mercredi 11 décembre 2019
L'événement «Clos et château scintillants» propose de nombreuses animations les 15 et 22 décembre à Vougeot. Au programme : visites guidées théâtralisées au rythme des contes de Noël de Bourgogne-Franche-Comté, des démonstrations et bien sûr des dégustations gourmandes.
Questions à...
Depuis mars 2018, Sophie Harent occupe la direction du musée Magnin. À l'occasion d'un nouvel accrochage, elle explique pour Infos-Dijon comment elle donne un nouveau souffle à ce musée national.
> Bourgogne - Franche-Comté > Bourgogne - Franche-Comté

POLICE : Des policiers bourguignons manifestent à Paris

02/10/2019 03:14Imprimer l’article
Une intersyndicale de la police a appelé à une «Marche de la colère» ce mercredi à Paris. Trois cents policiers de la Bourgogne-Franche-Comté font le déplacement. Amélioration de la qualité de travail, efficacité de la réponse pénale, défense des retraites, lutte contre les suicides et les agressions font partie des revendications.
Agressions, suicides, charge de travail... les policiers subissent et protestent. Une «Marche de la colère» a été organisée ce mercredi 2 octobre 2019 à Paris à l'appel d'une intersyndicale (Alliance, Synergie Officiers, SICP, Unité SGP Police, UNSA Police, SCPN, CFDT... soit une vingtaine d'organisations). Une démonstration qui ne s'est pas vue depuis 2001.

«Redéfinir les missions de la police nationale»


Alliance Police Nationale Dijon indique que trois cents policiers (majors, brigadiers, gardiens de la paix...) de toute la Bourgogne-Franche-Comté se retrouvent à Paris pour manifester et porter les mêmes revendications que leurs collègues de toute la France : «amélioration de la qualité de vie au travail, véritable politique sociale pour les agents du ministère de l'Intérieur (transports, logement, restauration, garde d'enfants, mutuelle...), réponse pénale réelle, efficace et dissuasive, défense [des] retraites, loi de programmation ambitieuse pour un service public de qualité».



Pour l'UNSA Police Bourgogne-Franche-Comté, «le message premier concerne la mobilisation contre le suicide» mais le syndicat se joint aux autres revendications de l'intersyndicale. L'UNSA Police BFC interpelle le ministre de l'Intérieur pour «redéfinir très clairement quelles sont les missions de la police nationale et qu'est-ce qu'on attend de la Police Nationale».

«Vaincre le malaise des forces de sécurité intérieure»


En juin 2018, le rapport des sénateurs Michel Boutant et François Grosdidier soulignait que «vaincre le malaise des forces de sécurité intérieure» était «une exigence républicaine». Vingt-trois millions d'heures supplémentaires étaient en instance à fin 2018. Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a proposé en décembre 2018 une revalorisation salariale de 250 millions d'euros inscrite au budget 2020. Sur les 250.000 policiers, 9.300 agents ont reçu une prime «gilets jaunes» pour un budget total de 2,25 millions d'euros selon la DGPN.

En juillet 2019, le rapport de Alice Thourot et de Jean-Michel Fauvergue (ex-commandant du RAID, Jean-Michel Fauvergue a été élu député LREM de Seine-et-Marne) a fait le point sur l'état des commissariats et des véhicules de services notamment. Si le nombre de policiers blessés en mission et en service tendait à diminuer depuis 2014, il a connu une augmentation en 2018 (+13,3% par rapport à 2017).

Face à cela, le gouvernement a fait des annonces. Le parc immobilier de la police et de la gendarmerie sera modernisé. 10.000 postes de policiers et de gendarmes seront créés d'ici 2022. Un programme de mobilisation contre le suicide est en cours de déploiement dans les territoires. Une concertation a actuellement lieu autour d'un Livre blanc devant aboutir ensuite à une loi d'orientation et de programmation sur la sécurité intérieure qui coordonnerait gendarmerie, police nationale, polices municipales et acteurs privés. Pour autant, l'annonce d'une réforme des retraites des policiers dans le cadre d'une refonte du système français est venue ajouter au malaise des policiers. D'où la colère exprimée par cette manifestation.

Jean-Christophe Tardivon


Photo d'illustration JC Tardivon


Tract de mobilisation diffusé par Alliance Police Nationale Dijon