jeudi 23 mai 2019
Les neuf artistes annoncés présentés par neuf clips.
Questions à...
L'adjointe à la culture sera aux premières loges vendredi pour l'inauguration et la réouverture du Musée des Beaux Arts de Dijon. Un moment qu'elle attend avec «fébrilité, impatience et curiosité».
> Côte-d'Or > Côte d'Or

COTE-D’OR : «En ces temps troublés, ne sous estimez pas l’uniforme que vous portez» lance le préfet aux pompiers

19/01/2019 13:26Imprimer l’article
La cérémonie des vœux du Service Départemental d’Incendie et de Secours de la Côte d’Or s’est déroulée ce vendredi soir au centre d’incendie et de secours Dijon Est, à Chevigny-Saint-Sauveur.
À l’occasion de la nouvelle année, le colonel Jean Chauvin, directeur départemental du SDIS de la Côte-d’Or, et Hubert Poullot, nouveau président du conseil d’administration du SDIS de la Côte d’Or, recevaient notamment le préfet, Bernard Schmeltz, et la plupart des autorités civiles et militaires : le procureur de la République Eric Mathais, le directeur départemental de la sécurité publique, Jean-Claude Dunand, le lieutenant-colonel Samuel Morice, chef de corps au 511e régiment du train d’Auxonne, mais aussi le président du conseil départemental, François Sauvadet, le premier adjoint (et futur maire) de Chevigny Saint-Sauveur, Guillaume Ruet, la première adjoint au maire de Dijon, Nathalie Koenders, la conseillère départementale Dénia Hazhaz.

La cérémonie a commencé par une revue des troupes et une remise de décorations, grades et d’insignes aux personnels (lire par ailleurs), la passation de drapeau du corps départemental entre le Centre d’Incendie et de Secours de Selongey et celui de Châtillon-sur-Seine, puis un hommage aux sapeurs-pompiers disparus. A l’issue de la prise d’armes, les autorités ont présenté leurs vœux au personnel de l’établissement public et aux invités.

«Nous n’avons jamais connu une telle hausse de l’activité (+16%)»


«À Chevigny comme dans toute la Côte-d’Or, nous pouvons être fiers de nos sapeurs-pompiers» a lancé Guillaume Ruet pour ouvrir les allocutions. «Est-il plus belle mission que elle de donner sa vie pour en sauver une autre ? Vous êtes les héros du quotidien». Le colonel Jean Chauvin a ensuite fait le bilan et tracé les perspectives : il est revenu sur le changement de présidence à la tête du Sdis, avec le départ de Vincent Dancourt et l’arrivée d’Hubert Poullot. Il a également fait allusion à la hausse du nombre d’interventions : «Nous n’avons jamais connu une telle hausse de l’activité (+16%)». Le délai moyen d’intervention est de 14 minutes et la durée d’engagement opérationnel est en hausse. «Jusqu’à présent, en Côte-d’Or, nous étions sous la moyenne nationale. Peut-être s’agit-il simplement d’un rééquilibrage» tente d’expliquer le directeur du Sdis. A noter aussi que 2018 a été «la meilleure année de recrutement de sapeurs-pompiers volontaires (plus de 200).

«Le travail accompli ces dernières années s’est concrétisé avec des investissements en équipement»


Hubert Poullot a ensuite fait long pour son premier discours en cérémonie en tant que président du Sdis. Un peu trop long sur la forme, mais très volontariste sur le fond. L’élu veut bâtir «une nouvelle relation de confiance entre nous tous» et a salué «le courage et la détermination des pompiers «qui interviennent depuis plusieurs semaines» dans le contexte des manifestations des Gilets Jaunes.
Pour son prédécesseur Vincent Dancourt, Hubert Poullot a eu quelques mots, le remerciant «pour les décisions prises», notant au passage que «le travail accompli ces dernières années s’est concrétisé avec des investissements en équipement», notamment 20 véhicules hors route, 10 ambulances et un véhicule d’assistance au ravitaillement, mais aussi la réhabilitation des centres de secours de Genlis, Sombernon et Vitteaux.
Face à l’«incompréhension» et aux «désaccords» qui opposent une grande partie des sapeurs-pompiers à leur direction depuis plusieurs mois, «fait confiance à [notre] capacité d’adaptation». «J’entends qu’il y a un problème entre les différents acteurs de l’urgence. Il faut répondre à des questions comme où s’arrête le rôle des sapeurs-pompiers ? Où commence celui du Samu ?». Pour lui, il faut «réorganiser les secours», un «problème primordial» qui influe sur les questions d’effectifs.

«Merci pour votre engagement sans faille»


François Sauvadet a ensuite salué la mémoire des deux pompiers récemment décédés à Paris des suites de l’explosion d’une boulangerie rue de Trévise, puis est aussi revenu sur les événements liés aux Gilets Jaunes : «Toutes les violences et entraves au travail des forces de l’ordre sont inacceptables. Monsieur le Préfet, vous pouvez compter sur l’aide du Conseil départemental. Dans ce contexte, chacun doit être en mesure d’accomplir ses missions, c’est une attente de nos compatriotes. La sécurité est notre priorité dans le département, et elle doit pouvoir être assurée, dans la métropole comme ailleurs».
Le Préfet enfin s’est montré très solennel. «En ces temps troublés, ne sous estimez pas l’uniforme que vous portez. En toute circonstance, il faut le porter comme une fierté, avec respect et dignité. Merci pour les valeurs d’engagement au service de nos concitoyens que vous véhiculez. Merci pour votre engagement sans faille».
N.R.
Photos Nicolas Richoffer

2018 au SDIS 21, en chiffres :


- 1846 sapeurs-pompiers (professionnels et volontaires)
- 183 217 appels traités au Centre de Traitement de l’Alerte
- 29 861 interventions dont
- 21 708 secours à personnes (24 975 victimes prises en charge)
- 2428 opérations diverses (inondations, ...)
- 2373 incendies
- 2213 accidents de la circulation
- 498 risques technologiques
- 213 faits d’animaux