mercredi 20 mars 2019
Avec notre vidéo de la manifestation.
Youth for climate Dijon a réussi à mobiliser environ 2000 lycéens et étudiants dijonnais à l'occasion de la grève et marche pour le climat ce 15 mars, suite à l'appel de Greta Thunberg.
Questions à...
Après l’affaire Christophe Dettinger, sur laquelle il revient largement pour Infos-Dijon, l’avocat dijonnais Jean-Philippe Morel représentera aussi l’association «Gendarmes et Citoyens» dans l’affaire de la caserne de Dijon et plaidera pour des policiers victimes en décembre dans le cadre du mouvement des gilets jaunes. Interview.
> Campus > Campus

CAMPUS DE DIJON : «Plus aucune occupation de salle n’est constatée» et «des plaintes ont été déposées» affirme Alain Bonnin à la communauté universitaire

05/04/2018 03:07Imprimer l’article
Après les troubles intervenus sur le campus de Dijon au cours de ces derniers jour, et particulièrement ce mercredi 4 avril, Alain Bonnin, le président de l'université de Bourgogne, a adressé un message à l'ensemble de la communauté universitaire dans la soirée.
Ce mercredi, l'uB s'était déjà exprimée sur les évènements qui la touchent depuis la semaine dernière au cours d'un point presse qui s'est tenu ce mardi à la maison de l’Université. Des images des dégradations ont également été dévoilées. Cliquez ici pour lire notre compte-rendu de cette conférence de presse de Sylvain Comparot, chef de cabinet du président.
Ce mercredi soir, c'est le président de l'université de Bourgogne qui a adressé un message à l'ensemble de la communauté universitaire. Il y assure chacun, enseignants et élèves, que son souci «aura été d'assumer ce qui relève de [sa] responsabilité en tant que président, à savoir la sécurité des personnes et des biens». Il assure que plus aucune salle n'est occupée ce mercredi soir, dénonce les dégradations qu'il a constatées et assure que des plaintes ont été déposées.

Le message d'Alain Bonnin, président de l'université de Bourgogne, à l'ensemble de la communauté universitaire :

Chers et chères collègues,

Chers étudiants, chères étudiantes,


Vous le savez, dans le cadre d’un mouvement national, notre université a connu plusieurs troubles depuis maintenant un peu plus d’une semaine.

Pour rappel, le 28 mars, la Maison de l’Université a été occupée de force par un groupe de manifestants à la suite d’une effraction caractérisée des portes d’entrée principale. Cet événement a conduit à de lourdes dégradations et des inscriptions prenant la forme de «TAGS» sur les murs intérieurs et extérieurs.

Par la suite, une occupation illégale de la salle 202 du bâtiment Droit-Lettres a été constatée par les services de l’université depuis le 29 mars au soir. Prenant acte de la situation, les mesures de sécurité ont été prises pour bloquer l'accès de cette salle au reste du bâtiment et des agents de sécurité ont été mobilisés pour éviter tout débordement. Par ailleurs, aucun cours n'a été annulé, garantissant ainsi la continuité de nos missions de service public.

Ce mercredi matin avant 7h, des agents d'entretien du bâtiment droit-Lettres ont constaté qu'une trentaine d'individus cagoulés et armés de matraques ou barres de fer avaient saccagé et pillé la cafétéria située au RDC du bâtiment Droit-Lettres. D’autre part, les accès à ce bâtiment avaient été bloqués par les individus qui occupaient la salle 202.

Pour la sécurité des biens et des personnes, j’ai alors pris la décision de renforcer la présence des agents de sécurité. Avec leur aide, celle des agents sur place, ainsi que celle des nombreux étudiants qui ont pu entrer dans le bâtiment, les accès ont finalement été ouverts aux alentours de 8h30-9h. Droit-Lettres était alors totalement accessible, et les cours s'y sont déroulés normalement. Les cours perturbés en début de matinée seront reportés.

Je veux ici remercier solennellement les étudiants et les personnels pour leur calme, leur sens des responsabilités et la maîtrise dont ils ont à nouveau fait preuve aujourd’hui.

Je veux ce soir vous annoncer que depuis 19h30, plus aucune occupation d’aucune salle n’est constatée au sein du bâtiment Droit-Lettres du campus dijonnais de l’uB.

Tout au long de la journée et depuis une semaine, j'ai été en contact permanent avec le rectorat, la préfecture ainsi que les services en charge de la sécurité publique. Mon souci aura été d'assumer ce qui relève de ma responsabilité en tant que président, à savoir la sécurité des personnes et des biens.  Eviter toute violence et limiter les dégradations auront été mes priorités dans la gestion de ces situations.

Lors de la journée du 28 mars et aujourd’hui (4 avril), de nombreuses dégradations ont été constatées. Je condamne fermement ces agissements, comme je condamne avec force les violences physiques et verbales.

Soucieux de l’Etat de droit, des plaintes ont été déposées par notre établissement, comme cela a toujours été le cas en pareilles circonstances depuis le début de mon mandat.

Soyez assurés, chers et chères collègues, chers étudiants et chères étudiantes, de mon sincère et profond dévouement au service de notre communauté universitaire.

Alain Bonnin, Président de l'université de Bourgogne
Photo archives A.B./Infos-Dijon
 
?>