vendredi 16 novembre 2018
L'Agence Régionale de Santé a présenté ce vendredi Inga, une étudiante de 23 ans qui devient ambassadrice de la vaccination dans le cadre de la campagne massive lancée ce début octobre. 2.900 jeunes ont déjà été vaccinés sur les quelque 40.000 ciblés.
Questions à...
Le secrétaire de la section de Dijon du Parti Socialiste revient sur sa fidélité à Ségolène Royal et explique pourquoi elle serait selon lui une bonne candidate pour «rassembler la gauche», notamment au regard de son engagement pour la transition écologique, et de sa force de caractère au service d'«idées justes».
> Côte-d'Or > Côte d'Or

COTE-D'OR : La campagne de vaccination contre la méningite continue pour les 17-24 ans des bassins de Dijon et Genlis

19/10/2018 18:02Imprimer l’article
L'Agence Régionale de Santé a présenté ce vendredi Inga, une étudiante de 23 ans qui devient ambassadrice de la vaccination dans le cadre de la campagne massive lancée ce début octobre. 2.900 jeunes ont déjà été vaccinés sur les quelque 40.000 ciblés.
Le 21 septembre dernier, l'Agence Régionale de Santé de Bourgogne-Franche-Comté lançait une grande campagne de vaccination à l'attention de tous les jeunes de 17 à 24 ans des 153 communes des bassins de Dijon et Genlis lors d'une conférence de presse au cours de laquelle il était précisé qu'il n'était pas question de crise sanitaire, mais de prévention. Une prévention néanmoins justifiée par la recrudescence de cas de méningocoques W, dont cinq cas ont été comptabilisés ces derniers mois sur les bassins de Dijon et Genlis.

Cliquez ici pour lire notre compte-rendu de la conférence de presse du 21 septembre


Ce vendredi 19 octobre, alors que 2.900 personnes ont été vaccinées sur les 40.000 ciblées, une étudiante en santé publique en stage à l’ARS Bourgogne-Franche-Comté est devenue la première ambassadrice de cette campagne de vaccination contre le méningocoque W.

«On le fait pour notre sécurité et pour la sécurité de nos proches, de nos amis. Il est très important d'être protégé et ainsi, de participer à protéger les autres»… Inga, 23 ans, mesure parfaitement les enjeux individuels et collectifs de la vaccination contre le méningocoque W proposée depuis le 1er octobre à tous les 17-24 ans résidant, travaillant ou étudiant dans les bassins de vie de Dijon et Genlis. «Quand j'en parle à mes amis, ils sont très intéressés et comprennent l'importance de casser la propagation de la maladie. Mais ils ont souvent besoin de motivation et ne franchissent pas forcément le pas de se rendre chez leur médecin ou au centre de vaccination».

Depuis quatre mois, cette étudiante originaire de Géorgie finalise sa licence de santé publique et management par un stage à l’ARS Bourgogne-Franche-Comté. Quatre mois au département «alertes et crise» qui complètent sa formation théorique de l’Université médicale publique de Tbilissi.
«J’ai rencontré des groupes de jeunes dans le foyer où je suis logée à Dijon. Je leur ai expliqué que cette vaccination est recommandée» raconte Inga. La jeune femme, qui souhaiterait poursuivre sa formation en revenant en France pour un master, en 2019, est une ambassadrice de choix pour l’ARS Bourgogne-Franche-Comté !

Vendredi 19 octobre, elle s’est rendue au centre de vaccination du CHU de Dijon accompagnée du directeur général adjoint de l’agence, Olivier Obrecht. L’occasion de faire un point d’étape de la campagne.

2.900 vaccins


D’après le bilan des deux premières semaines réalisé par Santé publique France, environ 2.300 vaccins ont été délivrés, dont près de 1.800 en pharmacie et un peu plus de 460 dans les deux centres de vaccination, auxquels s'ajoutent les quelque 600 vaccins distribués lors de la troisième semaine.
Près de de 80% des 107 pharmacies des secteurs de Dijon et Genlis (153 communes) ont délivré au moins un vaccin.
Les bénéficiaires de la vaccination sont majoritairement des élèves ou des étudiants, les classes d’âges les plus représentées étant les 17,18 et 19 ans.
Les femmes sont plus nombreuses que les hommes à se faire vacciner (près de 1.300 contre 960 en première quinzaine).

Comment se faire vacciner ?


C’est dire l’intérêt de rappeler les enjeux de cette vaccination, accessible aux 17-24 ans suivant deux modalités :
-en se rendant chez un médecin généraliste, qui délivre la prescription de la vaccination après avoir vérifié que le patient en remplit les conditions (le pharmacien du territoire concerné remet alors le vaccin gratuitement).
-en prenant rendez-vous dans l’un des deux centres de vaccination de Dijon : le centre de vaccination du CHU de Dijon (prise en charge gratuite) et le centre de prévention et de santé universitaire du campus de l’Université de Bourgogne (pas d’avance de frais, se munir de sa carte Vitale et de sa carte de mutuelle).

Médecins, pharmaciens, Assurance maladie, Education nationale, Université de Bourgogne, centres de formation des apprentis, mairies, acteurs de la vie sportive ou associative… l’ensemble des partenaires de l’ARS restent mobilisés pour l’information des 17-24 ans.

Grâce également à la DIRECCTE Bourgogne-Franche-Comté, en lien avec le Conseil de l’Ordre des médecins, les jeunes salariés des secteurs de Dijon et Genlis vus par les services de santé au travail pourront se voir prescrire le vaccin, pour être ensuite vaccinés par leur médecin traitant.

La parole d’Inga a par ailleurs vocation à être relayée sur les réseaux sociaux, sur lesquels l’ARS a mené une campagne d’information ciblée en direction des 40 000 jeunes du secteur géographique.

Pourquoi ? Qui ? Où ? Comment ?

Tout savoir sur le site Internet de l'ARS en cliquant ici
Facebook et Twitter : @arsbfc

Pour Infos-Dijon, le docteur Michel Duong explique le déroulement d'un vaccin et aborde la question des effets indésirables :


Photos Nicolas Richoffer :