lundi 10 décembre 2018
Questions à...
Le préfet de Côte-d'Or et de Bourgogne-Franche-Comté, Bernard Schmeltz, a réagi ce samedi pour Infos-Dijon.
> Côte-d'Or > Côte d'Or

GILETS JAUNES : Les députés LaREM de Côte-d'Or appellent «chacune et chacun à respecter l’ordre républicain et à s’engager dans un dialogue social»

05/12/2018 16:53Imprimer l’article
Pour Didier Martin, Fadila Khattabi, Yolaine de Courson et Didier Paris, «la main tendue du Premier ministre doit être saisie».
Communiqué commun des députés LaREM de Côte-d'Or, signé par M.Didier Martin (1ère circonscription), Mme Fadila Khattabi (2e), Mme Yolaine de Courson (3e) et M. Didier Paris (4e) :

Pour fonctionner, la démocratie a besoin de respect et de confiance. Respect des libertés et des droits fondamentaux de chacun. Confiance dans les corps intermédiaires et les élus locaux et nationaux de la République, régulièrement désignés par le suffrage de leurs concitoyens.

Dans la situation de crise que nous connaissons, la responsabilité de l’État est avant tout d’assurer la sécurité publique face aux incendiaires et aux casseurs. La responsabilité du Gouvernement est d’ouvrir le dialogue avec les représentants des gilets jaunes comme avec tous les acteurs de la société. Les annonces du Premier ministre sont un signal fort d’apaisement et un premier pas décisif vers une grande concertation nationale dans tous les territoires.

Les gilets jaunes de Côte-d’Or que nous avons reçus et rencontrés sur le terrain et dans nos circonscriptions respectives ont exprimé leur désarroi et leur colère. La levée de l’augmentation des taxes sur le carburant était la condition préalable à la reprise du dialogue. Depuis hier, c’est chose faite. Aujourd’hui, les responsables économiques tirent le signal d’alarme car un blocage persistant marquerait pour beaucoup un coup d’arrêt à l’activité et à notre croissance, et représenterait donc un risque pour l’emploi. Les actions de paralysie, les manifestations violentes, les appels irresponsables de certains dirigeants ne sont porteurs d’aucune solution. Ils préparent au pire.

La main tendue du Premier ministre doit être saisie. Tout en maintenant le cap des réformes qui permettront la transition écologique et énergétique de la France, Édouard Philippe entend la colère profonde et légitime des Français. Nous députées et députés, représentants de la Nation, nous continuerons à rencontrer celles et ceux qui le souhaiteront et à soutenir le Gouvernement dans sa démarche. Le Parlement jouera pleinement son rôle institutionnel pour dégager des solutions en faveur du pouvoir d’achat et de la justice fiscale.

Nous appelons chacune et chacun à respecter l’ordre républicain et à s’engager dans un dialogue social qui nous protègera des dérives populistes. Il est inadmissible de laisser prospérer sur les réseaux sociaux de fausses nouvelles alarmistes. Il est insupportable de s’attaquer aux journalistes et de remettre en cause l’indépendance de la presse. Il est intolérable de rechercher l’affrontement avec nos propres forces de sécurité, qui font preuve d’un courage, d’un dévouement et d’un professionnalisme exemplaires.

L’apaisement indispensable pour trouver des solutions communes ne viendra qu’avec une prise de conscience générale. La fraternité s’est exprimée au travers du soutien de l’opinion aux gilets jaunes. Le moment est venu de la prise de responsabilité. L’heure est à la démocratie.


 
?>