mercredi 18 septembre 2019
Le mosaïste a ajouté Dijon à la longue liste des villes du monde qui hébergent ses oeuvres. Il en a fixé six sur des façades du centre-ville.
Découvrez notre carte Google pour retrouver les six oeuvres.
Questions à...
La conseillère métropolitaine déléguée à l’emploi témoigne de la volonté de la Métropole d’accompagner les acteurs du territoire pour favoriser la création d’emplois et «permettre un développement économique harmonieux et solidaire».
> Côte-d'Or > Côte d'Or

CÔTE-D’OR : Le projet de «Pacte de Solidarité» adopté par le conseil départemental et signé dans la foulée

15/06/2019 10:55Imprimer l’article
Une session extraordinaire s'est déroulée ce vendredi matin, avant la signature l'après-midi.
Le Conseil départemental de la Côte-d'Or a adopté à l’unanimité ce vendredi le projet de Pacte de Solidarité Côte-d'Or, conclu entre l'Etat et le Département pour la période 2019-2021, et a donc autorisé le Président du Conseil départemental, François Sauvadet, à le signer l’après-midi même à 14h30, avec le préfet et le délégué interministériel à la prévention et à la lutte contre la pauvreté, Olivier Noblecourt.

Ce pacte est la déclinaison départementale de la Stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauvreté annoncée en septembre 2018 par le Président de la République. Il définit les engagements réciproques du Département et de l'Etat en matière de prévention et de lutte contre la pauvreté.
Il permet à la Côte d’Or de bénéficier dès 2019, d’un 1 million d’ euros, dont la moitié pris en charge par l’Etat, pour renforcer ses politiques de solidarité et mettre en place de nouveaux projets destinés notamment à prévenir les sorties sèches de l’aide à l’enfance, à renforcer l’accès aux droits et le travail social et à améliorer l’insertion des allocataires du RSA.  2,5 à 3 millions d’euros supplémentaires viendront compléter sur 3 ans cette première aide de l’Etat.

Trois enjeux


Le Pacte de Solidarité Côte-d'Or, signé ce vendredi après-midi par François Sauvadet, Président du Conseil départemental, Olivier Noblecourt, Délégué interministériel à la prévention et à la lutte contre la pauvreté des enfants et des jeunes, et Bernard Schmeltz, Préfet de Côte-d'Or, Préfet de Bourgogne-Franche-Comté, se base sur trois enjeux résumés par François Sauvadet : «l’accompagnement des jeunes de 16 à 25 ans en difficulté vers l’autonomie, le renforcement de l’accompagnement transversal et de proximité assuré à chaque Côte-d’Orien, l’accès et le retour à l’emploi des bénéficiaires du RSA».

Colette Popard, présidente du groupe d'opposition au conseil départemental, a notamment expliqué que son groupe allait voter pour en ces termes : «toutes les propositions pour éradiquer la pauvreté sont les bienvenues». Le rapport a été adopté à l’unanimité du conseil départemental, «au delà des différents que nous avons avec la Métropole», une fierté pour François Sauvadet qui a insisté sur ce vote l’après-midi au moment de la signature.

«La lutte contre la pauvreté est en échec dans notre pays»


Pour la préfecture, le secrétaire général Christophe Marot a rappelé que la Côte-d’Or est «le premier département, en dehors des expérimentateurs, à signer ce contrat». Pour lui, «la dynamique existait déjà».
Olivier Noblecourt y voit surtout «le début d’un tir groupé», qui correspond à «un engagement majeur du Président de la République».

Pour le délégué interministériel, «la lutte contre la pauvreté est en échec dans notre pays» et illustre ce point de vue par un chiffre : «un enfant sur cinq grandit sous le seuil de pauvreté». Et de promouvoir «la prévention, trop faible aujourd’hui».

Les députés de Côte-d’Or Didier Martin et Fadila Khattabi, référents de la stratégie peuvreté en Bourgogne-Franche-Comté, seront «attentifs à la mise en œuvre des différentes actions préconisées par le Gouvernement» afin de «mettre un terme à la reproduction de la pauvreté». «Pour ce faire, nous devons agir dès les premiers âges de la vie, garantir les droits fondamentaux des enfants au quotidien, assurer un parcours de formation pour tous les jeunes, offrir un meilleur accès aux droits et à la santé et garantir un accompagnement pour lever les freins en vue d’une meilleure insertion professionnelle».

Ce soutien de l’Etat se fera «grâce à la mise en œuvre de deux grandes réformes au bénéfice des plus vulnérables, le revenu universel d’activité et la création d’un service public de l’insertion», et bien sûr, à «la coopération constructive de tous les acteurs locaux». CQFD.

N.R.
Photos Nicolas Richoffer



La signature :