mercredi 11 décembre 2019
L'événement «Clos et château scintillants» propose de nombreuses animations les 15 et 22 décembre à Vougeot. Au programme : visites guidées théâtralisées au rythme des contes de Noël de Bourgogne-Franche-Comté, des démonstrations et bien sûr des dégustations gourmandes.
Questions à...
Depuis mars 2018, Sophie Harent occupe la direction du musée Magnin. À l'occasion d'un nouvel accrochage, elle explique pour Infos-Dijon comment elle donne un nouveau souffle à ce musée national.
> Côte-d'Or > Côte d'Or

CÔTE-D’OR : Les réactions au décès de Jacques Chirac

26/09/2019 15:52Imprimer l’article
François Rebsamen, François Patriat, Alain Houpert, François Sauvadet, François-Xavier Dugourd, Emmanuel Bichot, Laurent Bourguignat, Catherine Hervieu, Jean-Philippe Morel… Au-delà de leurs sensibilités politiques respectives, ils saluent le Président de la République mais aussi l’Homme qu’était Jacques Chirac, décédé ce jeudi à l'âge de 86 ans.
Des hommages souvent accompagnés de photos de Jacques Chirac, c'est comme cela que les élus locaux et territoriaux, sur les réseaux sociaux, tiennent à rendre hommage à l'ancien Président de la République. Retrouvez leurs messages ci-dessous.

François Rebsamen, maire de Dijon et président de Dijon Métropole :
«Avec la disparition de Jacques Chirac, le paysage politique de ces 40 années perd l’une de ses figures emblématiques.?Il a été un adversaire politique de la gauche, mais j’ai toujours profondément respecté son attachement viscéral à la République, à la France et aux Français.
Il restera pour moi celui qui a reconnu la responsabilité de l’État français dans la déportation des juifs au cours de l’occupation par l’Allemagne nazie, et celui qui s’est opposé à la guerre en Irak par la voix de son ministre Dominique de Villepin à l’ONU.


Son hommage au Président François Mitterrand, lors de la mort de celui-ci, a montré qu’il était un homme de cœur, et son action en faveur des Arts premiers, concrétisée par la création du musée du quai Branly qui porte son nom, que c’était un homme de culture.
J’adresse à sa famille mes plus sincères condoléances.»

François Patriat, sénateur de la Côte-d’Or :
«Tristesse à l’annonce du décès du président Chirac. Ancré dans les territoires, il avait su créer une proximité particulière avec les Français. Sur la scène internationale, il avait le souci de défendre la France avec pugnacité et courage. Sincères condoléances à sa famille.»

Alain Houpert, sénateur de la Côte-d’Or :
«Je salue ce grand homme qui a su résister et présente à son épouse et sa famille toutes mes pensées émues et attristées.»

François Sauvadet, ancien ministre, président du Conseil départemental de la Côte-d’Or :
«La disparition de Jacques Chirac me touche profondément. Il aimait la France et les Français. Il aimait nos territoires, nos paysages et nos paysans. Oui, il symbolisait la France. J’ai beaucoup travaillé à ses côtés. Je l’appréciais. Pensées pour sa famille…»

François Xavier-Dugourd, premier vice-président du Conseil départemental de la Côte-d’Or :
«Comme beaucoup de Français, j’ai appris cette nouvelle avec beaucoup de tristesse, mais aussi un sourire en me rappelant l’homme.
L’homme qui a marqué la Ve République à travers les mandats majeurs qu’il a exercé.
L’homme qui a impulsé des évolutions profondes de ma famille politique avec notamment la création du RPR.
L’homme si attachant par sa proximité, sa truculence (la tête de veau, " mangez des pommes ") et son impressionnante culture.
L’homme que j’ai plusieurs fois côtoyé comme directeur de cabinet . Je me souviens notamment d’un déplacement à Chalon sur Saône au cours duquel il m’a serré la main trois fois dans la même soirée, et toujours avec la même chaleur...
Les Français retiendront au bout de compte qu’il les aimait profondément, comme il aimait la France. Il incarnait la France.»

Emmanuel Bichot, conseiller municipal d’opposition à Dijon :
«Grande tristesse et deuil national suite au décès de Jacques Chirac, qui aura marqué les Français par son énergie, son enthousiasme et son humanité au service de la France et du monde. Condoléances à sa famille.»

Laurent Bourguignat, conseiller municipal d'opposition à Dijon :
«Ému par la disparition de Jacques CHIRAC.
Il a profondément aimé la France et les Français, avec probablement au fond de lui une inclinaison instinctive pour les simples gens.
De son action, l’histoire retiendra le refus de la guerre en Irak, la reconnaissance de la responsabilité de l’État Français dans la déportation, le fond mondial contre le sida, le passage au quinquennat, ou encore le musée des arts premiers, Quai Branly.
Je n’oublie pas qu’il fut l’un des premiers à avoir imposé les enjeux climatiques dans les discussions internationales, ce qui était visionnaire à l’époque.
Jacques Chirac, c’est aussi un attachement viscéral à la République et une exécration de l’extrémisme, qui doivent continuer, en toutes circonstances, à nous inspirer.
A titre personnel, je me souviens être allé le voir lors du sommet franco-allemand de Dijon, en 1996, parmi la foule des Dijonnais. Quelques années plus tard, il a été au cœur de mes engagements militants, au sein du Rassemblement Pour la République. J’ai eu la chance d’échanger avec lui en 2004, à l’Assemblée Nationale, grâce à l’entremise de Jean-Marc NUDANT, qui aurait de la peine aujourd’hui.
Jacques CHIRAC restera dans nos mémoires et dans nos cœurs.»

Catherine Hervieu, élue écologiste à Dijon et Dijon Métropole :
«Jacques Chirac " la maison brûle, nous regardons ailleurs " refus de guerre en Irak en 2003, reconnaissance du rôle de l’état français dans la Shoah, engagement contre le sida, pas de compromis avec FN - malgré affaires et clientélisme politique - #RIP.»

Jean-Philippe Morel, élu à Dijon Métropole :
«Grande émotion. Jacques CHIRAC, le Président qui aimait les Français, la France, la vie. Il fut également un grand Maire de Paris attaché aux territoires qui font la richesse française. Merci Monsieur le Président. Hommage.»