dimanche 23 septembre 2018
La soirée de présentation de la nouvelle JDA, résultat de la fusion entre la JDA (Basket masculin) et le CDB (Hand féminin), s'est déroulée ce mardi soir au Palais des Sports de Dijon.
Questions à...
Durant deux jours, les start-ups françaises du secteur de l'alimentation et de la gastronomie sont réunies au Palais des Congrès de Dijon, dans le cadre de la deuxième édition du salon Food Use Tech, la référence FoodTech en France. Comment se portent-elles ? Pourquoi ce salon ? Pourquoi  à Dijon ? Le Dijonnais Xavier Boidevézi, secrétaire national de l'écosystème Foodtech, explique tout.
> Côte-d'Or > Côte d'Or

TALANT : Le jardin Colonel Arnaud Beltrame inauguré

13/07/2018 20:01Imprimer l’article
Au croisement de la rue de la Libération et du boulevard Maréchal Leclerc, le jardin public porte désormais le nom du Colonel Arnaud Beltrame. Pour l’acte d’héroïsme et la vigilance des générations actuelles et à venir face au Terrorisme. L’inauguration s’est déroulée ce vendredi après-midi.
Pour «l’hommage que le conseil municipal de Talant a voulu (à l’unanimité) rendre au héros d’aujourd’hui qu’est le Colonel Beltrame», le maire Gilbert Menut s’est dit honoré de pouvoir compter sur la présence de tant de personnalités. On pouvait donc noter celle des députés Fadila Khattabi, Rémi Delatte et Didier Martin, du conseiller régional Stéphane Woynaroski, des maires de communes aux alentours, du Lieutenant-Colonel Lydie Sauvonnet, de la présidente départementale de l’ONAC Brigitte Tardivon… Des personnalités, sans oublier celles qui allaient s’exprimer, aux côtés d’habitants de la commune, tous là pour assister à un dévoilement symbolique.

La commune de Talant reconnaît un héros


Après leur avoir adressé ses remerciements, le maire de la commune Gilbert Menut a donc livré cet hommage au pupitre, en soulignant le courage dont a fait preuve le Colonel Beltrame et qui a marqué «les esprits et les coeurs». Et Gilbert Menut a assuré de la reconnaissance des habitants de sa commune, pour la bonne entente et contre les fanatismes, ce fanatisme en l’occurrence que Talant réfute ici implicitement en faisant place en quelque sorte a celui ayant affronté le terrorisme le 23 mars 2017 dans un Super U de Trèbes. Un hommage aussi pour rappeler les valeurs de la République et de la patrie selon Gilbert Menut, dont l’intervention est à retrouver ci-dessous.

«L’échange de sa vie contre celle d’une jeune femme»


L’acte héroïque du colonel Arnaud Beltrame, le Général Olivier Kim, commandant de la région de Gendarmerie de Bourgogne-Franche-Comté, l’a rappelé, en s’exprimant également plus largement sur la carrière d’un militaire ayant «servi la France pendant 22 ans», d’Officier de réserve à Colonel donc. Un homme «résolument engagé dans l’action et constant dans son goût de l’action», dont les qualifications professionnelles témoignent d’un soldat ayant surmonté les épreuves. Son dernier acte a été celui de «l’échange de sa vie contre celle d’une jeune femme», Arnaud Beltrame étant donc décédé de ses blessures le 24 mars 2018, à 44 ans. «Il est mort en service commandé, dans l’accomplissement de sa mission au service de la France», a insisté le général Kim, comme pour appuyer la légitimité du grade et des médailles lui ayant été délivrés à titre posthume.

Un acte «riche de sens et plein de symbole»


Premier vice-président du Conseil Départemental de Côte-d’Or, François Xavier-Dugourd a salué l’initiative aujourd’hui officialisée du conseil municipal de Talant. Un acte qui n’est pas anodin, mais «plutôt riche de sens et plein de symbole, un symbole qui s’inscrit dans le temps et dans l’espace».
Pour l’élu départemental, «choisir le nom d’Arnaud Beltrame, c’est se souvenir d’un homme qui a fait le choix du sacrifice ultime». Don de sa vie à la France, opposition au terrorisme «au nom des plus belles valeurs de la République», courage et sens du devoir… François Xavier-Dugourd a parlé d’exemple pour la France. L’occasion aussi d’adresser des pensées et des propos «à ceux qui se sont battus et qui se battent encore pour notre liberté».
L’acte de la ville de Talant a encore été souligné par le vice-président du Département, l'acte d'une commune rendant ici le souvenir indélébile.

