jeudi 25 avril 2019
Moins d’un mois avant la grande réouverture, le 17 mai prochain, voici un aperçu du musée des Beaux-Arts de Dijon, en travaux depuis février 2016.
Questions à...
Après l’affaire Christophe Dettinger, sur laquelle il revient largement pour Infos-Dijon, l’avocat dijonnais Jean-Philippe Morel représentera aussi l’association «Gendarmes et Citoyens» dans l’affaire de la caserne de Dijon et plaidera pour des policiers victimes en décembre dans le cadre du mouvement des gilets jaunes. Interview.
> Côte-d'Or > Côte d'Or

DIDIER MARTIN : «Si l’extrême-droite arrivait au pouvoir, il faudrait s’inquiéter de lois beaucoup plus graves que la loi anti-casseurs»

07/02/2019 05:06Imprimer l’article
À l’occasion de la première des deux réunions du grand débat qu’il organisait, ce mercredi soir à Dijon, le député de la 1ère circonscription de Côte-d’Or a été interpellé au sujet de la loi «anti-casseurs», adoptée ce mardi. Et il a répondu, bien que la question ne fût pas à l’ordre du jour.
Le Cellier de Clairvaux a accueilli quelque 120 personnes, ce mercredi soir, pour la première des deux réunions publiques du Grand Débat National, organisées par Didier Martin et Fadila Khattabi, députés des 1ère et 2e circonscription de Côte-d’Or. Les chaises n’étaient pas toutes occupées, mais les présents avaient des choses à dire… et à demander.
Cette première réunion était consacrée à deux grandes thématiques : «Transition écologique» et «Fiscalité et dépenses publiques». La réunion du vendredi 8 février aura quant à elle pour thèmes «Démocratie et citoyenneté» et «Organisation de l’Etat et des services publics».

«Loi liberticide»


Et si les prises de paroles étaient régulées par des commissaires enquêteurs qui ont régulièrement recentré les participants sur les thèmes du jours, quelques Gilets Jaunes ont souhaité interpeller Didier Martin (Fadila Khattabi a été contrainte d’arriver en cours de soirée) sur son vote «pour» la loi dite «anti-casseurs», adoptée ce mardi à l’Assemblée Nationale.
«Pouvez-vous nous expliquer pourquoi vous avez voté cette loi liberticide ? Certains députés se sont abstenus, et parmi eux, le député Matthieu Orphelin a carrément claqué la porte du groupe La République En Marche. Y’a-t-il des divisions dans la majorité ?»

«Il y a eu débat au sein du parti»


Le commissaire enquêteur a ramené le débat, à ce moment, sur la transition écologique. Mais Didier Martin a accepté de sortir quelques minutes du Cellier de Clairvaux pour répondre à ses interlocuteurs…
«Il y a eu débat au sein du parti, et des choses ont été supprimées du projet de loi, notamment la question du périmètre» a expliqué Didier Martin devant une poignée de Gilets Jaunes. «Des collègues ont jugé que cette loi n’est pas utile et ont préféré s’abstenir (c’est le cas de Yolaine de Courson, députée de la 4e circonscription de Côte-d’Or ndlr). Mais personne n’a voté contre au sein de notre groupe» tempère Didier Martin, qui réfute toute division au sein du groupe de la majorité. «Dans un groupe parlementaire, si on est contre, on prend ses distances ou on fait comme Matthieu Orphelin…» ajoute le député de la 1ère circonscription.

«Non. Le préfet ne devient pas juge»


«Cette loi va-t-elle s’appliquer aux policiers-casseurs ?» lance un Gilet Jaune… «Je ne cautionne pas ces pratiques» répond Didier Martin dans une petite confusion sans débordement. «Pourquoi le préfet devient-il juge ? Vous avez voté une loi qui remet en cause la séparation des pouvoirs !» «Non. Le préfet ne devient pas juge» rétorque Didier Martin. «Mais il peut interdire de manifestation des opposants politiques sur indications de la police…» pointe un manifestant dijonnais. «Non, ce n’est pas l’objet de cette loi» répond Didier Martin.

«J’ai toujours lutté contre l’extrême-droite»


Admettons. Mais le pouvoir actuel n’a-t-il pas la responsabilité des lois qu’il mettra entre les mains de ses successeurs ? Quel usage fera l’extrême droite de cette loi si elle arrive au pouvoir ? Didier Martin répond avec vigueur : «Si l’extrême droite passait, il faudrait s’inquiéter de lois beaucoup plus graves que cette loi anti-casseurs. J’ai toujours lutté contre l’extrême-droite, et si elle devait prendre le pouvoir, je continuerais à le faire avec force».
Retrouvez la restitution du débat sur la transition écologique et la fiscalité et les dépenses publiques plus tard sur Infos-Dijon.
Nicolas Richoffer
Photos N.R.