mardi 19 novembre 2019
L'ESTP Paris vient d'installer un campus à Dijon pour ses étudiants en travaux publics à l'occasion de la rentrée de septembre 2019. L'aménagement des locaux dans l'ancien bâtiment de la CPAM du quartier des Grésilles a été inauguré ce mardi.
Questions à...
Depuis mars 2018, Sophie Harent occupe la direction du musée Magnin. À l'occasion d'un nouvel accrochage, elle explique pour Infos-Dijon comment elle donne un nouveau souffle à ce musée national.
> Campus > Campus

UNIVERSITE DE BOURGOGNE : Chiffres en hausse, nouvelles formations, distinctions… Le président Alain Bonnin fait le point sur la rentrée

06/09/2019 17:32Imprimer l’article
C’est ce vendredi en fin de matinée sur le campus Montmuzard de Dijon que le président Alain Bonnin et son équipe ont fait le point sur cette rentrée universitaire 2019.
Une nouvelle fois, c’est à la Maison internationale que l’équipe de direction de l’université de Bourgogne a tenu sa conférence de presse de rentrée universitaire. La dernière pour Alain Bonnin en tant que président de l’uB. «Mais nous avons encore de grands dossiers à porter pour notre université», a tenu à préciser celui qui est toujours président, jusqu’à mars 2020.
La rentrée universitaire 2019, il la voit bonne. D’abord par le nombre d’étudiants accueillis. Ensuite au travers de plusieurs projets. Enfin parce qu’il affirme que l’uB confirme ses excellences et qu’il pense que les discussions au sein de la ComUE vont désormais dans le bon sens.


Retour sur les principaux points évoqués durant cette conférence de presse.

La barre des 34.000 étudiants est dépassée


L’université de Bourgogne a terminé l’année 2018-2019 avec environ 33.500 étudiants. «On va passer la barre des 34.000 étudiants pour cette rentrée», annonce Alain Bonnin, faisant aussi remarquer que l’uB comptait 26.000 étudiants en 2012 (année de son élection en tant que président). «8.000 étudiants en plus, c’est l’équivalent d’une petite voire moyenne université».

Retour à l’équilibre, une campagne d’emploi «un peu plus que normale»


Le président l’a rappelé en parlant du plan de retour à l’équilibre financier (qui se termine fin 2019) pour lequel il a attribué le mérite à toute la communauté universitaire pour les efforts consentis, «les contraintes ont été nombreuses ces dernières années».
Aujourd’hui, en réponse au départ à la retraite de 38 enseignants-chercheurs, l’uB va en recruter 42, dont 11 professeurs, 19 maîtres de conférences et 12 enseignants issus du second degré.
Pour ce qui est du retour à l’équilibre budgétaire, Alain Bonnin a livré des éléments prévisionnels : «un résultat comptable positif de 2,6 millions d’euros, une capacité d’auto-financement de 7 millions d’euros et un fonds de roulement qui devrait être de 40 millions d’euros à la fin de l’année».

Des investissements, en milliers et en millions d’euros


«Les marges sont là pour être réinvesties», a assuré le président de l’uB. Il annonce pour cette rentrée une allocation supplémentaire de 300.000 euros pour l’acquisition de petits équipements pédagogiques se rapportant selon ses propos «à la vie quotidienne des enseignants et des étudiants», et une allocation supplémentaire de 300.000 euros «pour renforcer les salaires des contractuels». En Conseil d’administration de juillet dernier, un plan d’investissements a été proposé notamment pour la rénovation de bâtiments, à hauteur de 27 millions d’euros sur la période 2019-2024.
Dans le registre budgétaire, Alain Bonnin a émis une inquiétude, en déplorant que le glissement vieillesse-technicité (augmentation des salaires avec l’ancienneté) ne soit pas pris en compte par l’Etat dans ses aides à l’université, «pas cette année, ni en 2020».
Pour 2019, le GVT représente 2 millions d’euros pour l’uB. «On nous fait des contrats pluriannuels, mais on n’a pas vraiment de vision pluriannuelle de la situation», note le président de l’uB qui s’est entretenu avec quatre parlementaires de LaREM en juillet dernier pour leur faire de cette difficulté.

Parcoursup, deuxième rentrée


Pour cette deuxième rentrée avec la plateforme Parcoursup, l’uB a recueilli 33.962 candidatures (contre 29.948 candidatures en 2018), «ce qui la place parmi les 20 universités les plus attractives de France».
5.876 places étaient ouvertes en 1ère année pour cette rentrée, et 5.437 candidats ont été admis, dont 491 via la procédure complémentaire. Le dispositif d’aide AGIL (Approche globale de l’intégration en licence) est reconduit et profitera à environ 300 étudiants.
Aujourd’hui, 138 dossiers sont étudiés en Commission d’accès à l’enseignement supérieur.

