mardi 15 octobre 2019
Le mosaïste a ajouté Dijon à la longue liste des villes du monde qui hébergent ses oeuvres. Il en a fixé six sur des façades du centre-ville.
Découvrez notre carte Google pour retrouver les six oeuvres.
Questions à...
La conseillère métropolitaine déléguée à l’emploi témoigne de la volonté de la Métropole d’accompagner les acteurs du territoire pour favoriser la création d’emplois et «permettre un développement économique harmonieux et solidaire».
> Bourgogne - Franche-Comté > Bourgogne - Franche-Comté

GILETS JAUNES ACTE XI : Toujours une forte mobilisation, six interpellations à Dijon

26/01/2019 21:20Imprimer l’article
Après un cortège pacifique bien organisé, des affrontements ont de nouveau eu lieu rue de la Préfecture, mais aussi rue Bannelier.
L'histoire de cet acte XI des Gilets Jaunes à Dijon est, à quelques détails près, une histoire que vous connaissez déjà.
Comme lors des manifestations précédentes, les Gilets Jaunes étaient nombreux. 2000 à 3000 au plus fort de l'après-midi, après un rendez-vous à 14 heures, place de la République.

Au rang des nouveautés, notons que les «Marianne» qui ont défilé en tête de cortège étaient porteuses d'un message qui ne faisait pas l'unanimité, et qui provoquait le débat sur les groupes côte-d'oriens de Gilets Jaunes : «Marianne, elle, a le sein nu parce qu'elle nourrit le peuple, elle n'est pas voilée parce qu'elle est libre 8 C'est ça la république». Un écriteau placardé dans le dos de chacune des «Mariannes» et que d'aucuns jugeaient «islamophobe» quand d'autres y voyaient «l'emprise de l'extrême droite sur le mouvement». Pour de nombreux Gilets Jaunes, ça gâchait le symbole. Dommage.



Cortège maîtrisé


Comme lors des manifestations précédentes, le cortège a été assez maîtrisé par les organisateurs, qui ont pris soin d'éviter le contact avec les forces de l'ordre. La manifestation s'est déroulée dans un bon esprit et dans le calme.
Comme lors des manifestations précédentes,  le face à face était tendu quand il était inévitable. Comme ça a été le cas vers 15h45 quand un barrage de police se trouvait sur le chemin des manifestants, avenue du Drapeau. Échanges tendus et peu courtois, quelques grenades lacrymogène et aussi quelques oeufs et pétards, mais rien de plus à cet endroit. Les Gilets Jaunes, qui goûtent peu le parfum de lacrymogène, ont finalement fait demi-tour, direction le centre-ville.

Affrontements rue Bannelier


Comme lors des manifestations précédentes,  le cortège a ensuite investi le centre-ville, par Darcy cette fois, puis rue de la Liberté, place du Bareuzai et aux Halles. C'est là que des affrontements assez soutenus ont opposé des manifestants qui avaient notamment mis le feu à des poubelles, formant une barricade rue Bannelier, et des forces de l'ordre, notamment visées par des tirs de mortiers et feux d'artifice. La dispersion s'est faite dans un nuage de gaz lacrymogène.

Place de la République, le point névralgique


Et c'est tout naturellement que, comme lors des manifestations précédentes,  le point névralgique des événements les plus violents s'est retrouvé à l'angle de la place de la République et de la rue de la Préfecture. Une barricade a été enflammée, et les forces de l'ordre ont largement fait usage de gaz lacrymogènes pour repousser les manifestants qui les prenaient à parti et leur lançaient ds projectiles. Vers 17h30, policiers et gendarmes sont alors passés à l'assaut, repoussant en une poignée de minutes les plus décidés de leurs opposants sur l'avenue du Drapeau. C'est là que les derniers manifestants se sont finalement dispersés après 18 heures, dans un quartier quadrillé par les forces de l'ordre.

Pour le bilan de cet acte XI des Gilets Jaunes à Dijon, la préfecture fait état de 6 interpellations et «5 interventions des pompiers du Sdis pour des feux de poubelles, feu sur la voie publique, odeur de gaz et un secours à personne en Urgence relative».
Nicolas Richoffer
Photos A.B. et N.R.


Photos Alix Berthier :


Photos Nicolas Richoffer :