vendredi 16 novembre 2018
L'Agence Régionale de Santé a présenté ce vendredi Inga, une étudiante de 23 ans qui devient ambassadrice de la vaccination dans le cadre de la campagne massive lancée ce début octobre. 2.900 jeunes ont déjà été vaccinés sur les quelque 40.000 ciblés.
Questions à...
Le secrétaire de la section de Dijon du Parti Socialiste revient sur sa fidélité à Ségolène Royal et explique pourquoi elle serait selon lui une bonne candidate pour «rassembler la gauche», notamment au regard de son engagement pour la transition écologique, et de sa force de caractère au service d'«idées justes».
> Bourgogne - Franche-Comté > Bourgogne - Franche-Comté

PRIX DES CARBURANTS : La CPME de Côte-d'Or réitère sa demande de moratoire

07/11/2018 23:31Imprimer l’article
«Les aides évoquées [ce mercredi par le Président de la République, Emmnuel Macron] ne peuvent en aucun cas reposer financièrement sur les entreprises» commente Benoît Willot, président de la CPME Côte-d'Or et Bourgogne Franche-Comté.
Le Président de la République, Emmanuel Macron, a évoqué ce matin «le développement des aides aux Français qui tous les jours prennent la voiture pour aller travailler».

Indépendamment du fait qu’il serait sans doute plus simple de réduire le niveau de taxation sur les carburants, il est à souligner que les aides évoquées ne peuvent en aucun cas reposer financièrement sur les entreprises, elles-mêmes lourdement impactées par la flambée des prix du carburant. Pire encore, certaines PME, notamment dans le secteur des travaux publics, du recyclage, des transports routiers, des matériaux et carrières, de l’assainissement subiront, avec la fin du taux réduit de TICPE sur le gazole non routier, une double peine à partir de janvier 2019.

Benoît Willot, Président de la CPME côte d'Or et Bourgogne Franche-Comté, réitère donc sa demande d’un moratoire pour stopper l’application des surtaxes mises en place en 2018 et prévues en 2019.

En parallèle, il souhaite l'examen de manière apaisée des moyens de favoriser l’indispensable transition écologique en évitant que celle-ci ne serve de prétexte à une simple augmentation des taxes et prélèvements divers et variés. A cet égard, il est essentiel de prendre en compte la réalité des territoires mais également du monde du travail.

Benoît Willot
Président CPME Côte-d'Or et Bourgogne Franche-Comté