dimanche 17 novembre 2019
Experts du quotidien, les membres de l'association Envie d'aller plus loin avec mon handicap étudient l'accessibilité des événements ou des moyens de déplacement à Dijon. Après deux années de déboires, ils espèrent que les prochaines animations des Féeries de Noël seront réellement inclusives.
Questions à...
Depuis mars 2018, Sophie Harent occupe la direction du musée Magnin. À l'occasion d'un nouvel accrochage, elle explique pour Infos-Dijon comment elle donne un nouveau souffle à ce musée national.
> Bourgogne - Franche-Comté > Bourgogne - Franche-Comté

CONSEIL REGIONAL : «On se met en position d'accélérer» assure Marie-Guite Dufay

15/11/2018 01:09Imprimer l’article
La présidente du Conseil Régional dirigera ce jeudi la séance plénière consacrée au débat d'orientation budgétaire, dont elle place les grandes transitions, écologique, énergétique et numérique, au centre.
La présidente de la région Bourgogne-Franche-Comté, à la veille de la séance plénière du conseil régional consacrée au débat d'orientation budgétaire, a défendu ce mercredi son action en conférence de presse. «Les orientations budgétaires de mi-mandat, ce n'est pas neutre» a-t-elle lancé d'entrée.

Selon elle, ce débat portera autour de trois grands items :


1 - «Le pouvoir d'achat», avec «l'engagement que nous avions pris sur la gratuité des transports scolaires, mais aussi, au delà, le renforcement de la tarification sociale dans les lycées, les lignes de bus à 1,50 euros et la tarification des TER».



2 - «Mettre ces orientations au service des grandes transitions, écologique, énergétique et numérique. En matière de transition énergétique, nous mettrons en place une éco-conditionnalité aux interventions sur les bâtiments que nous allons financer. Nous n’avons pas le choix, nous devons être les plus vertueux possibles».
«Vous le voyez, on se met en position d'accélérer. Et puis nous préparons les mobilités de demain, de proximité : on doit tout faire pour qu'il y ait moins de voitures sur les routes. Nous devons préparer le fait que demain, dans les campagnes, on n'utilisera pas forcément une voiture par personne : ce sera le covoiturage organisé de proximité. Nous préparons ça pour l'année prochaine en espérant être appuyé par la loi sur les mobilités».

3 - «Les investissements sont portés à près de 500 millions d'euros, répartis sur les lycées, le matériel ferroviaire, sur l’innovation dans les territoires, les infrastructures et les contrats territoriaux, alors qu'ils étaient de 300 millions en additionnant ceux des anciennes régions Bourgogne et Franche-Comté».

«Les orientations budgétaires doivent coller aux objectifs de développements durable»


La présidente du conseil régional veut que «les orientations budgétaires collent aux objectifs de développements durable (ODD) fixés par l'ONU, et ainsi renvoyer à la protection de l'environnement, au social, et à l'égalité homme-femme. Il faut que l'on puisse adapter ces 17 ODD à nos politiques d'intervention».

Au lendemain des assises des libertés locales, Marie-Guite Dufay est également revenue sur les relations Etat-collectivités, qui «ne sont pas au beau fixe».
Et de prendre l'exemple de l'Afpa : «Je rencontrerai le président national la semaine prochaine. Une seule fermeture est envisagée en Bourgogne-Franche-Comté : Nevers. Mais beaucoup de réajustements sont décidés par l'Etat, alors même qu'en tant que partenaire privilégié, nous ne sommes pas dans la boucle».
De plus, «on s’inquiète des suppressions de postes dans l’Education Nationale. Nous pensons qu’elles vont être massives dans la région».

Concernant le plan sécheresse, la présidente estime que «les modalités d'intervention sont très compliquées», et ajoute «avoir travaillé avec tous les départements et toutes les organisations agricoles pour parler d'une même voix».

TER : «L'usager paye 10 à 15% du coût réel» affirme Michel Neugnot


Concernant les tarifs TER, Michel Neugnot, premier vice-président et maître-d'oeuvre des mobilités régionales, a répondu  aux accusations d'augmentation de tarifs de l'opposition : «Nous avons reconfiguré la gamme. Effectivement, il y a parfois des augmentations pour des abonnés. Ça avait déjà été le cas quand on avait fait la gamme des occasionnels. Mais il faut savoir que ce qui est payé par l'usager abonné correspond à 10 à 15% du coût réel».
«En dehors de l’effort sur l’accessibilité, on double les moyens en passant de 17 à 35 millions d'euros» assure-t-il par ailleurs, avant d'ajouter qu'un train à hydrogène sera acheté et testé en 2019.
Nicolas Richoffer et Alain Bollery