samedi 17 août 2019
Le mosaïste a ajouté Dijon à la longue liste des villes du monde qui hébergent ses oeuvres. Il en a fixé six sur des façades du centre-ville.
Découvrez notre carte Google pour retrouver les six oeuvres.
Questions à...
La conseillère métropolitaine déléguée à l’emploi témoigne de la volonté de la Métropole d’accompagner les acteurs du territoire pour favoriser la création d’emplois et «permettre un développement économique harmonieux et solidaire».
> Côte-d'Or > Côte d'Or

Cocktail molotov sur la Préfecture : Les trois mis en cause encourent 10 ans de prison ferme

12/04/2019 17:28Imprimer l’article
Au terme d’une comparution immédiate ce vendredi au parquet de Dijon, le dossier a été renvoyé à l’audience du 19 juin pour que les prévenus puissent organiser leur défense. Deux d’entre eux sont le patron du restaurant le Boeuf Blanc et son fils.
Le procureur de la République, Eric Mathais, fait le point sur l’affaire.
Communiqué du procureur de la République, Eric Mathais :

Dans la nuit du 30 au 31 mars 2019, la préfecture de Côte-d’Or a fait l’objet de jets de cocktails molotov remplis d’essence, qui ont déclenché un début d’incendie sur une bâche d’un bâtiment en travaux, situé au 55 rue de la préfecture.

Une enquête judiciaire de flagrance a été immédiatement ouverte pour dégradation par moyen dangereux et confiée à la sûreté départementale du commissariat de Dijon. L’enquête de flagrance a été prolongée par le parquet de Dijon, comme la loi le permet.

Les investigations très complètes des enquêteurs, ont permis d’identifier les auteurs potentiels de ces faits. Ils ont été interpellés mercredi 10 avril 2019 et placés en garde à vue. Après prolongation de leur garde à vue, ils ont été présentés au procureur de Dijon vendredi 12 avril 2019, pour être jugés en comparution immédiate par le tribunal correctionnel de Dijon.

L’une des personnes prévenues, un homme de 43 ans demeurant Dijon, est le gérant du restaurant «le bœuf blanc», situé non loin de la préfecture de Côte-d’Or. Le deuxième prévenu, un homme de 18 ans demeurant Dijon est le fils du précédent. Le troisième prévenu, un homme de 38 ans demeurant Dijon, est ami du gérant du restaurant. C’est à l’intérieur de ce restaurant qu’avait déjà été, difficilement, interpellé le samedi 30 mars 2019, l’auteur de violences commises le même jour sur des policiers, auteur condamné depuis pour ces violences par le tribunal correctionnel de Dijon en comparution immédiate le lundi 1er avril 2019. C’est également à l’intérieur de cet établissement qu’avait été interpellé, le 6 avril 2019, l’auteur de dégradations commises le même jour au préjudice de la préfecture de Côte-d’Or, auteur condamné depuis pour ces dégradations par le tribunal correctionnel de Dijon en comparution immédiate le lundi 8 avril 2019.

Les trois personnes présentées ce jour au parquet ont été poursuivies pour les infractions de dégradations et tentatives de dégradation par incendie. Les peines encourues sont de 10 ans d’emprisonnement et de 150.000 euros d’amende.
Les prévenus ont demandé un délai pour préparer leur défense, délai qui a été accordé, ainsi que la loi le prévoit.
Le parquet a requis un mandat de dépôt et une incarcération provisoire dans l’attente du jugement, principalement pour prévenir le risque de renouvellement des infractions.

Le tribunal a placé les trois prévenus sous contrôle judiciaire.
L’homme de 43 ans demeurant Dijon a interdiction de toute manifestation à Dijon, l’interdiction de se rendre au restaurant «le bœuf blanc» le samedi et l’obligation de se présenter une fois par semaine au commissariat de Dijon.
L’homme de 18 ans demeurant Dijon a l’obligation d’établir son domicile à Auxonne, interdiction de venir à Dijon, interdiction de toute manifestation à Dijon et l’obligation de se présenter une fois par semaine à la gendarmerie d’Auxonne.
L’homme de 38 ans demeurant Dijon a interdiction de toute manifestation à Dijon, interdiction d’entrer en contact avec les deux autres prévenus, interdiction de fréquenter les débits de boisson et l’obligation de se présenter une fois par semaine au commissariat de Dijon.

Le dossier a été renvoyé à l’audience du 19 juin 2019.

Eric Mathais, procureur de la République.