dimanche 25 février 2018
Questions à...
Dans une longue interview qu'il nous a accordée, le maire de Dijon et président de Dijon Métropole n'élude aucun sujet.
Les erreurs du quinquennat de François Hollande, ses acquis aussi, la politique d'Emmanuel Macron, les prochaines élections municipales à Dijon, le projet métropolitain, la rivalité avec Besançon, les rapports avec le Département et la Région, la marque Just Dijon, l'auto-suffisance alimentaire, et bien-sûr les tarifs du stationnement…
> Côte-d'Or > Côte d'Or

COTE-D'OR : 53 fermetures de classes et 51 ouvertures prévues lors de la première proposition de carte scolaire

02/02/2018 12:12Imprimer l’article
Ce jeudi, le comité technique a réuni la directrice académique et les représentants syndicaux durant plus de dix heures. Le bilan départemental de la première ébauche fait état de 53 fermetures de classes et 51 ouvertures. Le SNUipp-FSU a voté contre. Le détail, école par école.
Le Comité Technique Spécial Départemental (CTSD) s’est tenu ce jeudi 1er février de 9h30 à 20h pour étudier les mesures de carte scolaire pour les classes et hors la classe. La première date, fixée au 23 janvier, avait été boycottée par les représentants syndicaux.
«Les discussions ont été longues car le champ d'étude était assez important, avec 13 pages de dossiers et les cas de plus de 140 écoles à étudier» explique à Infos-Dijon Chantal Charles, représentante du SNUipp-FSU lors de cette réunion cruciale. «L'ambiance était un peu tendue au début car la DASEN (Directrice Académique des Services de l'Éducation Nationale ndlr) n'a pas voulu recevoir les collègues grévistes qui étaient mobilisés devant le collège Malraux de Dijon».

Les délégations reçues d'ici au 5 mars


Les délégations n’ont donc pas été reçues en audience «mais la DASEN s’est engagée à recevoir toutes celles qui en ont fait ou en feront la demande d’ici le CDEN (Conseil Départemental de l'Education Nationale) prévu le 5 mars, et à l'issue duquel sera pris l'arrêté. Au total «53 fermetures et 51 ouvertures, dont 23 moyens provisoires pérennisés, ont été prononcés. Pour nous, la dotation globale pour le département n'est pas suffisante. Elle n'apporte pas de réponse aux besoins des écoles et aux difficultés des élèves» poursuit Chantal Charles.

Lors de ce CTSD ont été prononcées :


- En éducation prioritaire (RASED - Réseau d'aides spécialisées aux élèves en difficulté) : 18 ouvertures de postes élémentaires calculées avec 1 fermeture, 2 moyens provisoires pérennisés et 17 ouvertures.

- Les postes concernant les CP et les CE1 dédoublés seront à exigences particulières (entretien et classement au barème) : 7 postes sont prévus, alors que le SNUipp estime à 25 le nombre nécessaire.

- En classe hors éducation prioritaire : 23 fermetures à revoir, 29 fermetures définitives, 21 moyens provisoires pérennisés, 17 ouvertures à revoir, 11 ouvertures définitives.

D’autres mesures hors la classe ont également été prononcées. La liste des postes à profil et à exigences particulières a été discutée. «Quelques modifications par rapport à l’an dernier mais toujours une liste trop importante. Le SNUipp-FSU est opposé à ce profilage puisque ces postes requièrent déjà une certification ou une inscription sur liste d’aptitude».
N.R.
Photo archives N.R.

Cliquez pour télécharger le bilan, école par école, du CTSD du 1er février 2018


Cliquez pour télécharger la liste des autres mesures prises, école par école