jeudi 18 janvier 2018
Questions à...
Y aura-t-il encore des maisons de retraite dans vingt ans ? Aura-t-on les moyens de les financer ? Va-t-on vers une ubérisation de la dépendance ? Emmanuelle Coint, conseillère départementale, a répondu à Infos-Dijon pour faire le point sur le financement des EHPAD et leur avenir.
> Côte-d'Or > Côte d'Or

COTE-D'OR : 33 nouveaux contrats d'apprentissage pour la rentrée 2017 au Conseil Départemental

15/09/2017 01:13Imprimer l’article
Communiqué de François Sauvadet, président du Conseil Départemental de la Côte-d'Or :

J'ai accueilli aujourd'hui les 33 nouveaux apprentis du Conseil départemental de la Côte-d'Or dans la salle des séances.

Un tiers de plus qu'il y a trois ans.

J'ai profité de cette occasion pour remercier les agents du Conseil départemental qui s’impliquent au quotidien afin d'accompagner nos apprentis tout au long de leur formation. Sans eux et sans leur participation, toute transmission du savoir et des compétences est impossible.

Cette année, pour la première fois, trois ressortissantes de l’Union Européenne sont accueillies dans les services départementaux. A l’heure des replis communautaires et de l’euroscepticisme, cette initiative est un beau symbole des progrès et des échanges qu’a permis l’Union Européenne. Nous avons également accueilli trois apprentis dans les cuisines des collèges, ce dont je me réjouis.

Plus globalement, cela fait 23 ans que le Conseil départemental de la Côte d’Or s'est engagé activement en faveur de l’apprentissage. Depuis 1994, ce ne sont pas moins de 273 apprentis qui ont été accueillis au sein de nos services.

Cette année encore, nous avons choisi d'amplifier notre action dans cette voie parce que nous l’estimons primordiale : l’apprentissage est une réelle opportunité pour nos jeunes. Il permet en effet de préparer un diplôme tout acquérant une maturité et une expérience professionnelle qui manquent aux jeunes pour pouvoir s'insérer durablement et avec succès sur le marché du travail.

C'est pourquoi le Conseil départemental continuera de faire le choix de privilégier l’apprentissage, dont les atouts en termes d’employabilité ne sont plus à démontrer.