lundi 10 décembre 2018
Questions à...
Le préfet de Côte-d'Or et de Bourgogne-Franche-Comté, Bernard Schmeltz, a réagi ce samedi pour Infos-Dijon.
> Dijon Metropole > Dijon Metropole

CHENÔVE : La déconstruction de la tour du 12 rue Renan durera 10 jours

05/12/2018 18:07Imprimer l’article
Le bâtiment, haut de 50 mètres, est déconstruit petit à petit depuis lundi.
C'est une page qui se tourne pour les habitants du quartier du Mail, à Chenôve. La tour du 12 rue Ernest Renan, haute de 50 mètres, est entrée dans sa phase de démolition lundi 3 décembre.

Construit au début des années 70, le bâtiment comptait 16 étages et 80 appartements. Selon Orvitis, le bailleur social, « il devenait vieillissant et un sentiment d’insécurité s’installait ». De plus, le taux de vacances des logements augmentait d'année en année. En 2015, juste avant que la décision de démolition ne soit prise, seuls 33 logements sur 80 étaient habités.

En juin 2015, la déconstruction de l’immeuble est annoncée. La décision s’inscrit dans le NPNRU (Nouveau Programme National de Renouvellement Urbain) et dans la transformation globale du quartier de Mail de Chenôve, engagée depuis 10 ans.

 « Le chantier a débuté en mai, explique Albin Noël, chargé d’opération chez Orvitis. Il y a d’abord eu une phase de désamiantage, puis on a curé l’ensemble du bâtiment, c’est-à-dire qu’on a retiré tous les éléments  comme la menuiserie ou les cloisons pour ne laisser que les murs et le plancher. Maintenant, on peut démarrer la phase de démolition visible. »

A l’aide d’une grue « grande hauteur », la tour va être démolie petit à petit, grâce à la technique du grignotage. L’opération prendra 10 jours. « Dans un cas comme celui-ci, on ne peut pas faire imploser le bâtiment, précise Albin Noël. Il y a d’autres habitations autour, il y a des câbles électriques… » 

« J’ai vécu ici pendant 26 ans »

Pour les habitants du quartier et les anciens locataires, l’émotion était palpable. « J’ai vécu ici pendant 26 ans, raconte Jean-Claude. Forcément, j’ai un petit pincement au cœur. Au début c’était très bien ici, mais au fil du temps les logements se dégradaient, ça devenait même dangereux. »
90% des anciens locataires ont été relogés sur la commune de Chenôve. Les autres, comme Jean-Claude, ont bénéficié de nouveaux appartements à Dijon, Longvic et Saint-Apollinaire.

Qu’y aura-t-il à place de la tour ?

Une fois les gravats évacués, l’espace vide devrait accueillir un projet collaboratif entre la ville et les habitants. Mais le projet reste flou.
« La ville de Chenôve a un projet de restructuration et de réappropriation de l’espace par les habitants, affirme Albin Noël. Un projet est un train d’être monté avec les résidents du quartier pour déterminer l’avenir de ce terrain. »

Charlotte Meunier

 
?>