mardi 25 juillet 2017
Questions à...
L'emploi des seniors est une préoccupation pour Fabrice Rey, directeur de Créativ', le cluster emploi de Dijon métropole. Il revient pour Infos-Dijon sur une expérience menée début juillet et insiste : «l'opération sera améliorée et renouvelée, car les plus de 50 ans ne sont pas reçus en entretiens d'embauche et n'ont plus accès aux entreprises». Interview.
> Bourgogne - Franche-Comté > Bourgogne - Franche-Comté

BOURGOGNE : Les Dijonnais de Zutique Productions au cœur des Rendez-Vous de Juillet d'Autun

17/07/2017 17:36Imprimer l’article
Alors que la critique des médias orchestrée par certains candidats à l'élection présidentielle a laissé des traces auprès des journalistes, le festival des histoires vraies a permis de constater qu'il y a encore des citoyens qui croient dans une capacité d'informer avec rigueur et honnêteté. Pour les mobiliser, il fallait concentrer à Autun une offre de qualité.
Créer un festival en cinq mois est un défi. L'équipe de la revue XXI, les services d'Autun et de Grand Autunois Morvan l'ont relevé ! Le coordinateur Thibaut Brugat-Dreux s'est installé à Autun à partir de février 2017 pour porter la voix des organisateurs et tout agencer dans l'urgence jusqu'aux dates des Rendez-Vous de Juillet, du 14 au 16 juillet (lire notre article). En ce qui concerne la régie technique et la programmation musicale, il a été décidé de faire appel à l'accompagnement des Dijonnais de Zutique Productions, opérateur culturel majeur en Bourgogne.

Interview croisée de Fred Ménard (directeur de l'association Zutique Productions) et de Marie-Pierre Subtil (rédactrice en chef de la revue XXI)



M. Ménard, pourquoi les Dijonnais de Zutique sont aujourd'hui à Autun ?


«C'est l'équipe de XXI qui nous a sollicité. Ils avaient entendu parler de Zutique par les événements auxquels nous avions participé au musée de Bibracte (les festivals Web Blindé, Naadam, Repérages...).»
«Nous gérons la régie technique des deux sites, Autun et Bibracte. Nous avons proposé des groupes locaux à Marie-Pierre Subtil. C'est un recours à l'intelligence collective. Les deux équipes étaient faites pour se rencontrer !»

Mme Subtil, comment en vient-on à organiser un nouveau festival en si peu de temps ?


«Le festival a mobilisé 130 intervenants, une centaine de bénévoles pour ces cinq mois de préparation. Nous ne sommes pas dans une entreprise classique. Nous avons notre travail et on se rajoute du travail ! C'est une entreprise libérée !»

«Le budget du festival est de 350 000 €, c'est un budget raisonnable. Un tiers du financement provient des collectivités territoriales. Par exemple, le conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté a participé à hauteur de 40 000 €. Il y a aussi l'intervention des fonds européens LEADER [NDLR :un programme initiatives communautaire en faveur du développement rural pour stimuler les potentiels des territoires].»

«Nous cherchions un endroit où se poser pour raconter des histoires vraies, faire du journalisme vivant ! L'idée est de faire ça en coopération avec la population. Les Rendez-Vous de Juillet, c'est un festival qui donne à réfléchir. Un festival autour de témoins qui racontent des histoires vécues, un morceau de ce qu'ils ont compris du monde.»

Texte et photos Jean-Christophe Tardivon