samedi 20 avril 2019
Une opération de grutage est effectuée en ce milieu de semaine du côté de la place de la Libération.
Questions à...
Après l’affaire Christophe Dettinger, sur laquelle il revient largement pour Infos-Dijon, l’avocat dijonnais Jean-Philippe Morel représentera aussi l’association «Gendarmes et Citoyens» dans l’affaire de la caserne de Dijon et plaidera pour des policiers victimes en décembre dans le cadre du mouvement des gilets jaunes. Interview.
> Côte-d'Or > Côte d'Or

COTE-D’OR : Le préfet s’exprime au sujet d’un référendum test dans la 2e circonscription

13/02/2019 10:36Imprimer l’article
Sollicité au sujet de cette initiative de l’association «La Majorité Silencieuse», Bernard Schmeltz précise la position de l’Etat.
L’association «La Majorité Silencieuse» oeuvre à l’organisation d’un référendum test, comme nous vous l’expliquions le 17 janvier dernier (cliquez ici pour lire notre article). A ce sujet, le préfet, Bernard Schmeltz, a précisé ce mercredi la position de l’Etat : en l’occurrence, les maires jouissent de la libre administration de leurs communes, mais rien ne les oblige à participer à l’organisation de ce référendum non prévu par la loi actuelle.

«Mon attention a été appelée sur l’initiative d’une association souhaitant organiser un référendum test dans la deuxième circonscription de Côte-d’Or. Il me semble utile de clarifier la position de l’État sur ce sujet.

Comme vous le savez, l’organisation de référendums dans notre pays s’inscrit dans un cadre bien précis. Soit, à l’échelle de l’ensemble du territoire national, les articles 11 (projet de loi, y compris référendum d’initiative partagée à l’initiative d’1/5 du parlement et d’1/10 des électeurs inscrits sur les listes électorales), 89 (révision de la constitution) et 88-5 (question particulière d’intérêt européen), à l’échelle d’un territoire circonscrit, l’article 72-1 de la constitution (référendum d’initiative locale).

Le thème du référendum d’initiative citoyenne (RIC) fait l’objet, depuis plusieurs semaines, d’une campagne à l’initiative de certaines associations proches des gilets jaunes. Ce référendum d’initiative populaire n’existe pas, à l’heure actuelle, en droit français.

Aussi, sans préjuger de l’avenir de cette proposition ni porter atteinte à la libre administration des collectivités locales, il ne vous appartient pas, en l’état actuel du droit, d’utiliser ou de mettre à disposition des moyens municipaux pour l’organisation d’une consultation qui n’est pas prévue par les textes.»