lundi 20 novembre 2017
Questions à...
Un an après son élection, le premier secrétaire de la section PS de Dijon revient sur l'année écoulée et parle de l'avenir dans une longue interview accordée à Infos-Dijon : l'échec du PS aux élections présidentielles et législatives, le processus de refondation du parti, la concurrence de La France Insoumise, la politique de La République en Marche, ou encore la mairie de Dijon… Tous les sujets sont abordés, sans langue de bois.
> Côte-d'Or > Côte d'Or

COTE-D'OR : A la conférence des territoires, «le stade de la colère est dépassé»

18/10/2017 20:49Imprimer l’article
Ce mercredi, des élus planchaient en préfecture au cours de quatre ateliers dans le cadre de la Conférence Nationale des Territoires. L'occasion pour eux de faire remonter idées et inquiétudes. Parmi eux, Ludovic Rochette, président de l'Association des Maires de France de Côte-d'Or, a prévenu : «sans effets concrets et rapides, c’est la dernière fois que les élus seront aux côtés de l’État».
Le Premier ministre a réuni la première Conférence nationale des territoires (CNT) le 17 juillet dernier. Elle regroupe au niveau national les associations d'élus, les parlementaires et les présidents des instances de concertation. Elle a vocation à se réunir tous les 6 mois pour échanger sur les sujets qui intéressent directement les collectivités territoriales.
Le dialogue national sera nourri par des travaux préparatoires dans les territoires. C’est ainsi que Christiane Barret, Préfète de la région Bourgogne, Préfète de la Côte-d’Or, a réuni des élus de Côte-d’Or, ce mercredi 18 octobre 2017, lors d’un séminaire où quatre grandes questions ont fait l’objet d’une réflexion : la réduction de la fracture entre les territoires, l’allègement des normes, le soutien à l’investissement local, la valorisation des expérimentations et innovations locales.

«Un malaise entre les collectivités territoriales et l'Etat»


Au moment de la restitution des travaux, Ludovic Rochette, président de l'AMF 21, a prévenu qu'il ne devait s'agir d'une consultation pour rien :
«Il y avait peu de monde aujourd'hui, c'est bien la preuve d'un malaise entre les collectivités territoriales et l'Etat. L’AMF 21 a encore une fois voulu faire entendre la voix des élus locaux. Le dialogue est bien fragile ; il empêche toute démarche constructive. Le stade du malaise et de la colère est désormais dépassé. Nous attendons à présent les annonces qui seront faites par le Président de la République lors du 100e Congrès de l’AMF et à la prochaine CNT. Sans effets concrets et rapides, c’est bien la dernière fois que les élus seront aux côtés de l’État.»

Diagnostics et propositions


A ses cotés, Pascal Grappin, maire de Villebichot résume l'état d'esprit en reprenant une phrase de Coluche : «Nous ne sommes pas là pour dire ce dont on a besoin et qu'ensuite, on nous explique comment nous en passer».
En amont de ce séminaire, les élus du département ont fait l’objet d’une consultation écrite par l’envoi d’un courrier du Premier ministre. Les Présidents d’établissement publics de coopération intercommunale (EPCI) ont également été reçus par la Préfète afin de faire émerger des éléments de diagnostic et propositions.

Ce mercredi donc, la restitution des ateliers de réflexion et la conclusion de cette première consultation locale a été menée par Serge Bideau, secrétaire général de la préfecture de Côte-d'Or. Le rapport qui résultera de toutes les contributions reçues et de la consultation sera envoyé fin octobre aux ministères de l'Intérieur et de la Cohésion des territoires et nourrira les travaux de la prochaine réunion de la Conférence nationale des territoires.
N.R.