mercredi 11 décembre 2019
L'événement «Clos et château scintillants» propose de nombreuses animations les 15 et 22 décembre à Vougeot. Au programme : visites guidées théâtralisées au rythme des contes de Noël de Bourgogne-Franche-Comté, des démonstrations et bien sûr des dégustations gourmandes.
Questions à...
Depuis mars 2018, Sophie Harent occupe la direction du musée Magnin. À l'occasion d'un nouvel accrochage, elle explique pour Infos-Dijon comment elle donne un nouveau souffle à ce musée national.
> Bourgogne - Franche-Comté > Bourgogne - Franche-Comté

DIJON METROPOLE : Etape décisive, la Métropole et la Région vont signer leur contrat

22/03/2018 10:56Imprimer l’article
François Rebsamen et Marie-Guite Dufay ont visité plusieurs sites du campus de Dijon ce mercredi après-midi et donné une conférence de presse en amont de la signature, vendredi 30 mars, du contrat Région - Métropole. La Région mettra 50 millions d'euros sur la table, et la Métropole 150 millions, pour soutenir différents volets du projet métropolitain.
L'alliance contractuelle des deux territoires est un moment important. Et si ce mercredi, en déambulant dans le campus et en visitant la bibliothèque universitaire et l'Esirem en compagnie notamment d'Alain Bonnin, le président de l'Université de Bourgogne, François Rebsamen et Marie-Guite Dufay ont voulu marquer le coup, on n'a pas senti une chaleur et une proximité très fortes.


Peu importe s'ils ont des différents, en alimentant en particulier la rivalité Dijon/Besançon, et même Bourgogne/Franche-Comté par des déclarations successives, Marie-Guite Dufay et François Rebsamen ont su faire preuve d'intelligence pour leurs territoires en s'engageant mutuellement pour plusieurs grands projets, dont une grande partie est consacrée à l'enseignement supérieur et la recherche.

Après la visite de la bibliothèque et de l’École supérieure d'ingénieurs de recherche en matériaux et en infotronique (ESIREM), la présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté et le président de Dijon Métropole ont donc brièvement présenté ensemble à l’antenne de SciencesPo Paris à Dijon, les principaux projets financés dans le cadre du contrat métropolitain entre la Région Bourgogne-Franche-Comté et Dijon Métropole. Ce contrat métropolitain sera soumis au vote de leurs assemblées respectives le même jour, vendredi 30 mars.

François Rebsamen : «Le développement ne se fera pas au détriment des autres mais avec les autres»


C'est le maire de Dijon qui a pris la parole le premier : «La présidente de la région et moi avons décidé conjointement de demander simultanément à nos assemblées, le 30 mars, de se prononcer sur le contrat. C'est une étape importante de la réflexion engagée par la métropole avec la région aujourd'hui, avec le département demain, et prochainement peut-être avec l'Etat».
François Rebsamen l'a redit : «Le développement ne se fera pas au détriment des autres mais avec les autres».
La région, par ce contrat, en est garante. Nous portons ainsi une vision optimiste : la Métropole, c'est l'anti-déclin, c'est l'inverse du repli».

Le contrat porte sur 38 grands projets, pour un volume financier important puisque la Région pose 50 millions d'euros sur la table, et la Métropole 150 millions. «Ce sont des emplois et de grands investissements» poursuit François Rebsamen. «Ce n'est pas Dijon qui va bénéficier d'une subvention de 50 millions d'euros, mais il y a tout un volet qui profitera à tous. Quand nous soutenons l'installation d'une école d'ingénieur, c'est pour que les jeunes qui quittent la région trouvent ici de quoi rester. On y trouve aussi un grand projet sur l'alimentation durable par exemple. Ce sont des projets qui dépassent le cadre de la ville ou de la seule métropole».

