mardi 23 mai 2017
Questions à...
Dans une interview accordée à infos-dijon, la présidente de la Région Bourgogne - Franche-Comté donne sa vision de la future métropole dijonnaise et relève notamment, «il n’y a surtout pas un problème de concurrence entre la région et la future métropole».
> Côte-d'Or > Côte d'Or

PRIMAIRE DE LA GAUCHE : Pour François Patriat, «la primaire a généré les frondeurs de demain»

31/01/2017 14:54Imprimer l’article
Le sénateur PS de Côte-d'Or, premier soutien d'Emmanuel Macron, estime que la primaire a produit «l'effet que nous redoutions». Il répond aux questions d'infos-dijon.

infos-dijon : Comment analysez-vous les résultats de cette primaire et la victoire de Benoît Hamon?

François Patriat : «Je prends ça avec prudence et recul. Parce que la primaire a produit l'effet que nous redoutions. Ca devait être un rassemblement et une dynamique, alors que nous avons assisté à l'affrontement violent de deux gauches irréconciliables. Or aujourd'hui ces deux gauches tentent de se réunir dans un compromis boiteux, qui conduit à l'immobilisme et a généré les frondeurs de demain. Ces compromis, les Français n'en veulent plus. Une logique d'appareil et d'entre soi ne peuvent servir le redressement de la France».

Donc vous soutenez Emmanuel Macron plus que jamais?

«Emmanuel Macron n'est pas dans une logique de rassemblement des partis, mais dans une otique de rassemblement des Français et des progressistes. C'est, me semble t il la seule voie mobilisatrice et féconde dont notre pays à besoin».

Depuis dimanche soir, avez-vous enregistré des prises de contact de la part de socialistes déçus par le résultat...?

«En aucun cas, nous cherchons de ralliements massifs. Seront les bienvenus tous ceux qui, individuellement, souhaitent adhérer à la plate-forme et la démarche d'Emmanuel Macron, qui mobilisera une majorité de Français au printemps prochain».

Vous serez samedi Lyon pour le grand meeting d'Emmanuel Macron?

Oui, nous serons 10000. J'invite ceux qui croient en cette démarche à nous rejoindre dès samedi à Lyon au stade Gerland».

Propos recueillis par Bruno Lédion