jeudi 23 mai 2019
Les neuf artistes annoncés présentés par neuf clips.
Questions à...
L'adjointe à la culture sera aux premières loges vendredi pour l'inauguration et la réouverture du Musée des Beaux Arts de Dijon. Un moment qu'elle attend avec «fébrilité, impatience et curiosité».
> Côte-d'Or > Côte d'Or

COTE-D’OR : «La majorité silencieuse» veut organiser un référendum test

17/01/2019 04:21Imprimer l’article
Cette jeune association née du mouvement des gilets jaunes s’emploie à tenter d’organiser un référendum test, au moins sur la 2e circonscription où plusieurs maires seraient déjà partants.
La démarche «ne s’inscrit pas dans le cadre du grand débat national», lequel est rejeté par l’association «La Majorité Silencieuse» «car il n’y a pas de liberté de thème» tranche Pablo Debray, le président. Mais elle s’intègre pleinement dans son contexte et apporte un outil parmi d’autres de déblocage de la crise. «Il est vital qu'opposants au mouvement, gilets jaunes et tous ceux qui se retrouvent perdus au milieu puissent reprendre la voie du dialogue».

L’association ne défend pas d’idées politiques, sinon celle du référendum d’initiative citoyenne, dont les membres essaient de mettre en place un test dans la deuxième circonscription de Côte-d’Or. Si elle n’est pas encore formulée précisément, la question posée serait globalement celle du maintien dans la Ve République ou du changement de système et de constitution. «L’association na pas vocation à durer dans le temps, mais simplement le temps de la mise en place d'un référendum».

«Remettre réellement au centre du débat la loi de la majorité»


«Nous sommes allé voir Rémi Delatte, le député de la 2e circonscription, pour lui dire que la situation nous paraissait extrêmement tendue» raconte Pablo Debray. «Nous avons donc eu l’idée de remettre réellement au centre du débat la loi de la majorité, par un vote. Beaucoup de gens se revendiquent d’une majorité, et cela permettrait de savoir ce qu’il en est. Ce n’est peut-être pas nous, Gilets Jaunes, qui gagnerions, mais au moins on le saura».

Soit le député, sans dire sa position, accepte de donner la voie à ses administrés et demande aux maires de laisser le vote se dérouler, et on aura un référendum test légitime. Soit on s’auto-organisera, ce qui sera un message en soi».
La 2e circonscription compte 69.000 électeurs inscrits. De quoi, réaliser un vrai vote test, «pour du beurre». La date estimée idéale ? «Avant les Européennes». Un deuxième rendez-vous est prévu avec Rémi Delatte. «Il a l’air préoccupé et s’intéresse à ça quelle que soit sa position, contrairement aux députés La République En Marche qui ne veulent pas en entendre parler».

«Ce serait l’occasion de savoir aussi si les gens sont légitimes»


«Nous, pensons que le système ne fonctionne pas et que les gens ne se sentent plus représentés. Peut-être a-t-on tort, mais ce serait l’occasion de le savoir» poursuit Pablo Debray. «Ce serait l’occasion de savoir aussi si les gens sont légitimes aux yeux du peuple. Et dans le cas d'un vrai référendum, s'ils gagnent, il restent en poste. On s’adresse aux gilets jaunes et aux autres car on part du principe que de toute façon, à la fin, on devra tous vivre ensemble».
Pablo Debray et son vice-président, Emmanuel Chambin, enchaînent aussi les rendez-vous avec les maires pour voir s’ils sont prêts à mettre les moyens à la disposition de la démarche. «On a déjà trois réponses positives. Et aucun maire ne ferme la porte car on montre qu’on est sérieux».
Nicolas Richoffer
Photo N.R.

Une assemblée générale aura lieu vendredi à 19 heures, dans la salle attenante au gymnase Chambelland, rue Olympe de Gouges.

Le communiqué d’annonce :

La Majorité Silencieuse 21 est une association dont l'objet est de rassembler. Dans ce contexte extrêmement tendu, il est vital qu'opposants au mouvement, gilets jaunes et tous ceux qui se retrouvent perdus au milieu puissent reprendre la voie du dialogue.
L'impossibilité actuelle de discuter vient de nos certitudes : gilets jaunes, opposants, tout le monde est sûr d'avoir raison. Les parties se radicalisent et la violence éclate, d'un côté comme de l'autre. Il n'est qu'un moyen d'enrayer cette spirale infernal : le vote.
Le vote, c'est la chance pour chacun de donner son avis, pour peu qu'on laisse le choix entre de vraies alternatives. Aujourd'hui la question, c'est veut-on changer complètement le système, juste l'améliorer ou le garder tel quel. Nous attendons que nos représentants la posent.
Mais nous n'attendrons pas éternellement. En Côte-d'Or, nous avons décidé d'organiser un grand référendum sur une circonscription, la 2e. Vraies listes électorales, bureaux de vote montés avec sérieux, il soumettra deux textes, dont les détails auront été précisément débattus :
- une loi pour l'instauration d'un RIC (référendum d'initiative citoyenne)
- une loi pour la convocation d'une assemblée constituante
Quoi qu'il ressorte de cette consultation, l'avis de la majorité apparaîtra enfin. Que cette action soit reproduite partout en France et nous saurons ce que nous désirons en tant que peuple. Et le pouvoir, qui aujourd'hui n'est plus crédible, retrouvera légitimité : en appliquant la volonté de tous les citoyens.