Cette visite au cœur du campus avait un sens, puisque l'enseignement supérieur représente un tiers des engagements financiers. «Je remercie à titre personnel la présidente de la Région : ce n'est pas facile, mais nous avons su nous accorder sur les priorités de la région, comme la Cité de la Gastronomie, ou le projet innovant On Dijon (ville connectée)» conclut le président de la Métropole. «La force d'un territoire, c'est quand ses acteurs travaillent ensemble et se stimulent. C'est pourquoi nous sommes heureux de cette signature».

Marie-Guite Dufay : «Ce contrat s'inscrit dans un ensemble»


Marie-Guite Dufay était sur la même ligne, appuyant sur le fait que la Région signe des contrats avec tous les territoires, et sans enthousiasme zélé avec la Métropole Dijonnaise : «Est venu le temps de voir comment nous contractualiserons avec tous les territoires. Comment pousser le territoire, le développement économique, les armes en terme d'attractivité et de compétitivité, et la solidarité. C'est ce qui nous anime au moment ou nous décidons de passer des contrats avec tous les territoires de la région».

Et de poursuivre : «Nous avons trouvé à Dijon un terreau très favorable. Par ailleurs, sur la question de la solidarité, nous faisons en sorte que la dynamique économique profite à tous, et Dijon est très réceptif à cette question. Que le développement profite à la ville centre, aux villes de la Métropole, mais aussi aux secteurs adjacent».

Pour Marie-Guite Dufay et la Région, «ce contrat s'inscrit dans un ensemble : Dijon, mais aussi Besançon, Belfort et Le Creusot sont les grands points d'appui scientifiques et universitaires de notre territoire. Nous avons besoin de nos forces universitaires et avons un potentiel extraordinaire. Je n'oublie pas Nevers, Vezoul, Auxerre, etc. mais les quatre grands points d'appui sont Dijon, Le Creusot, Besançon et Belfort».
En Bourgogne-Franche-Comté, il y aura 35 contrats dits territoriaux, selon «des critères qui prennent en compte les difficultés des territoires».

Un contrat inscrit dans la loi


Les lois Alur, Maptam et NOTRe ont donné au couple formé par les Métropoles et les Régions une responsabilité particulière et partagée dans le développement équilibré de leurs territoires.
Ces lois ont renforcé le rôle des Régions, en particulier en matière de développement économique et territorial. Le législateur a aussi donné aux plus grandes villes de notre pays un statut, celui de métropole, à la hauteur des défis qu’elles rencontrent. Dijon Métropole bénéficie ainsi de très larges compétences et d’un cadre institutionnel renouvelé. Ces lois ont également donné aux moteurs de la croissance que sont les métropoles une responsabilité particulière, dans une logique de réciprocité, non seulement à l’échelle des territoires qui leur sont proches, mais également à l’échelle de la région dans son ensemble.

La Région soutient ainsi la Métropole grâce à un contrat intégrant sa politique de cohésion territoriale, qui prévoit des contrats territoriaux régionaux pour la période 2018-2020. Dans le cadre des orientations proposées par le SRADDET «Ici 2050», la Région Bourgogne-Franche-Comté favorise ainsi la mise en réseau et la coopération au sein de l’arc métropolitain reliant le Creusot-Montceau à l’aire urbaine Nord Franche-Comté, en passant par Dijon et Besançon.

Dijon Métropole en chef de file régional


Les projets soutenus et retenus dans ce contrat sont issus du Projet métropolitain, initié par Dijon Métropole, approuvé par son conseil le 30 novembre 2017, comprenant près de 70 propositions et structuré autour de cinq orientations :
- renforcer les identités urbaines pour dynamiser l’attractivité de la capitale régionale ;
- assumer son rôle de chef de file en matière de développement économique ;
- être moteur des alliances territoriales ;
- imaginer la ville de demain par l’innovation ;
- renouveler le système de gouvernance pour fédérer.

