dimanche 22 octobre 2017
Questions à...
Un an après son élection, le premier secrétaire de la section PS de Dijon revient sur l'année écoulée et parle de l'avenir dans une longue interview accordée à Infos-Dijon : l'échec du PS aux élections présidentielles et législatives, le processus de refondation du parti, la concurrence de La France Insoumise, la politique de La République en Marche, ou encore la mairie de Dijon… Tous les sujets sont abordés, sans langue de bois.
> Côte-d'Or > Côte d'Or

LEGISLATIVES 2017 : En Côte-d'Or, pour Rémi Delatte et François Sauvadet, «pas de place pour les aventures individuelles

15/03/2017 12:58Imprimer l’article
Ce mercredi matin, au lendemain d'un accord national entre les Républicains et l'UDI, Rémi Delatte, patron des LR et François Sauvadet, son homologue pour les centristes en Côte-d'Or ont mis quelques points sur les I…
«Hormis ceux et celles qui sont autour de cette table, personne ne peut se prévaloir d'être soutenu par la majorité départementale. La phrase est de François Sauvadet, président du Conseil départemental et n'a pas été niée par Rémi Delatte, député-maire LR de Saint-Apollinaire et président des Républicains de Côte-d'Or, bien au contraire.
Le «patron des Républicains de Côte-d'Or a redit une fois encore les noms des cinq candidat(e)s officiellement  inversais par le tandem LR-UDI dans le département pour les législatives de juin : Anne Erschens (LR) sur la 1ère circonscription, Rémi Delatte (LR) sur la 2e, Pascale Caravel (LR) sur la 3e, Charles Barrière (UDI) sur la 4e et Alain Suguenot sur la 5e circonscription de Côte-d'Or.
«A 39 jours du 1er tour, nous souhaitons lancer un appel à l'unité et à la mobilisation, à tous», a lancé François Sauvadet.
«Nous sommes dans un conte, avec un FN fort, où il n'y a pas de place pour les divisions».

Hubert Brigand et François-Xavier Dugourd menacés d'exclusion


«Là où il a la division, nous avons de grandes chances de perdre», a souligné Rémi Delatte. Les deux hommes, sans clairement prononcer les noms, on fait plus qu'allusion à deux cas de dissidence à droite, celui de François-Xavier Dugourd, 1er Vice-président LR du Conseil départemental, et candidat sur la 1ère contre Anne Erschens et celui d'Hubert Brigand, maire de Châtillon-sur-Seine et candidat sur la 4e contre Charles Barrière, accessoirement suppléant de l'ancien député Sauvadet.
Sachant que les deux «dissidents» sont également membres de la majorité départementale, comme les candidats investis, François Sauvadet pense avant tout à l'unité de sa majorité au département. «Je demande des sanctions contre ceux qui ne respectent pas leurs engagements au sein d'une famille politique.
Avant que François Sauvadet ne s'adresse directement aux deux hommes, «vous faites courir un risque sérieux, avec le FN et la gauche en embuscade. Vous prenez un lourd risque et, même si je comprends les ambitions et les déceptions de certains, quand on fait de la politique, on doit faire preuve d'esprit de responsabilité».
Le message a-t-il été bien reçu? Réponse(s) dans les jours qui viennent…

Bruno Lédion