dimanche 22 juillet 2018
Au Zénith et dans les Jardins du Département pour la demi-finale France-Belgique, au Zénith pour la finale France-Croatie, les Dijonnais ont vibré pour les Bleus. Notre rétrospective en deux vidéos.
Questions à...
A l'occasion de la reprise de l'entraînement, Olivier Dall'Oglio, entraîneur du DFCO, fait le point sur l'équipe, les mouvements et les objectifs pour la saison 2018/2019 de Ligue 1. Vidéo.
> Bourgogne - Franche-Comté > Bourgogne - Franche-Comté

DIJON : 1400 motards et automobilistes mobilisés contre les 80 km/h

14/04/2018 19:58Imprimer l’article
Les Fédérations des Motards en Colère de la Côte-d'Or et du Jura ont fortement mobilisé ce samedi dans les rues de Dijon. Un cortège dense et bruyant, de plus de 600 motos et 75 voitures a parcouru la ville et a symboliquement brûlé un faux radar devant la préfecture.
Ils veulent «mettre la pression» sur le gouvernement et ne comptent pas lâcher. Ce samedi, à Dijon comme dans de nombreuses villes de France, la Fédération des Motards en Colère appelait à manifester contre la mesure de limitation des routes départementales à 80km/h. La fédération du Jura accompagnait celle de la Côte-d'Or ce jour. Et la mobilisation a été plus forte que le 3 mars dernier (410 motos et 70 voitures, cliquez ici pour voir notre reportage) avec plus de 600 motos et 75 voitures.

Le message est clair : «Le 1er ministre Edouard Philippe, fait tout pour que sa mesure «80 km/h» passe. Il fait la promesse d’un point au bout de 2 ans mais quand on voit comment ont été traités les résultats de l’expérimentation, on a de quoi douter»…
Motards et automobilistes ne lâchent rien : «la pression de la rue et des élus comme les présidents de conseils départementaux, sénateurs, députés….  font réagir le gouvernement de telle manière que l’on se dit que rien n’est encore joué».
Les motards n'ont pas été reçus en préfecture ce samedi mais le seront le 24 avril.
N.R.
Photos Nicolas Richoffer et Jean-Christophe Tardivon

Cliquez ici pour voir la suite de notre reportage photo avec la mise à feu d'un faux radar devant la préfecture