évoluant dans la mouvance de l’islam radical se déplaçant à l’étranger». Depuis 2009, il est constaté une évolution flagrante de la mouvance salafiste dans le quartier d’implantation. En 2014 et 2015, l’imam salafiste de la mosquée EL KHIR de Dijon, le dénommé El Aroussy Mohamed alias Abouyoussouf, est intervenu à plusieurs reprises afin de dispenser des cours aux militants salafistes présents et a organisé des séminaires animés par l’éminent salafiste parisien, le Cheikh Bachir Ibno Hassa».

En Haute-Saône :


«Une association est dirigée par des individus de la mouvance salafiste, «le Jardin des Mômes». Déclarée en préfecture le 27 juillet 2007, elle est située dans le quartier sensible des Capucins. Elle a pour objet (je cite) de «redonner un dynamisme positif à travers des activités éducatives, culturelles, sociales et sportives par le biais du développement, du soutien et de l’accompagnement des projets». […] Les enfants qui fréquentent la salle racontent qu’il ne faut pas écouter de musique rappelant les polémiques à la suite de la vidéo de l’imam de Brest qui disait aux enfants qu’écouter de la musique allait les transformer en singe et en porc. Les petites filles ont toutes un foulard noir sur les cheveux. Certains couples de l’association ont déscolarisé leurs enfants, estimant que l’école de la République n’enseigne pas les bonnes valeurs».

Dans l’Yonne :


«Le lieu de culte de Villeneuve-sur-Yonne est répertorié comme salafiste. En 2015, cinq fidèles ont fait l’objet d’une perquisition administrative».

Dans le Doubs :


«La mosquée Zaid de Bethoncourt, située dans le quartier sensible des Champvallons, était fréquentée par la famille Akoucham dont la fille mineure Soukaina a gagné les rangs de l’Etat islamique en Syrie dès octobre 2014. Depuis le début de l’année 2017, la mosquée fait l’appel à la prière par mégaphone, le matin et à 14h, tous les jours de la semaine. Le rayonnement sonore couvre tout le quartier des Champsvallons».

«La mosquée Omar Ben Ghattab à Besançon est située dans le quartier prioritaire des Clairs Soleils. Ce lieu de culte est géré par l’Association de la Jeunesse musulmane de Besançon, affiliée à l’UOIF. Depuis 2007, le local est gracieusement mis à disposition de l’association par le bailleur social «Grand Besançon Habitat». En 2013, la mosquée est passée sous contrôle des salafistes. Les plus rigoureux des fidèles se sont opposés à un imam jugé trop modéré. […] La prière est aujourd’hui conduite par un individu nommé Faycal Saoudi, proche de l’association salafiste Dar Al Hadith, implantée dans le quartier sensible de la Planoise».

«La nouvelle mosquée salafiste de Sochaux a été inaugurée en juin 2016. Le bâtiment couvre 200m2. L’association musulmane de Sochaux prône un islam radical salafiste. […] La mosquée héberge tous les salafistes radicaux refoulés des autres mosquées de l’aire urbaine. Sous couvert de l’association «passerelle culturelle», une école coranique y est également répertoriée. Cet enseignement religieux radical concerne environ 65 enfants. Le président de l’association, Rezki Bibi, ne serait finalement qu’un prête-nom. En effet, l’association et la mosquée seraient dirigées réellement par le trésorier Oueli Ali, dont le domicile a fait l’objet d’une perquisition administrative».

Dans le Jura :


«La mosquée située au 34 rue du Mont Roland est affiliée à l’UOIF. Son imam, Mustapha Lababidi est ancré dans une foi intransigeante. […] Ses discours sont jugés trop orientés politiquement et auraient choqué des fidèles. Le 26 mai 2016, Mustapha Lababidi a été trouvé porteur d’un passeport syrien falsifié qui faisait partie d’un lot de 3800 passeports vierges volés début 2015 par des membres du groupe «Jambart El Nosra» filiale de l’organisation terroriste Etat islamique. Il a été placé en garde à vue pour faux et usage de faux documents administratifs. Il fait l’objet d’une fiche S pour le motif suivant : membre de la mouvance islamique susceptible d’effectuer de fréquents déplacements tant sur le territoire national français qu’à l’étranger.»

«Ces nouveaux éléments ajoutés à ceux déjà dévoilés dans la presse, décrivent l’importance et la diversité d’un islam radial ancré dans nos territoires, mené par des islamistes déterminés, dans le silence complice voir coupable de certains responsables locaux» juge Julien Odoul. Ainsi, les élus du Front National «souhaitent sensibiliser les Bourguignons et les Franc-Comtois sur ce ce péril grandissant qui menace notre mode de vie et la sécurité de nos enfants» et ajoute que «seule Marine Le Pen propose des solutions efficaces pour éradiquer l’islamisme».

Julien Odoul condamne la mise en examen de Marine Le Pen


Après avoir cité la présidente de son parti, le responsable Front National a également réagit brièvement à l'actualité : «J’en profite pour condamner la mise en examen de Marine Le Pen totalement insensée. Elle a diffusé la réalité de l’idéologie barbare qui nous fait la guerre alors que le logeur de terroristes Jawad a été relaxé. Nous avons une justice à deux vitesses : faible et laxiste avec les ennemis de la République et impitoyable avec ceux qui font la guerre au fondamentalisme islamique».

Concernant les lieux incriminés en Bourgogne-Franche-Comté, le groupe Front National à la région a fait imprimer 80.000 tracts qui seront distribués «afin de participer au réveil des consciences pour la sauvegarde de nos libertés. En révélant ces informations, nous mettons un coup de pied dans la fourmilière pour que les responsables politiques locaux réagissent sur ce qui se passe dans leurs quartiers, dans leurs villes, dans leur région».
Il demande la «fermeture pure et simple» de ces lieux. «C'est tout le paradoxe de l'Etat d'urgence par lequel on a réouvert des lieux.
On nous dit que la radicalisation se fait sur Internet, mais c'est hors-sol. A un moment donné, les ramifications sont réelles».
N.R.