mardi 19 mars 2019
Avec notre vidéo de la manifestation.
Youth for climate Dijon a réussi à mobiliser environ 2000 lycéens et étudiants dijonnais à l'occasion de la grève et marche pour le climat ce 15 mars, suite à l'appel de Greta Thunberg.
Questions à...
Après l’affaire Christophe Dettinger, sur laquelle il revient largement pour Infos-Dijon, l’avocat dijonnais Jean-Philippe Morel représentera aussi l’association «Gendarmes et Citoyens» dans l’affaire de la caserne de Dijon et plaidera pour des policiers victimes en décembre dans le cadre du mouvement des gilets jaunes. Interview.
> Campus > Campus

CAMPUS UNIVERSITAIRE : Le don de sang à 100 % sur l’esplanade Erasme

06/11/2018 19:45Imprimer l’article
Depuis ce mardi et jusqu’à jeudi en fin de journée, une grande collecte de sang est organisée sur l’esplanade Erasme du campus universitaire de Dijon.
Pour la quatrième année, les huit Lions Clubs de Dijon sont «Sang pour Sang Campus». C’est sous ce nom d’association qu’ils sont regroupés, pour une opération mise en place sur l'esplanade Erasme, au coeur du campus universitaire de Dijon, en partenariat avec l’Etablissement Français du Sang de Bourgogne-Franche-Comté.
Dijon est l’une des 25 villes de France à voir cette opération se dérouler, dans le but évidemment de collecter des poches de sang mais aussi de sensibiliser toujours plus le public touché au geste citoyen encouragé, pour sauver des vies. «Il y a effectivement derrière cette collecte l’idée de passer le flambeau et de faire en sorte que les étudiants venant donner continuent ensuite à le faire dans leur vie future», confirmait ce mardi à la mi-journée Michèle Curtil-Faivre, ajoutant que l’opération s’adresse aussi à l’ensemble du personnel universitaire.
Sous le chapiteau de 450 m2, la présidente de Sang pour Sang Campus louait un cadre agréable et convivial pour le don. Un cadre assuré par les professionnels de l’EFS, les bénévoles du Lions Club mais aussi agrémenté par des animations signées du caricaturiste Patrick Grillot, du Cercle magique de Dijon et du Trèfle à 4 clowns.
Les organisateurs le répètent : prenez le temps de donner votre sang, prenez 45 minutes pour sauver des vies. Soulignons d’ailleurs qu’une soixantaine de personnes est mobilisée par jour pour vous encourager à donner, et vous permettre de donner. Les Lions Clubs et l’EFS ont l’aide des étudiants de master en Stratégies de communication internationale (MASCI).
La collecte est encore ouverte ce mercredi 7 novembre de 11h00 à 19h00 et ce jeudi 8 novembre de 11h00 à 18h00 (non-stop chaque jour). Après avoir constaté une augmentation de 200 donneurs par édition (de 500 en 2015 à un peu plus de 900 en 2017), l’ambition est de totaliser, jeudi en fin de journée, plus d’un millier de donneurs.

Gabin Lhéritier, 23 ans

En 5ème année de médecine

«Donner, c’est essentiel et nous avons tous des raisons de donner. Moi, ce sont des soucis de santé ayant touché mon frère et ayant nécessité plusieurs transfusions qui m’ont amené à m’intéresser à la question du don de sang. Ça marque, on se dit que ça tombe sur notre frère mais que ça peut aussi tomber sur quelqu’un d’autre.
On se dit que l’on peut sauver des gens et, comme je suis en médecine, j’ai la chance de voir la chose des deux côtés. J’ai déjà fait des transfusions et je vois clairement à quoi ça sert.
Pour des raisons familiales, je donne mon sang dans la région de Chalon-sur-Saône. Je le fais quand je peux depuis que j’ai 18 ans. Cette opération sur le campus - première fois pour moi - était l’occasion de venir avec un pote qui est dans la santé aussi.»

Noémie Varraux, 19 ans

En 2ème année de sciences du langage

«C’est mon tout premier don aujourd’hui. En fait, j’ai toujours eu envie de le faire mais je n’avais pas trouvé l’occasion de le faire depuis mes 18 ans. Cette fois-ci, j’ai tout de suite saisi cette occasion.
Le geste de donner son sang permet d’aider les autres et il faut le faire, surtout qu’on en manque tout le temps. Je viens car il le faut. Et je n’ai vraiment aucune appréhension, car ça va bien se passer.»

Alix Berthier
Photos : Alix Berthier







 
?>