mercredi 17 octobre 2018
La soirée de présentation de la nouvelle JDA, résultat de la fusion entre la JDA (Basket masculin) et le CDB (Hand féminin), s'est déroulée ce mardi soir au Palais des Sports de Dijon.
Questions à...
Dans une longue interview à Infos-Dijon, l’élu de Côte-d’Or, patron des Sénateurs «En Marche» au Sénat, et proche d’Emmanuel Macron, dit sa foi dans les réformes.
Il parle aussi des élections européennes, d'Arnaud Danjean, d'agriculture, et des municipales à Dijon et en Bourgogne-Franche-Comté.
> Bourgogne - Franche-Comté > Bourgogne - Franche-Comté

GREVE DES CHEMINOTS : «La Région a le devoir d’accompagner les usagers» selon François Sauvadet

13/04/2018 11:44Imprimer l’article
«Comme Valérie Pécresse en Ile de France», le président du groupe de la droite et du centre au conseil régional «demande à la région Bourgogne-Franche-Comté de renforcer les solutions alternatives de transport en affrétant autant de bus que de TER annulés et en proposant le remboursement des trajets de co-voiturage via la plateforme régionale Mobigo».
Communiqué de François Sauvadet, président du groupe Union des Républicains de la Droite et du Centre :

Depuis début avril, le mouvement de grève engagé par une partie du personnel de la SNCF provoque des perturbations conséquentes sur le réseau régional. Des milliers d’usagers Bourguignons et Francs-Comtois se retrouvent encore aujourd’hui en difficulté pour leurs déplacements du quotidien ou leur départ en vacances.

Les syndicats ont prévenu, cette grève sera longue. Cette méthode est préoccupante. Cette posture est inquiétante. Pour l’avenir du transport ferroviaire en France, cette réforme est nécessaire. Il est temps de se remettre en question pour plus d’efficacité tout en garantissant un service public de qualité.

Nos voisins européens ont un train d’avance sur le rail de demain. La France doit elle aussi prendre le bon wagon de la réforme avec un objectif : être le plus compétitif et le plus fiable tout en étant accessible pour tous les français.

La grève est un droit, certes. Mais les usagers doivent être respectés. Cette situation n’est plus tenable. Les pouvoirs publics doivent les soutenir et les aider à surmonter ces difficultés.

Des transports au ralenti, c’est une économie paralysée. C’est aussi des connexions entre nos villes et nos campagnes qui sont mises à mal par des syndicats sourds à l’opinion des Français et de leur volonté de réformer le rail national.

La loi NOTRé a confié aux régions la compétence de l’organisation des « transports», ce qui lui permet d’intervenir en matière de mobilité. Il est donc du devoir de notre Grande Région Bourgogne Franche-Comté d’accompagner les usagers dans cette galère.

Comme Valérie Pécresse en Ile de France, je demande à la région Bourgogne-Franche-Comté de renforcer les solutions alternatives de transport en affrétant autant de bus que de TER annulés et en proposant le remboursement des trajets de co-voiturage via la plateforme régionale Mobigo.

Enfin, comme cliente de la SNCF, la Région a un contrat avec  l’entreprise stipulant l’existence d’un droit au service minimum. Aujourd’hui, ce contrat et ce droit ne sont pas respectés. Le Groupe Union des Républicains de la Droite et du Centre demande donc à Marie-Guite DUFAY de faire respecter la convention passée et de veiller à ce que la SNCF tienne ses engagements envers la Région et les usagers.

François SAUVADET, Président, et les élus du groupe Union des républicains de la Droite et du Centre