lundi 20 novembre 2017
Questions à...
Un an après son élection, le premier secrétaire de la section PS de Dijon revient sur l'année écoulée et parle de l'avenir dans une longue interview accordée à Infos-Dijon : l'échec du PS aux élections présidentielles et législatives, le processus de refondation du parti, la concurrence de La France Insoumise, la politique de La République en Marche, ou encore la mairie de Dijon… Tous les sujets sont abordés, sans langue de bois.
> Côte-d'Or > Côte d'Or

FOIRE DE DIJON : La «Ferme Côte-d'Or», dix ans de promotion de l'agriculture départementale

09/11/2017 03:47Imprimer l’article
Le mini-salon de l'agriculture du Conseil Départemental, qui s'est tenu au sein de la foire pour la dixième année consécutive, se veut le reflet d'un monde agricole qui se structure et se modernise dans le département.
La clôture de la Ferme Côte-d’Or a été l'occasion d'une journée festive au cours de laquelle le président du conseil départemental, François Sauvadet, a rendu visite au différents stands en compagnie de Vincent Lavier, Président de la Chambre d’Agriculture, et de Pauline Jouan, directrice de cabinet de la préfète, suivis par de nombreux élus et responsables du monde agricole. Remises de cadeaux et dégustations de gâteaux d'anniversaire ont également ponctué le dernier après-midi de ces quatre jours d'animations axées sur les productions locales.

«L’idée, c’est de rappeler que c’est bien l’agriculture et nos agriculteurs qui nous nourrissent» résumait François Sauvadet dès le début de son discours. «Ils sont à la source même des produits que nous consommons et de la gastronomie que nous célébrons à l’occasion de cette Foire.  Et ce sont notamment les agriculteurs qui façonnent et entretiennent les paysages de la Côte-d’Or. J'en profite pour dire que je suis très sensible au cadeau que m'ont fait les Jeunes Agriculteurs, qui ont inscrit dans la terre l'anniversaire de la Ferme Côte-d'Or». Quelques minutes plus tôt, le président des JA remettait au président du conseil départemental un tirage en grand format d'une photo aérienne célébrant les «10 ans de la Ferme Côte-d'Or», écrits dans un champ.

«Une petite France»


«L’agriculture côte-d’orienne, c’est une petite France et cette diversité de producteurs est une formidable chance pour notre territoire et notre économie» affirmait fièrement le président du conseil départemental avant d'égrener quelques chiffres. L’agriculture fait vivre 11.500 actifs permanents et représente 5% des emplois du département. Elle valorise 53 % de l’espace départemental, soit 467.000 hectares de Surface Agricole Utile.
«Je continuerai à me battre pour que nos agriculteurs puissent vivre de leur travail, même si la loi ne nous permet plus de faire tout ce que nous faisions pour l’agriculture» déplorait François Sauvadet.

Pour autant, il s'agissait bien de mettre les filières locales à l’honneur, pour lesquelles le Conseil Départemental est particulièrement engagé, promoteur infatigable du «100 % Côte-d’Or». «C’est pour contribuer à ce cercle vertueux que le Conseil Départemental, (en partenariat avec la Chambre d’agriculture et le réseau Bienvenue à la Ferme), a soutenu financièrement la mise en place du Drive fermier de Dijon (30.000 euros)» poursuit François Sauvadet. Ce service, ouvert à tous, permet d’accéder facilement à plus de 200 produits fermiers des producteurs Côte-d’Oriens via un site internet.

Le département, propriétaire de deux parcelles


Mais, pour le président du Département, «au-delà des efforts d’incitation et de valorisation, les filières doivent se structurer afin d’être en mesure de répondre aux exigences posées par la restauration collective, et ainsi pouvoir accéder à un marché de 2 millions de repas par an pour les seuls collèges du département. «Nous avons décidé, au Conseil Départemental de la Côte-d’Or, d’y contribuer pleinement, en nous portant candidat à l’acquisition de deux parcelles de terres agricoles situées sur la commune de Perrigny, d’une surface d’environ 20 hectares pour y installer des maraîchers».

L'objectif premier de ce site est de garantir un «approvisionnement local, durable et sain» en légumes issus de l’agriculture biologique pour les collégiens, les maisons de retraite et les établissements sociaux et médico-sociaux en Côte-d’Or. «Et je souhaite  que ces terres deviennent une véritable vitrine de l’agriculture de demain» ajoute François Sauvadet. «Par ailleurs, ce projet permettra de créer des emplois agricoles locaux  et non délocalisables, qui ne rentreront pas en concurrence avec les exploitations existantes, celles-ci n’étant tournées vers la restauration collective».

Les légumes qui seront produits seront transformés à quelques kilomètres, dans la légumerie, qui sera portée par l’entreprise d’économie sociale et solidaire DESIE. L’entreprise d’insertion du groupe IDEES a en effet lancé les études afin de construire un site de transformation des légumes. Ce projet sera mené en collaboration avec la Chambre d’Agriculture, les services de l’Etat, ceux de la Métropole et de la Région.

«3 millions d'euros par an sur 5 ans»


«Nous avons avancé dans nos discussions avec la Région dans le cadre de son Plan régional de développement agricole (PRDA) et de son Contrat Régional Forêt-Bois (CRFB) adoptés le 13 octobre dernier. Je ne peux que m’en réjouir» expliquait François Sauvadet. Une convention, qui précise les modalités d'actions du Département en termes de soutien aux activités agricoles et forestières, a été adoptée par le Conseil départemental lors de sa réunion plénière du lundi 16 octobre. «Grâce à cette convention, le Département pourra continuer d’accompagner ses agriculteurs, en dehors des aides directes à la production qui ne sont plus autorisées par la loi. Ainsi, malgré la baisse des dotations de l’Etat, malgré l’augmentation constante du coût des Allocations Individuelles de Solidarité, et malgré cette loi Notré, nous restons aux côtés des agriculteurs. Nous avons donc adapté notre accord cadre avec la Chambre d’Agriculture pour poursuivre cet engagement, à hauteur de 3 millions d'euros par an sur 5 ans».

Puis le président concluait en affirmant qu'«en dix ans, l’agriculture a évolué, et nous aussi. Le Département ne s’est pas enfermé dans une vision confortable mais passéiste de l’agriculture. Nous ne sommes pas pour autant tombés dans les mirages d’une agriculture aseptisée, urbaine, hygiéniste ou hors sol. Bien dans son époque, le Département a su percevoir les changements de la société, les attentes en matière de traçabilité, de respect de l’environnement, et plus récemment, de retour à des circuits plus locaux, alors même que les nouvelles technologies ont contribué au développement exponentiel du commerce international. Ce dixième anniversaire est l’occasion de constater le chemin parcouru. D’évoquer les difficultés que l’on a traversées, mais aussi, de construire ensemble le futur de l’agriculture que nous souhaitons pour notre Département».

Un discours appuyé par Vincent Lavier. Le Président de la Chambre d’Agriculture qualifiait cet anniversaire de «très important», se félicitant lui-aussi de «la qualité du partenariat» et de l'accord-cadre.
N.R.

Les participants depuis la première édition de La Ferme Côte-d'Or :


Abel Bizoire, éleveur Traits Auxois
Jean Marc Bidoire, syndicat d'élevage Ovin
Jean-François Dessolin, contrôle laitier
Christelle Potier et Joel Monot, pour les animation chiens de troupeau
Christian Lhernaud, éleveur de bovins laitiers
Sylvie Renon, éleveur de charolais