mercredi 12 décembre 2018
Questions à...
Le préfet de Côte-d'Or et de Bourgogne-Franche-Comté, Bernard Schmeltz, a réagi ce samedi pour Infos-Dijon.
> Bourgogne - Franche-Comté > Bourgogne - Franche-Comté

BOURGOGNE : Le moustique-tigre est à Garchizy, dans la Nièvre

05/08/2018 06:30Imprimer l’article
Jusqu’à présent, pour la Bourgogne, il n’était considéré comme implanté qu’en Saône-et-Loire.
Communiqué de la préfecture de la Nièvre et de l'Agence Régionale de Santé :

Dans le cadre du dispositif national de lutte contre la dissémination du moustique Aedes albopictus - dit moustique-tigre - en France métropolitaine, des pièges pondoirs ont été installés début mai dans plusieurs communes de la région, notamment dans la Nièvre.

Jusqu’à présent, A. albopictus a été ponctuellement identifié dans plusieurs départements de Bourgogne Franche-Comté les années passées, mais n’était considéré comme implanté qu’en Saône-et-Loire, où un plan de lutte contre les arboviroses est en vigueur depuis 2015.
En effet, ce moustique peut véhiculer des virus comme ceux du chikungunya, de la dengue et du zika ; il est désormais établi dans 42 départements de métropole.

A l’occasion du relevé des pièges, le 17 juillet, 2 d’entre eux ont été observés positifs (présence d’œufs) à Garchizy. Une enquête de terrain a ensuite eu lieu les 24 et 25 juillet par des agents de l’EIRAD (entente interdépartementale Rhône-Alpes pour la démoustication), opérateur chargé de la surveillance sur la région ; cette enquête a confirmé les nuisances liées aux moustiques vécues par les habitants du secteur et la présence avérée d’Aedes albopictus (larves et adultes).

Au vu du contexte et de l’environnement très favorables au moustique-tigre (multiples gîtes effectifs ou potentiels, distance importante entre les deux observations d’individus les plus éloignées) et du fait que la zone colonisée n’est pas clairement délimitée, un traitement insecticide (larvicide et adulticide) n’est pas envisagé, il serait inefficace. En revanche, d’autres pièges pondoirs ont été installés en vue d’évaluer l’étendue de cette zone. Les résultats en seront connus fin août.

A l’occasion de l’enquête de terrain, il a pu être constaté de nombreuses réserves d’eau non couvertes et faisant office de gîtes larvaires. Il est rappelé qu’avant de voler et de piquer, les moustiques se développent dans l’eau, sous forme de larves. Chacun peut avoir les bons gestes pour éviter la prolifération d’Aedes albopictus en supprimant les petits réservoirs d’eau stagnante :
- videz (une fois par semaine) coupelles et soucoupes sous les pots de fleurs, gamelles des animaux, replis des bâches, seaux, pieds de parasol
- couvrez hermétiquement les récupérateurs d’eau
- rangez (à l’abri de la pluie) les jouets, brouettes, seaux, arrosoirs
- entretenez les gouttières, rigoles et chenaux
- jetez (en déchetterie) déchets et pneus usagés
- créez un équilibre dans votre bassin d’agrément : les batraciens et les poissons mangent les larves de moustique.

En savoir plus :


Sur le site du Ministère des Solidarités et de la Santé en cliquant ici

Sur le site de l'ARS Bourgogne-Franche-Comté en cliquant là

Photo Calafellvalo/Flickr
 
?>