mardi 24 octobre 2017
Questions à...
Un an après son élection, le premier secrétaire de la section PS de Dijon revient sur l'année écoulée et parle de l'avenir dans une longue interview accordée à Infos-Dijon : l'échec du PS aux élections présidentielles et législatives, le processus de refondation du parti, la concurrence de La France Insoumise, la politique de La République en Marche, ou encore la mairie de Dijon… Tous les sujets sont abordés, sans langue de bois.
> Côte-d'Or > Côte d'Or

DIJON : La France Insoumise mobilise pour la grande manifestation du 23 septembre à Paris

17/09/2017 14:22Imprimer l’article
Ce samedi, sur le marché de Dijon, et malgré la pluie, ils étaient là. Les représentants et les membres de la France Insoumise ont tracté et discuté pour mobiliser les Dijonnais «contre le coup d'Etat social» d'Emmanuel Macron. «Les convois pour la manifestation du 23 septembre à Paris se mettent en place» explique Arnaud Guvenatam.
«Nous avons déjà rempli un bus et d'autres convois se mettent en place.» La détermination est sans faille du côté de la France Insoumise. A Dijon comme ailleurs, ses membres tentent de mobiliser le plus de monde possible pour la grande manifestation nationale qui aura lieu à Paris, place de la Bastille à 14 heures, le 23 septembre. Deux jours après la nouvelle journée de manifestations à l'appel des syndicats. «L'idée, c'est de mobiliser pour le 21 et le 23, et dans tous les lieux de résistance. La fonction publique, les routiers, les retraités et d'autres vont rentrer dans la danse» poursuit Arnaud Guvenatam, ex-candidat aux législatives dans la 1ère circonscription de Côte-d'Or.
«On ne veut pas s'accaparer le rôle politique contrairement à ce qu'on entend, mais y participer en tous cas, et aider à fédérer la mobilisation d'une force de résistance dans la société, dans le respect de tous les partenaires. Nous serons derrière les syndicats à leur appel le 21 septembre, Benoit Hamon sera avec nous à Paris le 23. Il s'agit de lancer la contre offensive car on s'est fait vraiment martyriser par les ordonnances».
Et la réunion de tous ces mouvements se fera le moment venu.
N.R.