vendredi 22 mars 2019
Avec notre vidéo de la manifestation.
Youth for climate Dijon a réussi à mobiliser environ 2000 lycéens et étudiants dijonnais à l'occasion de la grève et marche pour le climat ce 15 mars, suite à l'appel de Greta Thunberg.
Questions à...
Après l’affaire Christophe Dettinger, sur laquelle il revient largement pour Infos-Dijon, l’avocat dijonnais Jean-Philippe Morel représentera aussi l’association «Gendarmes et Citoyens» dans l’affaire de la caserne de Dijon et plaidera pour des policiers victimes en décembre dans le cadre du mouvement des gilets jaunes. Interview.
> Bourgogne - Franche-Comté > Bourgogne - Franche-Comté

BOURGOGNE-FRANCHE-COMTE : Les entreprises du numérique, en pleine croissance, ont besoin de recruter

15/02/2019 14:52Imprimer l’article
C’est l’une des démarches accompagnées par l’association Bourgogne-Franche-Comté Numérique, cluster des entreprises du numérique sur la région, qui entend conforter son job dating annuel.
Le numérique est partout aujourd’hui, via des développements à vitesse grand V. Des développements de réseaux, de structures et d’une filière pouvant même être trop forts par rapport à la mise en place de formations et par conséquent l’acquisition de compétences dans le domaine évoqué.
C’est notamment pourquoi les besoins sont importants pour les entreprises de la filière. Le job dating organisé par le cluster BFC Numérique vise à permettre à plusieurs de ses entreprises adhérentes de prendre du temps pour rencontrer le maximum de candidats potentiels.

Public large, profils variés, offres diversifiées


BFC Numérique, comptant plus de 200 entreprises adhérentes sur toute la région, rappelle d’ailleurs ses missions auprès de celles-ci : les fédérer ; les faire grandir (appuis techniques mais aussi en ressources humaines) ; les faire rayonner.
Jeudi après-midi au Multiplex, sur le campus de l’université de Bourgogne à Dijon, non loin de la Maison régionale de l’innovation où opère le cluster, c’est la deuxième année que l’association proposait ce job dating. 25 entreprises étaient au rendez-vous, avec plus de 300 candidats potentiels à des stages et des offres d’emplois. Le public était alors constitué majoritairement d’étudiants, dont les profils ont pu être identifiés avec l’aide du service Entreprises de l’uB ainsi que du rectorat de l’académie de Dijon.
Ils sont venus de Dijon, mais aussi d’Auxerre, de Chalon-sur-Saône, du Creusot, d’écoles du numérique… Un public large et des profils variés, pour des métiers techniques mais aussi des postes disons tournant autour du numérique, dans différents services des entreprises (comptabilité, communication, commercial, marketing, juridique…).
Pour en revenir aux problèmes de recrutement dans le numérique, l’accent était mis sur le métier de développeur web.

«Que la région prenne vraiment la pleine mesure

de la transition numérique»…


Si l’on tient compte des différentes études portant sur les emplois dans le numérique, la filière représenterait environ 10 000 emplois en Bourgogne-Franche-Comté. Toutefois, sur la région, le nombre d’emplois dans le numérique par rapport au nombre d’actifs ne représente qu’un tiers voire 50 % de la moyenne nationale.
«L’idée est de rattraper ce retard. Tout le tissu économique est en train de se digitaliser», affirme Christophe Boutet, président de BFC Numérique, en souhaitant «que la région prenne vraiment la pleine mesure de la transition numérique»… Et il nous précise qu’en 2017, la progression des emplois dans le numérique par rapport à l’année précédente a été de 15 %.
Ce job dating est, en parallèle des besoins de recrutement présentés, un panel des forces locales en termes de numérique et des projets au sein de celles-ci. Alors que la première édition de l’événement avait rassemblé une quinzaine d’entreprises et moitié moins de candidats potentiels, cette deuxième édition, plus conséquente on l’a dit, ne peut que conforter l’intention de BFC Numérique de pérenniser ce rendez-vous, tout en envisageant de le renouveler plusieurs fois par an dans les territoires, comme l’a confirmé Delphine Vanhoutte, responsable de projets pour le cluster.
Ainsi en fin d’année, un job dating du numérique devrait se tenir en Franche-Comté.

Maxime Alaaraboui


«Je suis actuellement en première année à l’ESIREM, en informatique-électronique, et je viens chercher un stage de fin d’année. Ce qui m’intéresse particulièrement, c’est l’intelligence artificielle et je voulais voir ce qui pouvait me faire progresser là-dedans parmi les entreprises.
Le stage de CMV Informatics pouvait me plaire, même si la durée ne correspond pas. J’ai pu quand même en apprendre un peu plus sur comment fonctionne l’entreprise et sur ce qu’elle essaie de développer comme calculs intelligents dans la conception de bases de données. C’est toujours intéressant.
Il y a aussi la start-up Spores qui semble très intéressante pour ce qui est de la robotique aérienne. Le domaine des nouvelles technologies est un milieu qui est en permanente évolution. C’est pour ça que c’est motivant.»

Mélanie Nansounon


«Je suis apprenante au centre de formation Webforce 3 à la Maison de l’Innovation. Je cherche un stage pour valider ma formation de 400 heures, en développeur web. Je souhaite avoir une qualification supplémentaire.
J’étais en intérim en fibre optique, technicienne en bureau d’études, durant un et demi dans la même entreprise. En plus de mon bac pro en électrotechnique, l’idée était d’avoir un vrai plus dans le développement web.
La fibre optique me plait beaucoup mais j’aurai la possibilité de me diversifier sur le long terme. En développeur web, il y a des débouchés et ça peut compléter ce que je sais faire en communication, pour pouvoir rebondir au cas où. J’ai déjà déposé mes CV auprès de deux recruteurs.»

Alix Berthier
Photos : Alix Berthier


















 
?>