jeudi 21 mars 2019
Avec notre vidéo de la manifestation.
Youth for climate Dijon a réussi à mobiliser environ 2000 lycéens et étudiants dijonnais à l'occasion de la grève et marche pour le climat ce 15 mars, suite à l'appel de Greta Thunberg.
Questions à...
Après l’affaire Christophe Dettinger, sur laquelle il revient largement pour Infos-Dijon, l’avocat dijonnais Jean-Philippe Morel représentera aussi l’association «Gendarmes et Citoyens» dans l’affaire de la caserne de Dijon et plaidera pour des policiers victimes en décembre dans le cadre du mouvement des gilets jaunes. Interview.
> Bourgogne - Franche-Comté > Bourgogne - Franche-Comté

Chute démographique : «La Bourgogne Franche-Comté malade de l’exclusion territoriale» selon Julien Odoul

11/01/2019 16:31Imprimer l’article
Le président du groupe Rassemblement National au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté estime que «nos territoires sont vidés de leurs atouts avec des fermetures d’écoles à répétition dans les villages et les suppressions de services dans les hôpitaux de proximité».
Communiqué de Julien Odoul, président du groupe Rassemblement National de Bourgogne Franche-Comté :

Le 27 décembre dernier, l’Insee a révélé les derniers chiffres inquiétants du recensement. Après un demi-siècle de croissance ininterrompue, la croissance démographique de la région Bourgogne Franche-Comté est à présent la plus faible de toute la France.

En quelques années, les politiques gouvernementales de droite et de gauche, relayées et soutenues par des élus locaux complices, ont fait de la Bourgogne Franche-Comté, la région la moins dynamique et la moins attractive de France.

Nos territoires sont vidés de leurs atouts avec des fermetures d’écoles à répétition dans les villages et les suppressions de services dans les hôpitaux de proximité comme Tonnerre, Gray ou Montceau-les-Mines. Facteurs aggravants, la persistance des zones blanches sans internet et réseau téléphonique et la disparition des derniers services publics achèvent de rendre impossible la vie à la campagne.

Force est de constater que les élites nationales et régionales ne veulent pas lutter contre la fracture territoriale et les inégalités. Ils préfèrent installer des milliers de migrants dans nos campagnes plutôt que de maintenir des services publics de proximité susceptibles d’attirer de nouvelles familles françaises.

Il n’y a pas de fatalité. La Bourgogne Franche-Comté n’est pas condamnée à devenir une aire de repos pour touristes amateurs de grands vins, défigurée par les éoliennes et repeuplée par les migrants. 
?>