Ces projets s’inscrivent naturellement dans la stratégie de mandat de la Région définie en 2016 après une large concertation. La Région s’est fixé trois priorités :
- renforcer l’économie régionale et favoriser la création d’emploi, en aidant les entreprises à trouver les compétences dont elles ont besoin et à innover, grâce au soutien accordé à l’enseignement supérieur et à la recherche, les aider à exporter et à monter en gamme, en accompagnant nos filières stratégiques ;
- accélérer la transition écologique et énergétique et lutter contre le changement climatique grâce au développement des énergies renouvelables, à la protection de la biodiversité, à la promotion des moyens de transports décarbonés et des mobilités douces, à la rénovation énergétique des logements, à la promotion d’une alimentation durable, locale, et saine ;
- œuvrer pour la construction d’une société plus fraternelle grâce au soutien accordé aux entreprises de l’économie sociale et solidaire, à la mise en place d’une tarification responsable dans les transports, au soutien accordé au sport et au mouvement sportif, à la place accordée à la culture et aux arts, à un aménagement équilibré du territoire, aux actions menées pour faciliter l’insertion professionnelle des personnes en situation de handicap.

Triple ambition


L’ambition de ce contrat est donc triple. Il vise à soutenir la Métropole de Dijon dans des projets innovants pour l’ensemble du territoire régional, renforçant ainsi l’attractivité et le rayonnement de l’unique Métropole de la Région Bourgogne-Franche-Comté. Il donne la priorité à des investissements structurants pour construire la région de demain. Enfin, il illustre la volonté de la Région et de la Métropole de développer les coopérations entre territoires pour favoriser le développement et la cohésion du territoire régional.
La Région confirme ainsi sa place de premier investisseur public local en Bourgogne-Franche-Comté.
N.R.

Les projets concernés :


Enseignement supérieur
- Agrandissement de l’ESIREM (École supérieure d'ingénieurs de recherche en matériaux et en infotronique) ;
- Extension du campus de Sciences Politique.
- Soutien à la création d’une école d’architecture ; Aide à la création du campus ESTP (École spéciale des travaux publics, du bâtiment et de l'industrie) et de l’école d’ingénieurs ESEO (Ecole supérieure d'électronique de l'Ouest) ;
- Soutien à l’ouverture d’une filière d’odontologie.

Soutient aux grandes filières du territoire
- Agro-alimentaire (projet TIGA, développement du réseau Foodtech) ;
- Santé (soutien à la création d’une plateforme de rééducation du futur« Réadaptic » - CHU François Mitterrand) ;
- Tourisme (développement de l’e-tourisme) ;
- Numérique (Soutien du projet ON Dijon) ;
- Ecologie (engagement en faveur de la transition énergétique dans l’habitat, renforcement des modes de déplacement doux sur le territoire de la Métropole, soutien au programme Prioribus).

Renfort de l’attractivité de Dijon Métropole
- Soutien à la Cité Internationale de la Gastronomie et du Vin avec la réalisation d’une ballade piétonne entre la gare et la Cité et la création d’un parcours « autour de la vigne » dans le Jardin des sciences ;
- Amélioration de l’accessibilité de la métropole depuis les rocades ;
- Réhabilitation du Grand Théâtre ;
- Soutien à la filière sportive avec la rénovation du site des poussots, centre de formation du DFCO, club de Ligue 1.

Le contrat en chiffres


38 – Le nombre de projets retenus et soutenus par la Région Bourgogne-Franche-Comté. Ils sont issus du projet métropolitain qui comprenait près de 70 propositions, initié par Dijon Métropole et approuvé par son conseil le 30 novembre 2017.
50 – La contribution (en million d’euros) de la Région Bourgogne-Franche-Comté à Dijon Métropole dans le cadre du contrat de Métropole.
150 – Le financement (en million d’euros) apporté par Dijon Métropole sur l’ensemble des projets retenus.
3 – La durée en années du contrat de Métropole entre la Région Bourgogne-Franche-Comté et Dijon Métropole. Son terme est fixé au 31 décembre 2020.

Photos N.R. :