mercredi 18 septembre 2019
Le mosaïste a ajouté Dijon à la longue liste des villes du monde qui hébergent ses oeuvres. Il en a fixé six sur des façades du centre-ville.
Découvrez notre carte Google pour retrouver les six oeuvres.
Questions à...
La conseillère métropolitaine déléguée à l’emploi témoigne de la volonté de la Métropole d’accompagner les acteurs du territoire pour favoriser la création d’emplois et «permettre un développement économique harmonieux et solidaire».
> Bourgogne - Franche-Comté > Bourgogne - Franche-Comté

Julien Odoul : «Le match Rassemblement National / République En Marche, nous allons le gagner»

23/05/2019 18:46Imprimer l’article
Le Rassemblement National se montre confiant et offensif dans la dernière ligne droite de cette campagne des élections européennes. «On va arriver en tête dans un certain nombre de pays» clame le président du groupe régional, qui ajoute : «Nous sommes le vote utile».
Faute de grand meeting en Côte-d’Or, le Rassemblement National a choisi la conférence de presse pour s’exprimer dans le département, durant cette dernière ligne droite de la campagne des élections europénnes. Mardi, c’est à Villeblevin, dans l’Yonne, sur les terres de Julien Odoul, que Marine Le Pen et Jordan Bardella ont donné leur avant dernière réunion publique avant le scrutin de dimanche.

Les deux représentants de la Bourgogne-Franche-Comté sur la liste du RN, Julien Odoul et Jacques Ricciardetti, y étaient bien entendu. Mais Julien Odoul a également rencontré les journalistes à Dijon, en compagnie de Sylvie Beaulieu, Damien Cantin et Franck Gaillard, tous élus régionaux. Et Julien Odoul, président du groupe au conseil régional, s’est montré particulièrement confiant et ambitieux.

Pour lui, c’est bien comme un référendum pour ou contre Emmanuel Macron que doit être envisagé ce scrutin : «Jamais un Président de la République ne s’est autant investi dans la campagne. Mais 80% des Français ne veulent pas voter pour la liste Renaissance. Donc si elle finit 2e, il devra en assumer les conséquences et partir».

«Jordan Bardella fait une échappée»


Et Julien Odoul croit en fort en la victoire (en France) du parti de Marine Le Pen : «Le match Rassemblement National / République En Marche, nous allons le gagner. Jordan Bardella fait une échappée tandis que Nathalie Loiseau s’effondre. Elle fait du débauchage et du recyclage de vieux fossiles de la république comme Robert Hue, Elizabeth Guigou, Jean-Pierre Raffarin, etc. Si ces gens sont le nouveau monde…»

«Le Rassemblement National est le seul parti à faire une campagne européenne, à savoir dans toute l’Europe» poursuit-il. «On fait campagne avec des alliés pour une Europe des Nations. Nous avons un groupe depuis 2015, notamment avec les Italiens. Actuellement, nous y sommes 42 élus. L’objectif est de renforcer considérablement ce groupe, avec les élus d’Italie, d’Autriche, de République Tchèque, d’Espagne, d’Allemagne, de Belgique, des Pays-Bas, d’Estonie, de Finlande, de Pologne… avec pour objectif de prendre le contrôle de la commission européenne. Tout est possible. On va arriver en tête dans un certain nombre de pays. Et je préfère qu’on ait 19 élus et qu’on soit en tête, plutôt qu’on en ait 31 et qu’on soit le deuxième parti en France. L’important est de finir premier, et de s’en servir de tremplin pour les municipales.»

«Vote utile»


Et de s’adresser aux Gilets Jaunes : «Si la liste Renaissance de La République En Marche gagne, ça nous promet trois années extrêmement difficiles. Il y a une notion de vote utile. Je crois que beaucoup de Gilets jaunes ont compris que si Emmanuel Macron arrive en tête, ils seront balayés sans même avoir eu le sentiment d’avoir été écoutés. Donc j’espère qu’ils vont se mobiliser. Ils doivent comprendre que ça ne sert à rien de voter pour des listes qui ne feront pas 5% comme Debout la France ou l’UPR. Ça vaut aussi d’ailleurs pour la France Insoumise ou LR qui, avec 12 ou 15 élus, ne pèseront rien. Nous, nous avons des alliés, donc nous sommes le vote utile. Le soutien d’un conseiller régional de La France Insoumise montre que nous sommes le seul parti apte à rassembler. Beaucoup de gens viennent vers nous pour faire barrage à Emmanuel Macron. On voit bien que le front républicain habituel au second tour contre nous est à front renversé, avec un front anti-Macron.»

Julien Odoul se montre enfin enthousiaste à l’égard de sa tête de liste, Jordan Bardella : «Nous n’avons pas de volonté de jeunisme. Il a été choisi par Marine pour ses compétences, et ceux qui avaient des doutes doivent admettre qu’il a fait une campagne extraordinaire pour quelqu’un de 23 ans». Mais ça, se sont surtout les résultats de dimanche soir qui le diront…
Nicolas Richoffer
Photo N.R.


Damien Cantin, Franck Gaillard, Sylvie Beaulieu et Julien Odoul