mercredi 19 juin 2019
Les conditions météorologiques actuelles sont favorables à la pollinisation des graminées, espèce fortement allergisante, explique Atmo.
Questions à...
A l’issue d’une saison régulière historique en Jeep Elite avec la 3ème place au classement pour la JDA Dijon Basket et à l’approche du premier tour des playoffs, l’entraîneur Laurent Legname fait le point avec Infos-Dijon sur la réussite de son équipe ainsi que ses forces pour poursuivre l’aventure. Entretien.
> Bourgogne - Franche-Comté > Bourgogne - Franche-Comté

BOURGOGNE-FRANCHE-COMTE : Le poids de la maintenance dans la filière ferroviaire

30/07/2018 14:36Imprimer l’article
L’Insee Bourgogne-Franche-Comté nous livre une étude sur le poids de la maintenance dans la filière ferroviaire en Bourgogne-Franche-Comté.
La filière ferroviaire s’appuie sur deux activités bien distinctes et complémentaires : les matériels roulants, qui représentent près des trois quarts des effectifs, et les infrastructures.
Dans un cas comme dans l’autre, il s’agit notamment d’une production matérielle – fabrication de matériels roulants, construction de voies et des éléments de sécurité afférents. La maintenance de ces équipements, dont le coût est élevé et la durée de vie longue, tient toutefois une place importante.

En Bourgogne-Franche-Comté, la filière ferroviaire repose sur une centaine d’établissements privés, le plus souvent de taille modeste. Seuls six dépassent les 500 salariés, parmi lesquels Alstom et Eurovia. Ces établissements emploient 6 850 salariés dont sept sur dix travaillent dans la fabrication et la maintenance de matériels roulants. S’y ajoutent 3 800 agents de la SNCF, présents dans des établissements œuvrant à la maintenance des voies et des trains.

Plus qualifiés, avec plus d’ancienneté, les salariés du ferroviaire gagnent davantage que ceux de l’industrie : 15,40 euros de salaire horaire moyen net contre 14,10 euros. On atteint même 16,80 euros dans la fabrication de matériels roulants. Les cadres en revanche perçoivent des rémunérations un peu plus faibles en moyenne. La filière recourt largement aux intérimaires : près d’un millier fin 2017, soit 14 % de main-d’œuvre supplémentaire.

Communiqué
de l’INSEE Bourgogne-Franche-Comté