mardi 22 mai 2018
Questions à...
Médecin régulateur au Samu 21 et conseiller départemental, Christophe Avena décrit les difficultés des médecins régulateurs, confrontés à une augmentation continue des appels. Sans se prononcer sur le contenu de la conversation entre le Samu de Strasbourg et Naomi Musenga, il note une anomalie dans cette affaire, symptomatique d'un manque de médecins régulateurs.
> Côte-d'Or > Côte d'Or

DIJON : «Ras-le-bol général» aux lycées Simone Weil et Hippolyte Fontaine

24/10/2017 00:48Imprimer l’article
Alors que les problèmes d'incivilités perdurent dans les deux établissements, une intersyndicale SNUEP-FSU, SNES-FSU, SNETAA FO21, SNFOLC21, CGT EDUC’ACTION Côte d’Or et SUD’EDUCATION dénonce «le peu de réactivité des directions d'établissement» et demande «d'urgence des moyens humains supplémentaires».
Communiqué intersyndical départemental sur le climat scolaire dans les lycées Simone Weil et Hippolyte Fontaine de Dijon :

Les personnels des lycées Simone Weil (photo) et Hippolyte Fontaine sont confrontés à une montée des incivilités, des dégradations et des violences, des trafics de drogue, au sein et aux abords de leurs établissements. Ces faits ne leur permettent plus d'enseigner sereinement et mettent en danger les élèves et les personnels. Ces problèmes ne sont pas pris en charge en priorité, alors que les griefs contre les enseignants sont trop souvent traités immédiatement. Il en résulte un climat d'incompréhension et un ras-le-bol général, ainsi qu'une remise en question de l'autorité des enseignants, qui n'ont pas toujours le sentiment d’œuvrer dans le même sens que les équipes de direction.

Le SNUEP-FSU, le SNES-FSU, le SNETAA FO21, le SNFOLC21, la CGT EDUC’ACTION Côte d’Or et SUD’EDUCATION :

- apportent un soutien total à toutes les équipes et les différents personnels des Lycées Simone Weil et Hippolyte Fontaine.
- dénoncent la dégradation des conditions de travail, du climat scolaire et le peu de réactivité des directions d'établissements qui n'assurent pas suffisamment la protection de leurs personnels et la sécurité des élèves.
- réclament un réel soutien hiérarchique des collègues confrontés aux problèmes ci-dessus décrits, et une réelle prise en compte de leur souffrance.
- exigent que ces établissements reçoivent d’urgence des moyens humains supplémentaires de vie scolaire.