Un département autour de la robotique au Creusot


Formations reconnues pour leur excellence au niveau européen notamment (label «Erasmus Mundus»), les masters VIBOT et MAIA ont inspiré l’uB et l’ESIREM dont les intentions sont de créer un département d’ingénierie sur le site universitaire du Creusot, sous le nom «Robotique, cobotique et vision artificielle».
Deux spécialités sont annoncées : Robotique et instrumentation en formation initiale, et Cobotique (vision artificielle) en formation par alternance. La décision favorable de la Commission des titres d’ingénieur (CTI) est attendue pour la fin de l’année.
Autres ouvertures ou renforcements de formations pour cette rentrée universitaire :
- La formation d’ingénieur en génie industriel, localisée à Auxerre et réalisée en partenariat avec l’ITII Bourgogne et le Pôle formation de la métallurgie, est rattachée à l’ISAT de Nevers. La formation reste localisée à Auxerre avec l’idée de multiplier les interactions pédagogiques entre les deux sites.
- L’IUT de Chalon-sur-Saône ouvre un quatrième département : Carrières juridiques. Un DUT en alternance. 3 postes d’enseignants sont prévus en lien avec l’UFR DSEP de Dijon.
- Une licence professionnelle Gestion des organisations agricoles et agroalimentaires, parcours Conduite stratégique de l’exploitation vitivinicole, ouvre à Mâcon dans l’idée de former des cadres intermédiaires.

Un nouveau DU à Dijon


À la demande de la préfecture de région, l’uB crée en cette rentrée le DU Formation civile et civique. Objectif : transmettre un socle commun relatif au contexte socio-historique, au droit et aux institutions et au principe de laïcité. Ce DU doit préparer les aumôniers à leurs fonctions dans le cadre de l’administration ou de l’armée.

La formation continue et en alternance compte


«Elle permet de financer 20% de notre offre de formations», a souligné le président Alain Bonnin, en y voyant aussi le signe de relations fortes avec le monde économique et ses entreprises, dont la taxe d’apprentissage n’est donc pas négligeable pour l’uB.
Plus largement, l'uB assure que des restructurations sont menées dans la lignée de la réforme des universités, notamment pour la PACES et la constitution de blocs de compétences.

ComUE et Grand Campus, «ça travaille»


Au moment d’évoquer la Communauté d’universités et établissements, Alain Bonnin a rappelé en quelques mots les difficultés rencontrées (démission de l’équipe précédente, administrateur provisoire nommé par le rectorat). Mais il a surtout poursuivi en assurant de la définition d’un plan d’actions tel que le souhaite le ministère. «Les chefs d’établissements ont décidé de réunir leurs communautés». Prochaine date importante en ce sens : le 25 septembre. «Nous sommes en bonne voie. À nous tous de trouver le bon équilibre entre les établissements, leurs identités, et la Communauté», a ajouté le président de l’uB.
Quant au Grand Campus Dijonnais, Alain Bonnin l’a qualifié d’un espace efficace. L’occasion aussi pour le président de reconnaître l’importance de Dijon Métropole dans cette dynamique et de saluer les autres partenaires majeurs de l’uB : les rectorats, le CROUS, la Région Bourgogne-Franche-Comté.

Le campus de Dijon labellisé «Refuge Biodiversité»


La labellisation est délivrée par la Ligue de protection des oiseaux. Plusieurs actions vont être mises en place cette année : replantation d’arbres et d’arbustes pour l’automne, actions par les associations étudiantes pour sensibiliser les usagers du campus à respecter la faune et la flore.
«Cela fait du campus le plus grand espace géographique en Bourgogne-Franche-Comté à être labellisé», fait remarquer Alain Bonnin. Une labellisation qui vient concrétiser d’une certaine manière les réflexions et actions du groupe de travail «Campus et Biodiversité» ayant amené à la plantation d’un verger conservatoire mettant en avant des variétés anciennes originaires de Bourgogne. Portée par le CROUS, une deuxième tranche est programmée en 2020.

Autun, Campus connecté


Souhaitant s’inscrire dans la démarche des campus connectés, visant à faire de villes éloignées de l’enseignement supérieur peut-on dire des lieux où les formations peuvent être suivies à distance tout en s’appuyant sur un accompagnement local, de proximité, l’université de Bourgogne a travaillé avec la Ville d'Autun sur ce dossier.
«Cette innovation va permettre aussi aux jeunes de dépasser des barrières psychologiques qui contrarient la mobilité, battre en brèche l’autocensure et la peur de l’échec. Autun va être un vrai lieu à expérimenter, à développer», a déclaré Alain Bonnin.

Université européenne et classements internationaux


L’uB a «la tête dans les étoiles»… Ce sont les mots du président. «La tête dans les étoiles de l’Europe et dans le classement de Shanghai». Deux réussites que le président a rappelées lors de la conférence de presse. Dans son intervention, il a également listé les différentes distinctions et labellisations donnant du crédit aux laboratoires et aux travaux de recherche menés à l’uB.

Alix Berthier
Photos : Alix Berthier