jeudi 19 septembre 2019
Le mosaïste a ajouté Dijon à la longue liste des villes du monde qui hébergent ses oeuvres. Il en a fixé six sur des façades du centre-ville.
Découvrez notre carte Google pour retrouver les six oeuvres.
Questions à...
La conseillère métropolitaine déléguée à l’emploi témoigne de la volonté de la Métropole d’accompagner les acteurs du territoire pour favoriser la création d’emplois et «permettre un développement économique harmonieux et solidaire».
> Bourgogne - Franche-Comté > Bourgogne - Franche-Comté

BOURGOGNE-FRANCHE-COMTE : Les rencontres territoriales Economie Emploi Formation, pour repenser tout un modèle

11/12/2018 03:18Imprimer l’article
L'Etat et la Région ont terminé ce lundi un cycle de rencontres avec les acteurs, élus, opérateurs et entreprises, destinées à mieux penser la formation, dans le but de la voir mieux correspondre à l'emploi et ainsi bénéficier à toute l'économie. Un vaste chantier.
La dernière réunion des rencontres territoriales Economie Emploi Formation de Bourgogne-Franche Comté s'est tenue ce lundi après-midi à Dijon, avec la participation du préfet de Région, Bernard Schmeltz, de la présidente du Conseil Régional, Marie-Guite Dufay, et de la rectrice de l'académie de Dijon, Frédérique Alexandre-Bailly.
Ces rencontres ont pour principe de compiler débats, témoignages et retours d'expériences afin de penser, puis construire, la politique régionale de formation des années à venir.

Des Rencontres territoriales pour quoi faire et comment se sont-elles déroulées ?


Elles ont été organisées sur l’ensemble du territoire régional (9 rencontres) de mi-novembre à ce 10 décembre à Dijon. Elles ont permis la participation de plusieurs centaines d’acteurs, d’élus, d’opérateurs, mais les organisateurs regrettent une participation assez faible des chefs d’entreprises. Néanmoins «les témoignages apportés ont montré une certaine disponibilité et une ouverture des entreprises concernées, qui ont accepté de prendre sur leurs agendas généralement très serrés pour répondre aux invitations» souligne-t-on du coté de la préfecture.
Un bilan sera prochainement réalisé afin de capitaliser et de partager les débats et préoccupations exprimés. D’ores et déjà les éléments, notamment les diagnostics pour les RTEEF 2017 (les premières rencontres, qui s'étaient déroulées il y a un an) sont disponibles sur le site «emfor-bfc.org».

Quels étaient les objectifs de ces rencontres ?


Au travers de ces RTEEF, trois objectifs principaux étaient visés :

1 - Montrer la capacité des acteurs publics, Etat, Rectorat, Région, à se mobiliser pour répondre avec les acteurs territoriaux aux difficultés, problématiques, enjeux dans la sphère de l’économique, de l’emploi et de la formation. Montrer, à cette occasion qu’il existe des outils et des réponses possibles aux situations : un des enseignements des RTEEF 2017 est que beaucoup d’acteurs ne connaissent pas ou pas suffisamment ce qui existe et ce qu’il est possible de réaliser.
«L'idée est de tous tirer ensembles et dans le même sens et montrer qu’il est véritablement possible de faire des choses positives ensembles». Le Pacte Régional d’investissement dans les compétences illustre particulièrement cette volonté.

2 - Continuer les échanges et le dialogue avec les acteurs locaux pour mieux connaitre leurs attentes, besoins, propositions de pistes d’action : il s’agit véritablement du sujet majeur des RTEEF. Il n’est pas question de faire «à la place d’eux» mais «avec eux». Ils connaissent bien leurs sujets et préoccupations, ils ont mis en place des actions, ils en connaissent la portée mais également les limites. Ils doivent savoir qu’ils peuvent compter sur le niveau régional pour les aider et leur apporter leurs soutien, dispositifs, financements, ingénierie…

3 - Evoquer et présenter deux questions et sujets importants qui s’imposent dans l’actualité :

    - La loi pour «la Liberté de choisir son avenir professionnel» votée et promulguée récemment, dont l’ampleur interpelle nécessairement, suscite des interrogations voire des inquiétudes. Cette loi rebats de nombreuses cartes, et il est nécessaire qu’elle soit explicitée, interrogée, même si plusieurs de ses dispositions s’appliqueront de façon décalée dans le temps (elle nécessite de très nombreux décrets d’application).

    - L’objet et les enjeux du Plan Régional d’Investissement dans les Compétences (PRIC) tant dans son contenu, même s’il n’est pas encore formellement finalisé, pour parvenir en Bourgogne-Franche-Comté à l’élaboration d’un texte lourd et ambitieux. Il a également vocation à donner du sens aux actions, mobilisations, priorités qui seront déployés au cours des 4 prochaines années dans le domaine de la formation professionnelle.
Le Pric sera présenté et signé, notamment par la Ministre du Travail, lors d’une rencontre qui se tiendra le 20 décembre prochain.

Ils l'ont dit ce lundi :


Marie-Guite Dufay, présidente du Conseil Régional :




«La question de la formation est un enjeu phénoménal sur tout le territoire. Nous entrons dans une phase où l'Etat pousse les Régions à en faire encore plus. Il ne s'agit pas seulement de mettre de l'argent sur la table, mais aussi de se demander comment trouver des méthodes pédagogiques innovantes. Le pacte que nous signerons le 20 décembre avec Mme Pénicaud viendra formaliser cet engagement. Ce n'est pas qu'une question de moyens supplémentaires mais aussi de mise en relation des acteurs. Il faut pour ça une cohésion totale entre Etat et Région. Soyez assurés de notre engagement sans faille.»

Frédérique Alexandre-Bailly, Rectrice de l'académie de Dijon :




«Depuis le début de ces rencontres, nous travaillons ensemble et cette coordination est très importante. On aura désormais un énorme travail de synthèse à faire.
Il y a un axe, "investir l'avenir", qui vise à donner une connaissance la plus large possible aux jeunes de leurs horizons professionnels. Nous travaillons sur l'orientation, avec le programme d'investissements d'avenir (PIA3) qui vise à systématiser toutes les actions d'orientation. On travaille aussi à développer l'apprentissage, notamment avec l'expérimentation 2+1 (qui permet aux élèves de terminale bac professionnel d'accéder à un contrat d'apprentissage ndlr).
On essaie aussi de cibler de nouvelles formations pour mieux coller aux besoins des entreprises, dans un travail commun avec la Région, pour bien coordonner les désirs des jeunes et les besoins des entreprises, même s'il n'y a pas toujours une corrélation directe. On s'emploie aussi à bien communiquer la dessus pour que les jeunes aient vraiment la possibilité de choisir des formations à la fois qui leur plaisent, et qui offrent une carrière.»

Bernard Schmeltz, Préfet de la Région Bourgogne-Franche-Comté :




«Ces rencontres interviennent dans un paysage législatif qui a déjà évolué, notamment avec la loi «choisir son avenir professionnel», ou la loi Pacte, etc. Il y a une volonté forte de l'Etat d'agir sur les problématiques d'inclusion et de formation.
Le Plan d'Investissement dans les Compétences (PIC), c'est quand même plus de 250 millions d'euros mobilisés pour la période 2019-2022 en Bourgogne-Franche-Comté. Encore s'agit-il de donner corps à tout ça, et notamment en direction des publics les plus éloignés des métiers et de l'insertion professionnelle.»

Nicolas Richoffer
Photos N.R.