mercredi 11 décembre 2019
L'événement «Clos et château scintillants» propose de nombreuses animations les 15 et 22 décembre à Vougeot. Au programme : visites guidées théâtralisées au rythme des contes de Noël de Bourgogne-Franche-Comté, des démonstrations et bien sûr des dégustations gourmandes.
Questions à...
Depuis mars 2018, Sophie Harent occupe la direction du musée Magnin. À l'occasion d'un nouvel accrochage, elle explique pour Infos-Dijon comment elle donne un nouveau souffle à ce musée national.
> Bourgogne - Franche-Comté > Bourgogne - Franche-Comté

INNOVATION : Vinosoft, La Brigade des Epices et Terdalis mettent en avant leurs produits

23/09/2019 16:34Imprimer l’article
Nous sommes allés faire un tour au salon Food Use Tech au Palais des Congrès à Dijon. Zooms sur trois sociétés qui innovent.
Le salon Food Use Tech, c’est l’événement dédié aux usages du digital dans tous les domaines de l'alimentation, du champ à l'assiette. Et plus largement donc, celui de l'innovation dans le domaine de l'alimentation.
Pour la troisième année, il était organisé au Palais des Congrès de Dijon les 19 et 20 septembre derniers. L’occasion de nous intéresser à trois sociétés bourguignonnes qui innovent. Elles étaient 11 de la région sur le salon.

Vinosoft, la gestion du domaine viticole accessible partout


Sylvain Gautier, co-fondateur de la société avec Benoit Taillefert, et développeur du logiciel : «Vinosoft est un logiciel de gestion des domaines pour les vignerons et les petits négoces.
On travaillait déjà dans la prestation de services informatiques, notamment pour des clients dans le monde du vin, et ça nous a amenés a échanger quelques informations, sur le fait par exemple que leurs logiciels de gestion n’étaient pas assez larges et qu’ils n’étaient pas accessibles à distance.
On a donc voulu créer un logiciel en ligne, accessible partout, qui permette d’échanger les données avec d’autres logiciels de l’écosystème du vigneron. Aujourd’hui, avec Vinosoft, le vigneron peut prendre ses commandes en salon et voir ce qu’il se passe dans sa cave, voir les commandes qui sont prises là-bas également. Pareil pour les demandes de factures, qu’il peut envoyer par mail à un client en un clic.
La société a été créée début 2017 à Dijon et a été lauréate du Réseau Entreprendre de la région. On a aujourd’hui une centaine de clients, dans à peu près toutes les régions viticoles en France. Nos deux premiers salariés sont arrivés en septembre - un personne pour le service client et une commerciale dans le sud de la France pour développer le marché - et nous comptons embaucher l’année prochaine. Dés le départ, on voulait un logiciel qui soit générique pour toutes les exploitations viticoles.
Notre solution a plusieurs avantages. Le premier est qu’elle soit en ligne. C’est pratique pour l’accessibilité aux données mais aussi pour les mises à jour, qui arrivent spontanément. C’est aussi plus sécurisant au niveau de la sauvegarde des données (effectuées par la société toutes les nuits). Puis après, plusieurs modules peuvent être ajoutés au logiciel suivant les spécificités de l’exploitation de chaque vigneron (caisse connectée pour les salons, module «point de vente» pour le e-commerce, calcul des commissions des agents...).
Il y a du potentiel sur le marché. L’idée est de doubler le nombre de clients dès l’année prochaine.»

Plus d'informations sur Vinosoft en cliquant ici.

La Brigade des Epices, la sélection et le travail d’épices d’exception


Tiffany Schmit, ingénieure agroalimentaire : «La Brigade des Epices est une société dijonnaise, créée officiellement en 2014, à l'initiative de Carlos Liguori qui a le savoir-faire des épices depuis 30 ans et que j'ai suivi dès le départ. Nos premiers produits sont sortis en mars 2018.
On travaille un nouveau concept autour des épices. On a remarqué que ça manquait beaucoup de transparence dans ce monde-là, pour savoir d’où ça vient et quelle en est la qualité… On a voulu amener de la transparence et de l’authenticité.
On explore les terroirs des épices partout dans le monde (paprikas de Hongrie, poivres du Brésil, épices d’Inde…). On va sélectionner des épices d’exception avec un haut niveau de qualité et on revient en France pour les travailler.
On fait donc nos propres mélanges d’épices, comme le curry à base de 13 épices… Nous avons une cuisine d’essai (à la pépinière d’entreprises Hope) dans laquelle on développe ces assemblages avec l’aide d’un chef de cuisine, Mickaël Danon. On fait aussi des fonds de sauces 100% naturels, en partenariat avec les professionnels de la restauration, sans amidon modifié, sans maltodextrine…
En mars 2018, nous avons sorti cinq produits, autour des paprikas de Hongrie (doux, piquant, fumé), une sauce cheddar-paprika et de l’huile de paprika… L’idée est aussi de travailler à des produits inédits.
Depuis près d’un an, nos produits sont distribués par METRO pour les professionnels de la restauration. On peut évidemment retrouver nos produits dans des restaurants dijonnais, dont Peppuccio qui vient d’ouvrir. On fait aussi de la vente en ligne.
D’autres produits sont en cours de développement, notamment autour des herbes de Méditerranée, avec l’idée d’avoir à terme notre propre atelier de transformation d’épices pour s’appuyer sur un maximum de savoir-faire en France.»

Plus d'informations sur La Brigade des Epices en cliquant ici.


Terdalis, le jardin d’intérieur autonome et connecté


Patrice Bourgeois, fondateur de la société : «Terdalis est une société qui a été créée il y a un an et qui est basée au Creusot, incubée par DECA-BFC.
Je suis issu plutôt du domaine technique, avec plusieurs postes d’ingénieur en bureaux d’études. Ma dernière expérience était chez FrancEole au Creusot.
J’ai la chance d’avoir un bout de terrain chez moi et j’ai toujours eu à coeur d’avoir un jardin, mais ça a toujours été un échec dans le sens où je n’avais jamais le temps de m’en occuper et je n’avais pas la main verte. En discutant avec des amis, j’ai su qu’ils avaient ce problème-là mais qu’ils n’avaient pas de terrain pour faire pousser ne serait-ce que des fleurs.
J’ai travaillé à cette idée qui permettrait de résoudre ce problème, aussi bien chez moi que chez eux en ville. C’est comme cela qu’est né Terdalis, un jardin d’intérieur autonome et connecté. Ça s’adresse à toutes les personnes qui veulent avoir chez elles, dans leur salon, un jardin dans lequel tous les types de plantes peuvent pousser.
Comment ça marche ? Vous mettez des graines, de l’eau dans le réservoir et le jardin s’occupe du reste… De l’arrosage, avec une autonomie de trois à six semaines, de la gestion du besoin en nutriments, et de l’adaptation de la lumière pour la photosynthèse en fonction des plantes et de leur état de croissance.
Techniquement, des capteurs sont intégrés dans le jardin pour relever les informations nécessaires au bon fonctionnement, tout cela piloté par un mini-ordinateur.
Là c’est un démonstrateur et l’idée est de pouvoir commercialiser le produit au premier semestre de l’année prochaine, sur le marché national dans un premier temps. J’ai une bonne vision de ce que pourrait être l’entreprise dans quelques années mais il faut déjà commencer par sortir le produit.»

Plus d'informations sur la société Terdalis en cliquant ici.

Propos recueillis
par Alix Berthier
Photos : Alix Berthier