mercredi 21 août 2019
Le mosaïste a ajouté Dijon à la longue liste des villes du monde qui hébergent ses oeuvres. Il en a fixé six sur des façades du centre-ville.
Découvrez notre carte Google pour retrouver les six oeuvres.
Questions à...
La conseillère métropolitaine déléguée à l’emploi témoigne de la volonté de la Métropole d’accompagner les acteurs du territoire pour favoriser la création d’emplois et «permettre un développement économique harmonieux et solidaire».
> Bourgogne - Franche-Comté > Bourgogne - Franche-Comté

SANTE : Onze membres du CGFL de Dijon reviennent d’un congrès mondial à Chicago consacré au cancer

09/06/2019 03:16Imprimer l’article
Aux côtés de quelques 35 000 cancérologues, des médecins du Centre Georges-François Leclerc de Dijon ont fait le point sur leurs travaux avec notamment une belle confirmation dans la lutte contre le cancer du sein.  
Le plus grand congrès médical au monde sur le cancer, le 55 ème, a eu lieu à Chicago du 31 mai au 4 juin dernier. Organisé par l’Asco (American Society of Clinical Oncology), Le Centre Georges-François Leclerc (CGFL) de Dijon se devait d'être présent. Pour rappel, il est l’unique établissement de santé exclusivement dédié à la cancérologie pour la région Bourgogne Franche-Comté. Il est aussi le 4 ème meilleur hôpital français, tous types d’établissements confondus, pour la prise en charge des cancers du sein, après Paris, Marseille et Toulouse.

Surtout des confirmations


Ce rendez-vous mondial avait donc pour objectif de faire le point sur les travaux menés aux quatre coins de la planète, et notamment à Dijon, dans la lutte contre le cancer. Lors d’une conférence de presse, le professeur Charles Coutant, Directeur Général du CGFL a immédiatement déclaré «Il n’y a pas de scoop, pas d’annonce, ni de grandes révolutions, mais plutôt des confirmations et des espoirs. Sur l’immunothérapie, par exemple, associée à la radiothérapie ou la chimiothérapie, elle permet de vrais progrès. Dans le cancer de poumon non opérable, utilisée en complément, cela réduit de 30% le risque de décès. Cela a été confirmé lors du congrès» 
 

Une première depuis 30 ans contre le cancer du sein


Isabelle Desmoulin, oncologue et responsable du centre de recherche Clinique à Dijon, est revenue avec des bonnes nouvelles pour les patientes, concernant des molécules qui sont apparues dans la maladie il y a 2-3 ans.

Isabelle Desmoulins : «Globalement, l’apport de ces molécules en plus de  l'hormonothérapie, chez ces patientes-là, a permis non seulement qu’elles vivent plus longtemps, mais aussi mieux et avec une meilleure réponse au cancer. De plus, on constate moins de décès. Cela confirme donc les données que nous avions ces dernières années. Nous avons maintenant la preuve scientifique que ça marche»

C’est très encourageant


Isabelle Desmoulins : «C’est extrêmement encourageant pour les patientes. Et je rappelle que ces médicaments se prennent par la bouche et sont bien tolérés. Et en plus la patiente reste à la maison. En cancéro, une molécule qui fonctionne redoutablement bien et qui en plus est bien tolérée, ça ne s’était jamais vu en 30 ans»

                                          

 

Une avancé sur le cancer du pancréas

 
Diagnostiqué tardivement, ce type de cancer est rarement opérable. Le traitement par chimiothérapie est souvent très lourd avec de nombreuses rechutes. «Mais une découverte donne de nouveaux espoirs» explique le Professeur François Ghiringhelli. «Des recherches ont permis de constater que sur 10% des malades porteurs d’une mutation génétique identique aux personnes touchées par un cancer du sein ou des ovaires, répondaient bien à un traitement identique.  Selon les derniers résultats, il améliorerait les conditions de vie des patients touchés par un cancer du pancréas en réduisant considérablement les séances de chimiothérapie»
 
Pour rappel, le cancer est responsable de près de neuf millions de décès dans le monde. Ce 55 ème congrès médical mondial consacré au cancer était le rendez-vous incontournable pour les cancérologues du monde entier.

Parmi eux, l’équipe du Centre Georges-François Leclerc de Dijon était composée de :
 
- Professeur Charles Coutant, Chirurgien et Directeur Général.
- Docteur Hélène Costaz chirurgienne.
- Docteur Isabelle Desmoulins Oncologue et responsable du Centre de Recherche Clinique.
- Professeur François Ghiringhelli oncologue et Directeur équipe Inserm.
- Docteur Courèche Kaderbhai Oncologue médical
- Docteur Silvia Ilie Oncologue Médical
- Docteur Nicolas Isambert Oncologue médical  et responsable des phases précoces 
- Docteur Alice Hervieux Oncologue Dermatologue et responsable des phases précoces.
- Docteur Etienne Martin, Oncologue radiothérapeute et curiethérapeute.
- Romain Boidot biologiste moléculaire et responsable des activités génétiques.
- Jessica Gobbo, chef de projet précoce.
 
                                                                                                                                                                                  Norbert Banchet

Cliquer ICI sur le site du CGFL pour mieux connaitre le Centre Georges-François Leclerc


                     Une partie de l'équipe du Centre Georges-François Leclerc de retour du congrès de Chicago

Photos : NB