jeudi 23 mai 2019
Les neuf artistes annoncés présentés par neuf clips.
Questions à...
L'adjointe à la culture sera aux premières loges vendredi pour l'inauguration et la réouverture du Musée des Beaux Arts de Dijon. Un moment qu'elle attend avec «fébrilité, impatience et curiosité».
> Campus > Campus

CAMPUS DE DIJON : Le bâtiment droit-lettres bloqué ce mercredi matin puis rapidement débloqué

04/04/2018 13:35Imprimer l’article
Trente à cinquante personnes ont mis en place un blocage, tôt ce mercredi matin à l'entrée du bâtiment droit-lettre. L'accès a été rétabli par des agents de la sécurité, «sans violence» notable.
Un collectif étudiant a bloqué, ce mercredi matin «vers 6h30», l'accès au bâtiment droit-lettres du campus de Dijon. «Nous avons mis en place le blocage vers 6h30. Nous étions une cinquantaine» raconte l'un des participants joitn par Infos-Dijon et qui a préféré garder l'anonymat, s'exprimant «au nom du collectif».
Le blocage a duré moins de deux heures et l'accès a été rétabli à 8h30. «L'administration a appelé des agents de la SIG, la compagnie privée en charge de la sécurité de la fac. C'était un peu tendu, mais il n'y a pas eu de violence» poursuit le bloqueur.
Contacté, le doyen de la Faculté de droit-sciences économique et politique de Dijon, Vincent Thomas, n'a pas répondu à nos sollicitations. Sur les réseaux sociaux, il affirme que «le déblocage du hall central [a été fait] par les agents de l’université et les étudiants qui scandent "les anars dehors"».

«Convergence des luttes»


Les revendications des manifestants, comme dans les autres universités de France, sont «l'abrogation de la loi Vidal», mais aussi «la démission du président de l'université de Bourgogne». Pour eux, il s'agit également d'un «soutient général aux facs de France par rapport aux violences policières». «Nous voulons symboliser le fait que la fac n'est pas au gouvernement mais aux étudiants».

La question de futures actions sur le campus de Dijon est actuellement en discussion. «On se réuni pour savoir. Il y aura sûrement une pause pendant les vacances».
Du coté de la CGT Ferc Sup (établissements d'enseignement supérieur et de recherche) de l'université de Bourgogne, on confirme les faits. «L'objectif du blocage est d'initier une convergence des luttes au delà des problématiques de retrait des lois et de Parcoursup. De plus en plus de collègues vivent de plus en plus mal leur travail, dans la fonction publique de façon générale.
A la rentrée, il y aura les examens et concours, donc l'intensification du mouvement étudiant paraît compliqué à Dijon, mais on reste très positif au niveau national».
N.R.

Par ailleurs, un communiqué non signé, provenant d'un «collectif pour la liberté d'étudier», dénonce ce blocage. Le communiqué :

A Dijon ce matin, des étudiants soucieux de se rendre à leurs cours respectifs se sont vu bloqué l’accès à leur université comme dans de nombreuses autres facultés en France par des « étudiants grévistes ».

Notre collectif composé d’une centaine d’étudiant, toutes filières confondues, de l’université de Bourgogne appelle à défendre la liberté la plus fondamentale de chaque étudiant : celle d’étudier.

Nous sommes respectueux de la liberté des étudiants grévistes à faire part de leurs revendications mais ces derniers doivent respecter les étudiants qui souhaitent exercer leur liberté d’étudier. Les étudiants de l’université de Bourgogne ne peuvent pas accepter d’être pris en otage par une minorité de gréviste et ce à quelques semaines des examens.

Nous appelons donc à un rassemblement pacifiste ce soir à 18H sur l’esplanade Erasme et à un dialogue constructif avec les étudiants grévistes.

Photos Vincent Thomas / Twitter