lundi 20 novembre 2017
Questions à...
Un an après son élection, le premier secrétaire de la section PS de Dijon revient sur l'année écoulée et parle de l'avenir dans une longue interview accordée à Infos-Dijon : l'échec du PS aux élections présidentielles et législatives, le processus de refondation du parti, la concurrence de La France Insoumise, la politique de La République en Marche, ou encore la mairie de Dijon… Tous les sujets sont abordés, sans langue de bois.
> Côte-d'Or > Côte d'Or

François Sauvadet appelle l'Etat à reconstruire la confiance avec les Départements et à leur donner les moyens d'assumer leurs missions

19/10/2017 16:54Imprimer l’article
Désormais Président du groupe de la Droite, du Centre et des Indépendants (DCI) au sein de l'Assemblée des Départements de France, François Sauvadet, ancien ministre, Président du Conseil départemental de la Côte-d'Or, a profité du congrès de l'ADF, actuellement réuni à Marseille, pour appeler l'Etat à reconstruire la confiance avec les Départements et à leur donner les moyens d'assumer leurs missions.
Communiqué de François Sauvadet, président du conseil départemental de la Côte-d'Or et Président du groupe de la Droite, du Centre et des Indépendants (DCI) au sein de l'Assemblée des Départements de France :

En tant que Président du groupe de la Droite, du Centre et des Indépendants (DCI) au sein de l'ADF, je suis intervenu ce matin à l'occasion de l'ouverture du 87ème Congrès des Départements de France.



Dans un contexte difficile pour les collectivités locales en général, les Départements en particulier, j'ai souhaité lancer un appel solennel au Chef de l'Etat et au Gouvernement.

Maintes fois décrié, souvent menacé mais toujours bien présent dans notre organisation territoriale, le Département reste une collectivité indispensable pour assumer ses missions de solidarité au quotidien et d'aménagement de tous les territoires.

A tous ses détracteurs, je veux redire que le Département est une collectivité d'avenir, une collectivité innovante et moderne. Il fait le lien entre les Métropoles et les grandes régions. On ne peut baser le destin de notre pays sur le seul fait métropolitain et sur un découpage régional impersonnel.

Le Département remplit des missions essentielles à l'avenir du pays. Il est un maillon fondamental de la solidarité au quotidien.

Mais pour que les collectivités départementales soient en capacité d'exercer leurs compétences, l'Etat doit leur donner les moyens financiers adéquats. L'asphyxie financière qui guette les Départements n'est pas une vue de l'esprit ou une quelconque manœuvre politique. Le phénomène est bien réel, entre la hausse des dépenses sociales et la baisse des dotations financières, malgré les efforts de maîtrise des dépenses de fonctionnement salués récemment par la Cour des Comptes.

Il est donc primordial pour l'avenir de notre pays, de ses habitants et de ses territoires que l'Etat prenne enfin conscience que les Départements sont le ciment de la solidarité territoriale et du lien social.

Mais il n'est plus possible de faire plus avec moins.

Il appartient à l'Etat de reconstruire avec les Départements une confiance entamée par une Conférence nationale du territoire tronquée et d'établir un vrai partenariat, d'égal à égal. Pas de subordonné à subalterne. La consultation, vantée par le Gouvernement, n'est pas la concertation. Les Départements veulent être écoutés. Pas réunis dans des chambres d'enregistrement et autres grands-messes institutionnelles qui ne permettent pas un dialogue constructif et l'échange de points de vue divers.

Désormais Président du groupe DCI de l'ADF, le groupe majoritaire de notre association, et aux côtés de Dominique Bussereau, Président de l'ADF, j'entends prendre toute ma part dans les négociations avec l'exécutif.

Pour défendre un changement d'attitude et un changement de méthode.

Car derrière ce débat, il y a la vie au quotidien de nos concitoyens, et l'avenir de notre pays où chacun doit se voir un avenir là où il habite.