mercredi 23 janvier 2019
Les forces de l'ordre ont donné l'assaut immédiatement après cette avancée spectaculaire des Gilets Jaunes, ce samedi en fin d'après-midi lors de l'acte X, après une manifestation massive dans le centre ville. Nos reportages vidéo.
Questions à...
L’avocat du barreau de Dijon représente une association qui s’est portée partie civile dans l’affaire dite du boxeur. Il revient pour Infos-Dijon sur la première audience, à laquelle il a participé, sur le coté politique et médiatique de l’affaire, mais aussi sur le duel de cagnottes et sur «l’attaque» de la gendarmerie de Dijon. Interview (+vidéo).
> Côte-d'Or > Côte d'Or

COTE-D’OR : Une galette très républicaine partagée en préfecture

13/01/2019 13:50Imprimer l’article
L’Union Départementale des Artisans Boulangers et Boulangers – Pâtissiers de la Côte-d’Or a, comme c’est la tradition, partagé une galette en préfecture ce vendredi. L’occasion pour le préfet de prendre la parole sur le thème de la boulangerie, mais aussi de la République.
Une délégation de l’Union Départementale des Artisans Boulangers et Boulangers – Pâtissiers de la Côte-d’Or et des jeunes issus de formations aux métiers de bouche ont partagé une galette avec Bernard Schmeltz, Préfet de la région Bourgogne-Franche-Comté, Préfet de la Côte-d’Or, ce vendredi 11 janvier dans les salons de l’Hôtel de la Préfecture.
Cette traditionnelle cérémonie de présentation de la galette s'est déroulée en présence de la Confrérie des Talmeliers du bon pain, des représentants de la Chambre des Métiers de Côte d'Or, du CFA de la Noue et d'apprentis du Lycée du Castel de Dijon.

A noter qu’il s’agit d’une galette républicaine, sans fève. En effet, on ne désigne pas de roi dans la maison de la République. La République, d’ailleurs, a été au coeur de la prise de parole du Préfet, dans ce contexte particulier de manifestations des Gilets Jaunes. Mais avant que le représentant de l’Etat ne discoure, François Moreau, présidente de la Confrérie des Talmeliers du bon pain, a rappelé que la galette avait été confectionnée par les apprentis du CFA La Noue. «Il est important de représenter la qualité du bon pain en Bourgogne-Franche-Comté» a-t-elle ajouté, avant de s’adresser directement au Préfet : «j’espère que vous êtes amateur de bon pain». Et Bernard Schmeltz de répondre «comme tout Français».

«Faire en sorte que la préfecture soit un lieu d’échanges et de rencontres»


Le Préfet justement, a ensuite pris la parole. Et s’il a félicité les apprentis pour cette galette, loué l’existence de cette manifestation traditionnelle («c’est très Français de célébrer ce qui est bon, ce qui est beau»), et rappelé combien le métier de boulanger est un «métier noble», «un métier ancien qui a su traverser les âges, s’adapter, et participer au rayonnement de notre pays», s’il a rappelé aussi qu’avec 32000 établissements en France, la boulangerie est «au premier rang des entreprises de commerce alimentaire», avec «une boulangerie pour 1800 habitants en France, ce qui représente 160.000 emplois et 10% des apprentis», Bernard Schmeltz a aussi parlé de la Préfecture, et par elle de la République.

«La Préfecture, c’est la maison commune. C’est un joli décor, qui n’est pas fait pour impressionner mais pour représenter la République. Nous ne sommes pas ici entre notables, mais le but est d’accueillir des gens comme vous, pour faire en sorte que tout le monde discute. Notre rôle est de faire en sorte que ce soit un lieu d’échanges et de rencontres. Et ce n’est pas qu’un symbole, mais aussi un lieu de travail, où 230 personnes travaillent quotidiennement».
Et le préfet de conclure : «Tous les samedis, la préfecture est prise d’assaut, avec des boulons, des bouteilles d’acide, des pierres, des projectiles de toutes sortes. Mais ici, tout le monde peut discuter pacifiquement».
Nicolas Richoffer
Photos N.R.



 
?>