jeudi 17 octobre 2019
Le mosaïste a ajouté Dijon à la longue liste des villes du monde qui hébergent ses oeuvres. Il en a fixé six sur des façades du centre-ville.
Découvrez notre carte Google pour retrouver les six oeuvres.
Questions à...
La conseillère métropolitaine déléguée à l’emploi témoigne de la volonté de la Métropole d’accompagner les acteurs du territoire pour favoriser la création d’emplois et «permettre un développement économique harmonieux et solidaire».
> Côte-d'Or > Côte d'Or

DIJON : La manifestation des Gilets Jaunes marquée par de la violence et des affrontements en centre-ville

01/12/2018 18:38Imprimer l’article
Actualisé à 16 heures.
Le face à face continue rue de la Préfecture et dans les rues adjacentes.
Un rassemblement place de la République, à Dijon, ce samedi à la mi-journée, avec plusieurs centaines de personnes, a vu les gilets jaunes converger vers la rue de la Préfecture, où immédiatement un face à face les a opposés aux forces l'ordre chargées de protéger le symbole de la République et de l'Etat de droit.
Face à la foule, les forces de Police ont très rapidement fait usage de gaz lacrymogène. Ce qui a eu le don de faire monter la pression et la tension dans les rangs des manifestants les plus virulents, pour la plupart équipés d'éléments de protection. Ils ont répliqué par des jets de divers projectiles.


C'est à 13h45 que le cortège était parti de la place de la République et à 14 heures une charge des forces de l'ordre a permis l'interpellation d'un manifestant.
A 14h15 les Gilets Jaunes n'étaient plus qu'une trentaine dans la rue Préfecture tandis que les autres étaient repartis en ville.

A 16 heures, après un regroupement pacifique place de la Libération, les manifestants sont revenus devant la Préfecture, dont la rue était toujours en état de siège. Des manifestants décidés à en découdre faisaient face depuis deux heures aux forces de l'ordre, dans les différentes rues qui convergent vers la Préfecture. Les manifestants sont continuellement repoussés par des tirs de grenades lacrymogènes, et reviennent sans cesse, aux cris de «Macron Démission».
Nicolas RICHOFFER
(Photos Nicolas RICHOFFER)

Cliquez ici pour voir la suite de notre reportage sur les débordements rue de la Préfecture tout au long de l'après-midi