mardi 23 octobre 2018
A cette occasion, de septembre à décembre, de nombreux événements sont organisés sur le campus dijonnais. Ces quatre mois de festivités vont être marqués par la venue de personnalités telles que Lilian Thuram ou encore Hubert Reeves.
Questions à...
Dans une longue interview à Infos-Dijon, l’élu de Côte-d’Or, patron des Sénateurs «En Marche» au Sénat, et proche d’Emmanuel Macron, dit sa foi dans les réformes.
Il parle aussi des élections européennes, d'Arnaud Danjean, d'agriculture, et des municipales à Dijon et en Bourgogne-Franche-Comté.
> Côte-d'Or > Côte d'Or

COTE-D'OR : Sous-préfet de l'arrondissement de Dijon et Secrétaire général de la préfecture, Christophe Marot a pris ses fonctions

15/05/2018 04:01Imprimer l’article
En attendant l'arrivée du nouveau Préfet de Région la semaine prochaine, le nouveau secrétaire général de la préfecture de Côte-d'Or est arrivé à Dijon ce lundi. Christophe Marot est notamment issu de la même promotion de l'E.N.A. qu'Emmanuel Macron.
Christophe Marot a pris ses fonctions à la Préfecture ce 14 mai 2018 et succède ainsi à Serge Bideau. Cet administrateur civil hors classe a été nommé sous-préfet hors classe, secrétaire général de la préfecture de la Côte-d’Or, par un décret du Président de la République en date du 27 avril.
Le Président de la République d'ailleurs, Christophe Marot le connaît de longue date pour être issu de la même promotion de l'E.N.A. qu'Emmanuel Macron, la promotion Léopold Sédar Senghor (2002). Discret sur le sujet, Christophe Marot concède l'avoir «croisé» à l'époque. «On s'est salué à plusieurs reprises». Pas vraiment un ami de quinze ans donc, mais tout de même un passé commun qui compte dans ce genre de carrières.

Début de carrière en 1995 au Ministère de l'Intérieur


A lire son CV, Christophe Marot, 50 ans, marié et père d'une fille, est bien rôdé aux affaires publiques et à l'administration.
Il a successivement occupé les postes de :
- Attaché principal d'administration centrale du ministère de l'intérieur, chef de la section de gestion des attachés d'administration centrale (1995)
- Rédacteur à la direction générale des collectivités locales (1998)
- Elève de l'E.N.A. (Promotion “Léopold Sédar Senghor”) (2002)
- Administrateur civil affecté au secrétariat général au ministère de l'intérieur, de la sécurité intérieure et des libertés locales (2004)
- Chef du bureau des collectivités locales à la sous-direction des affaires politiques – direction des affaires politiques, administratives et financières au ministère de l'outre-mer (2004)
- Sous-préfet chargé de mission auprès du préfet des Alpes-Maritimes (2007)
- Secrétaire général de la préfecture de la Manche (2011)
- Administrateur civil hors classe, sous-directeur du séjour et du travail à la direction de l'immigration (DGEF) (2014)

«Responsabilités nouvelles»


«C'est avec fierté que je prends mes fonctions aujourd'hui» a-t-il déclaré ce lundi à l'adresse des journalistes présents. Lui qui a déjà été Secrétaire général de la préfecture de la Manche voit dans cette nomination «des responsabilités nouvelles» car ici, «il s'agit d'une préfecture de Région», qui dispose de plus de moyens, notamment en personnel.
Pour ce qui concerne les affaires publiques, Christophe Marot estime que «les dossiers sont différents en fonction des territoires. En Côte-d'Or, il y a une Métropole, ce que je n'ai pas connu dans la Manche. Il y a aussi ici de gros dossiers sur la ruralité, avec la viticulture notamment. C'était plutôt la production de lait qui dominait dans la Manche».

«Les services auront besoin de moyens»


Pour autant, «un certain nombre de sujets sont dans la continuité» pour le secrétaire général de la préfecture, qui cite la ruralité et l'éolien. Les dossiers, il les a évoqués avec son prédécesseur, Serge Bideau, qu'il a rencontré à Paris : «Nous avons parlé ressources humaines et moyens. Les services auront besoin de moyens. Sur les enjeux publics nous avons abordé les question d'asile et d'immigration, et notamment l'accueil des étrangers».

«Asile et immigration, deux domaines sensibles»


Celui qui était précédemment sous-directeur du séjour et du travail à la direction de l'immigration (DGEF) prête une attention particulière à la question des jeunes sans papiers scolarisés qui atteignent la majorité, qui fait l'objet de mobilisations récurrentes des collectifs de différents lycées de Dijon. «C'est un dossier important pour l'ensemble des départements de France. L'enjeu est important. Il faut évaluer leur minorité à leur arrivée sur le territoire. Et quand ils deviennent majeur, se pose la question de la délivrance des titres de séjour : ce sont deux domaines sensibles».

Dossiers territoriaux


Christophe Marot a également cité «des dossiers structurants sur la Métropole et à Beaune, le parc national au nord du Département», ainsi que quelques dossiers territoriaux, avec les communes nouvelles. «Il y a de nombreuses communes en Côte-d'Or, et leurs regroupements est un enjeu».
Enfin, le nouveau secrétaire général a bien travaillé sur sa connaissance du département, et évoque aussi les pôles de compétitivité, «autour de la nutrition et de la santé». La Côte-d'Or, il la connaissait peu, mais «était passé à Dijon en 2015» dans le cadre de ses fonctions précédentes. «Mais je l'ai souvent traversée par l'autoroute sans m'y arrêter. C'est désormais chose faite».

Christophe Marot a été accueilli par la Préfète, Christiane Barret, qui quittera ses fonctions dans quelques jours, et «a déjà eu au téléphone» le nouveau préfet, Bernard Schmeltz, attendu mardi en provenance de Corse.
Nicolas Richoffer
Photo N.R.

Cliquez ici pour lire notre article sur la nomination du nouveau préfet, Bernard Schmeltz

Cliquez là pour revoir notre reportage sur le départ de Serge Bideau