lundi 09 décembre 2019
L'événement «Clos et château scintillants» propose de nombreuses animations les 15 et 22 décembre à Vougeot. Au programme : visites guidées théâtralisées au rythme des contes de Noël de Bourgogne-Franche-Comté, des démonstrations et bien sûr des dégustations gourmandes.
Questions à...
Depuis mars 2018, Sophie Harent occupe la direction du musée Magnin. À l'occasion d'un nouvel accrochage, elle explique pour Infos-Dijon comment elle donne un nouveau souffle à ce musée national.
> Bourgogne - Franche-Comté > Bourgogne - Franche-Comté

MÉTIERS : Les nouveaux hérauts du Made in France

30/10/2019 03:15Imprimer l’article
Bien connu en Bourgogne, l'ancien ministre Arnaud Montebourg s'était fait le champion de la fabrication française. Aujourd'hui les Chambres des Métiers et de l'Artisanat prennent le relais pour diffuser le savoir-faire français avec le soutien de la Région.
La huitième édition de MIF Expo aura lieu du 8 au 11 novembre 2019 à Paris Expo, porte de Versailles. Ce salon regroupera 550 professionnels travaillant et produisant en France des produits destinés au grand public. 70.000 visiteurs sont attendus tellement l'engouement est fort pour ce savoir-faire. Pour les organisateurs, «MIF Expo reflète et tente d’amplifier une dynamique socio-économique, celle d’entreprises qui ont fait le choix de réaliser sur notre territoire les étapes essentielles de la fabrication de leurs produits».

La région sera bien représentée avec 17 entreprises dont 10 qui ont déjà participé à des éditions précédentes. Infos-Dijon a interrogé Fabrice Lemoine, chargé de développement économique à la CMAi Bourgogne, qui précise l'implication des Chambres de Métiers et de l'Artisanat interdépartementales de la Bourgogne et de la Franche-Comté pour préparer le pavillon de la Bourgogne-Franche-Comté.



Le pavillon est financé par la Région, les CMAi et les entreprises. Ces dernières bénéficient d'un tarif «divisé par deux» du fait de l'implication de la Région. Pour 150 m² d'espaces d'exposition, le budget global est de 60.000 euros.

«Le Made in France fait son chemin»


Le salon du Made in France a donc bien grandi et il s'est émancipé de sa figure tutélaire, le socialiste Arnaud Montebourg, ministre de l’Économie et du Redressement productif de 2012 à 2014. Le premier MIF expo avait eu lieu en novembre 2012 ; 15.000 visiteurs étaient venus voir les 85 exposants installés dans l'espace Champerret à Paris.

Par rapport au lancement en 2012, «les consommateurs sont un peu plus avertis aujourd'hui, je pense que l'effet 'Arnaud Montebourg' a été l'étincelle qui a amorcé un changement de fonctionnement chez le consommateur» reconnaît Fabrice Lemoine. «Les consommateurs ont cette réflexion d'avoir un achat responsable» et, pour les acheteurs d'entreprise, «cela fait partie des engagements de la Responsabilité Social des Entreprises».

«Le Made in France fait son chemin porté par toutes les initiatives portées localement». Tous les pavillons régionaux sont portés par les CMA. «Les CMA sont partenaires du salon MIF Expo depuis son lancement. Depuis la première édition, c'est l'artisanat qui s'est reconnu en premier dans ces valeurs-là» insiste le chargé de développement. Cela se comprend aisément puisque l'on a «des productions qui ne sont pas délocalisables, qui sont souvent en lien avec l'identité régionale et qui sont une source d'innovation incontournable»

Concevoir et intégrer les étapes essentielles de production en France


Pour les exposants, «la vocation est de capter une clientèle de particuliers sur de l'achat one shot auquel cas, il faut avoir des produits qui soient transportables et qui attirent l’œil du visiteur». Pour autant, il y a une journée pour les professionnels où «l'on va retrouver des acheteurs de grandes boîtes comme les Galeries Lafayette». «Il y a l'aspect commercial et toucher un public, être reconnu au niveau national» et, corrélativement, c'est aussi «un argument commercial local que de dire avoir été présent au niveau national».

Afin de «mettre en avant la diversité, l'originalité et l'unicité des productions artisanales», Fabrice Lemoine promet un «grand écart» dans les présentations : «chez nous, on a des gens qui viennent avec des avoir-faire complètement différents : on a Gaston l'escargot et on va avoir du french popcorn». Mais aussi du wax, des huiles essentielles, de la crème de cassis, de la moutarde de Bourgogne.

«On est évidemment sur des entreprises qui sont basées localement, qui ne délocalisent rien et qui rentre encore plus que dans le cahier des charges du salon» : concevoir et intégrer les étapes essentielles de production en France. Cette production localisée avec un représentant clairement identifié, «ça n'a pas de prix aux yeux du public» selon le chargé de développement économique.

Dix-sept entreprises de la Bourgogne-Franche-Comté


Le cahier des charges du salon ne correspond pas à une labellisation des entreprises. Par ailleurs, il existe un label privé «Origine France Garantie» qui concerne certains produits. Fabrice Lemoine prend l'exemple d'une montre dont le mécanisme est fabriqué en Suisse mais intégré dans un module fait en France. Est-ce du Made in France ? Oui, «parce que la conception a été faite par des Français et que le design a été fait en France». En revanche, cette montre ne pourra pas être «Origine France Garantie».

À noter que deux de ces exposants vont concourir pour le Prix du public : la Serrurerie Bégin et La Boisselière. Jusqu'au 7 novembre à minuit, on peut voter tous les jours pour son entreprise préférée (suivre ce lien). Au dernier pointage de ce lundi 28 octobre 2019, le côte-d'orien Gaston l'escargot était cinquième sur vingt-cinq entreprises.

Seront présents au MIF Expo
Atelier Blenda Clerjon à Montbard (21) : mettre le wax au goût du jour dans la mode
Serrurerie Bégin à Is-sur-Tille (21) : créateur de Gaston l'escargot
Montebelluna à Corgengoux (21) : baumes antiques d'hygiène corporelle
Cassissium à Nuits-Saint-Georges (21) : musée dédié à la baie de cassis
Edmond Fallot Moutarderie à beaune (21) : moutardes, vinaigres et conserves
Annick Chaput AKG-Leathergood à Blamont (25) : maroquinerie et accessoires en cuir
Le Tuyé de Mésandans (25) : salaisons et charcuteries franc-comtoises
Lyautey Couture à Serre-les-Sapins (25) : créations de prêt-à-porter
Péquignet à Morteau (25) : manufacture horlogère de luxe
Ébénisterie Vuillemin à Grand'combe le chateleu (25) : mobilier design
Jacquemin à Cramans (39) : boîtes et écrins de qualité
Ma Déco' en Fil à Saint-Pierre-le-Moutier (58) : fabrication d'objets à partir de fils métalliques
La Fée Mohair à Béard (58) : écharpe en mohair d'un élevage de la Nièvre
Léa Jacquard à Mercey-sur-Saône (70) : savonnerie aux ingrédients d'origine naturelle
La Boisselière à Marcilly-lès-Buxy (71) : métier d'art à partir du bois
Gramm's à Auxerre (89) : french popcorn naturel
Lebhar à Sens (89) : emballages alimentaires

Jean-Christophe Tardivon


Fabrice Lemoine, chargé de développement économique à la CMAi Bourgogne


Jusqu'au 7 novembre à minuit pour voter pour deux entreprises de la région au Prix du public