samedi 17 août 2019
Le mosaïste a ajouté Dijon à la longue liste des villes du monde qui hébergent ses oeuvres. Il en a fixé six sur des façades du centre-ville.
Découvrez notre carte Google pour retrouver les six oeuvres.
Questions à...
La conseillère métropolitaine déléguée à l’emploi témoigne de la volonté de la Métropole d’accompagner les acteurs du territoire pour favoriser la création d’emplois et «permettre un développement économique harmonieux et solidaire».
> Bourgogne - Franche-Comté > Bourgogne - Franche-Comté

DIJON : Premières greffes de cornées lamellaires postérieures au CHU

05/08/2019 15:15Imprimer l’article
Depuis fin 2018, le service d’Ophtalmologie du CHU Dijon Bourgogne a décidé d’élargir son panel de soins en proposant une greffe sélective de la seule partie anatomique en état de dysfonction, ce qui permet de ne remplacer que la partie de la cornée non fonctionnelle.
Communiqué du CHU Dijon Bourgogne :

Les anomalies de la cornée sont à l'origine de troubles visuels. La greffe de cornée constitue bien souvent le seul moyen d'améliorer la vision des patients atteints de ce type de pathologies. Depuis un peu plus de six mois, le service d’Ophtalmologie du CHU Dijon Bourgogne s’est lancé dans un nouveau mode de prise en charge.

La cornée joue un rôle essentiel dans le fonctionnement de la vision : elle fonctionne comme une lentille naturelle, qui transmet les rayons de lumière à l’œil, en les réfléchissant ou en les réfractant. La cornée a une dimension comprise entre 520 et 560 microns d’épaisseur. Elle est composée de cinq couches. Habituellement, les interventions sur cette partie de l’œil consistaient à retirer les cinq couches de la cornée et à les remplacer par des tissus sains.

Depuis fin 2018, le service d’Ophtalmologie du CHU Dijon Bourgogne a décidé d’élargir son panel de soins en proposant une greffe sélective de la seule partie anatomique en état de dysfonction, ce qui permet de ne remplacer que la partie de la cornée non fonctionnelle (une seule couche de 15 microns). Pour le Pr Catherine Creuzot-Garcher, cheffe du service d’Ophtalmologie, «Cette technique de greffe endothéliale permet une intervention moins longue, avec moins de risques de rejets ou de déformations de la cornée et une récupération visuelle plus rapide.»

Cette technique chirurgicale moins invasive évite une chirurgie de l’œil «à ciel ouvert», puisque l’acte ne nécessite qu’une micro incision de 2,2 mm. Ce type de prises en charge nécessite généralement une hospitalisation de deux jours.

Les greffes de cornées lamellaires postérieures (DMEK = Descemet Membrane Endothélial Keratoplasty = greffe endothéliale pure) peuvent être indiquées dans des pathologies telles que la dystrophie de Fuchs (œdème de la cornée dû à des transformations de cellules en gouttes non fonctionnelles), les décompensations post chirurgicales et les herpès oculaires.

Pour déployer cette technique, le CHU Dijon Bourgogne s’est doté de kits de greffe endothélio descemétique pour prélever les greffons et les injecter dans l’œil.

À ce jour, ce sont plus de vingt cornées qui ont été greffées avec cette nouvelle technique.