La poursuite de la lutte contre le terrorisme


Pauline Jouan, directrice de cabinet du préfet de Côte-d’Or, s’est elle aussi exprimée au pupitre, au croisement de la rue de la Libération et du boulevard Maréchal Leclerc : «Quel bel emplacement pour rendre hommage à un militaire qui, jusqu’à son dernier souffle, s’est battu pour défendre l’idéal qui était le sien, pour faire vivre les valeurs de la République dont il était un fidèle serviteur». Pour la représentante de l’Etat, l’hommage au Colonel Beltrame rappelle malheureusement que le terrorisme a frappé, même jusqu’aux forces de l’ordre, mais il dit implicitement à la Gendarmerie d'être fière d’avoir compté un tel homme dans ses rangs, grand professionnel et humain.
«Le Lieutenant-Colonel Beltrame nous a donné une leçon. Le sacrifice d’Arnaud Beltrame nous oblige à prendre conscience de l’épreuve que traverse notre pays, et à nous unir pour la surmonter tous ensemble», a alors terminé Pauline Jouan, en appelant à lutter efficacement contre le terrorisme et à «prévenir la répétition de ce type d’actes».
Au niveau de la Côte-d’Or, «c’est la prévention contre la radicalisation» qui est notamment développée. Mais en premier lieu selon Pauline Jouan, ce sont les idées qui doivent prédominer, celles «de liberté, de fraternité, de respect et de solidarité, au nom d’un pacte républicain à préserver». Cela en entraînant la jeunesse dans l’engagement civique notamment.
A Talant ce 13 juillet, la municipalité s’est souvenue avec ses concitoyens à jamais de l’héroïsme d’Arnaud Beltrame, pour le présent et pour les générations futures. Le dévoilement de la plaque recouverte du drapeau tricolore a été prolongé de La Marseillaise, reprise par tous.

Alix Berthier
Photos : Alix Berthier

Le discours de Gilbert Menut

Maire de Talant

«Mesdames et Messieurs,
Il est rare, lors d’une manifestation municipale, de rassembler autant de personnalités avec une telle solennité. La Ville de Talant vous remercie de votre présence en cette veille de fête nationale, concordance de temps qui rehausse et souligne le sens de la démarche et accroît l’hommage que le Conseil Municipal de Talant a voulu rendre au héros d’aujourd’hui qu’est le Colonel Beltrame.
Je ne reviendrai pas sur les faits : je ne sais que ce que nous en savons tous ; ni sur l’acte étonnant que le Colonel Beltrame a payé de sa vie en pleine connaissance de cause et particulièrement de l’adversaire, qui se voulait ennemi, qu’il devait affronter et dont il savait que la détermination à tuer était très grande, pas même celle d’un esprit froid et calculateur mais plutôt exalté et emporté.
Je voudrais surtout dire le décalage entre ce geste et l’ambiance de notre société, du moins celle que l’on veut décrire. Si ce monde est si laid, si en effet tout se vaut et donc, au bout de cette logique d’abandon et finalement de mépris, si rien ne dépasse, ne surpasse le reste, s’il n’est même plus utile de regarder vers les cimes où, disait le Général de Gaulle, la vue n’est pas encombrée, alors le geste du colonel demeure inutile et tout le reste aussi.
La société française a démenti cela : la réaction de stupéfaction puis de reconnaissance de l’opinion, a montré à quel point ces faits ont troublé les esprits et les cœurs.
À notre niveau local, la réaction simple des habitants le dit sans emphase : vous avez bien fait ; c’est une bonne idée ; c’est bien... en disent plus, en découvrent plus qu’un savant panégyrique. Je remercie le Conseil Municipal de son unanimité pour cette dénomination. A Talant, nous nous efforçons à la bonne entente des communautés ; leurs représentants y travaillent beaucoup de longue date et les fanatismes, celui-là comme les autres, n’ont pas ici une terre d’accueil.
Les gens de qualité ont ce souci-là. Les exaltés ou ceux qui les exploitent doivent être contrôlés voire neutralisés.?Ceux qui combattent la République, et ils le disent, qui ont pour objectif son affaissement car ils en cultivent la haine tant leur conception du monde ne peut en tolérer les valeurs, ne peuvent impunément prospérer. Le Président de la République l’a clairement exprimé. Les dernières paroles du Colonel Beltrame, appelant le GIGN à l’assaut, étaient sans ambiguïté.
Il a montré ce que le combat peut coûter, mais aussi, par son engagement dans le corps militaire de la Gendarmerie, que nos institutions, nos corps constitués, ce qui fait le contenu de notre société républicaine, que la France, notre patrie, étaient grands et respectables et valaient d’être défendus. Merci et reconnaissance au Colonel Beltrame.
Vive la France !»